Banniere En Quête de Vert

12 octobre 2017

Communication

06 Octobre 2017

L’OHF S’INSPIRE DE LA CULTURE MEXICAINE POUR CELEBRER LE JOUR DES MORTS

L’Office hollandais des fleurs...

L’OHF S’INSPIRE DE LA CULTURE MEXICAINE POUR CELEBRER LE JOUR DES MORTS

L’Office hollandais des fleurs (OHF) célèbrera cette année le jour des morts en s’inspirant des traditions mexicaines autour du « Día de los muertos » qui gagne en popularité ces dernières années en Europe et inspire les jeunes générations. Avec pour message « fêtons la vie d’hier et d’aujourd’hui», l’OHF développe sa campagne avec des visuels montrant des têtes de morts sur lesquels sont placés des fleurs, dont l’œillet d’Inde, emblème officiel de cette fête au Mexique. Une communication nationale est mise en place et un événement floral spectaculaire aura lieu le 1er novembre au quartier du Marais à Paris.

Un sondage réalisé par Opinionway pour Lajoiedesfleurs.fr révèle que 52 % des Français déclarent se rendre au cimetière pour se recueillir et déposer des fleurs, dont 32 % systématiquement ou souvent. Les 65 ans et plus sont plus nombreux à se rendre au cimetière (64 % contre 47 % des moins de 50 ans) tandis que 34 % des moins de 35 ans optent souvent pour une alternative comme allumer une bougie en souvenir du défunt (contre 26 % chez leurs aînés) et 26 % préparent un repas à cette occasion (contre 14 %).
43 % des Français ont entendu parler de la fête mexicaine Dia de los muertos. Celle-ci est plus connue chez les moins de 35 ans (27 % savent de quoi il s'agit contre 20 % de leurs aînés). Des résultats qui montrent tout l’intérêt de cette nouvelle campagne de l’OHF qui s’adresse avant tout aux Millenials, « ceux qui donnent le ton des tendances et sont ouverts aux nouvelles cultures, aux idées innovantes et aux nouveaux événements», indique l’organisme de promotion.

Cette étude a été réalisée auprès d'un échantillon de 1071 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Sources: Office Hollandais des Fleurs Sondage Wopinionway pour Lajoiedesfleurs.fr

Crédit photo : Lajoiedesfleurs.fr
Télécharger le flyer de la campagne

 

Production

03 Octobre 2017

FORTE DIMINUTION DU NOMBRE D’HORTICULTEURS/PEPINIERISTES EN REGION AUVERGNE-RHONE-ALPESD'après l'O...

FORTE DIMINUTION DU NOMBRE D’HORTICULTEURS ET DE PEPINIERISTES EN REGION AUVERGNE-RHONE-ALPES

D'après l'Observatoire des données structurelles des entreprises de production de l'horticulture et de la pépinière ornementales conçu par AND International pour FranceAgriMer, la région Auvergne-Rhône-Alpes compte 478 entreprises horticoles et de pépinières, soit 13 % de l'ensemble des entreprises de production françaises. 281 entreprises sont à dominante « horticulteurs » et 179 à dominante « pépiniéristes » (les autres étant à dominante fleurs coupées et à gammes mixtes).

Le chiffre d'affaires total est estimé à 197 millions d'euros HT (dont 91 % de production propre, le reste étant constitué de négoce, de la vente de services d'espaces verts, d'articles de jardinerie...). Le secteur représente 2 481 emplois directs (en équivalent temps plein) dont 1 340 salariés permanents.

Le nombre d'entreprises a baissé de 15 % entre 2013 et 2016 après avoir augmenté de 3 % entre 2010 et 2013. On note un phénomène de regroupement entre 2013 et 2016 qui se traduit par une hausse de 3 % du chiffre d'affaires moyen par entreprise et une hausse de 6 % du nombre d'ETP par entreprise mais qui ne compense pas la baisse globale d'activité dans la région et au final de l'emploi puisque le chiffre d'affaires horticole recule de 13 % et le nombre d'emplois directs de 11 % entre 2013 et 2016.

Source : Observatoire des données structurelles des entreprises de production de l’horticulture et de la pépinière ornementales Bassin Rhône-Alpes / Auvergne par AND International pour FranceAgriMer, septembre 2017.

 

Entreprises

19 Septembre 2017

LES FLEURS, UN PARFAIT EXEMPLE D’ECONOMIE DE L’EXPERIENCE

Dans un récent webinar (conférence en ligne...

LES FLEURS, UN PARFAIT EXEMPLE D’ECONOMIE DE L’EXPERIENCE

Dans un récent webinar organisé par la Produce Marketing Association (qui représente aux États-Unis les entreprises de produits frais et du secteur de la fleur), l'Institut de la couleur Pantone indiquait qu'aujourd'hui les consommateurs veulent de l'expérience, une histoire et sentir un lien entre eux et les produits qu'ils achètent.

Les fleurs conviennent tout à fait à l'économie de l'expérience explique un article issu d'un blog. Rappelons qu'« une expérience est un événement mémorable qui implique chaque personne d’une façon forcément personnelle et crée donc un souvenir. » (B. Joseph Pine II, auteur). Dans le commerce, l’expérience va au-delà du service et «l'expérience client (...) est un engagement continu qui requiert du personnel, du travail, d’être reconnu et mesuré » (Jeneanne Rae PDG de Motiv Strategie). Par exemple, les résultats d’un sondage réalisé en France indiquent que le principe de cueillette (où l’agriculteur propose aux clients de cueillir eux-mêmes leurs fruits, légumes et fleurs) intéressent les consommateurs. 55 % aimeraient pouvoir cueillir leurs fleurs. Cette proportion monte à 62 % chez les 25-34 ans.
Les fleurs continuent de fleurir et de changer après l’achat, ce qui est le cas de peu d’autres produits, rappelle le blog. Elles sont accessibles et constituent un achat personnel. Si certains consommateurs choisiront des fleurs tout simplement parce qu’ils les trouvent jolies, d’autres ont plusieurs fleurs préférées et chacune d’entre elles est pour eux spéciale. Autre tendance mise en avant lors du Webinar : les consommateurs passent désormais de la «consommation passive» à la «participation active» dans les produits qu’ils utilisent, achètent et partagent.

Sources :
Les Français et leurs fruits et légumes, sondage OpinionWay pour Chapeau de paille, Avril 2017.
Flowers in the Experience Economy, Floraldaily, 9/8/2017. Article repris dans Union Fleurs Media Review - Week 36/2017
Lisa RONER, L’ÉCONOMIE DE L’EXPÉRIENCE, Compass.

 

Développement durable

11 Septembre 2017

VERS UNE CONCEPTION URBAINE ORIENTEE AVANT TOUT VERS LE BIEN-ETRE DES USAGERS ?

Dans un contexte d’...

VERS UNE CONCEPTION URBAINE ORIENTEE AVANT TOUT VERS LE BIEN-ETRE DES USAGERS ?

Dans un contexte d’urbanisation croissante, il convient aujourd’hui de mieux comprendre les facteurs qui définissent notre perception des espaces urbains et comment ils affectent notre bien-être physique et mental.
Les espaces de travail en phase avec le progrès et qui favorisent la productivité des individus qui y travaillent doivent être élaborés avec eux dans la mesure où l’avenir de la vie urbaine repose fondamentalement sur la création d’espaces «vivants», verts et qui suscitent la participation des usagers.

Le secteur de l’immobilier peut jouer un rôle important dans ce défi. On citera par exemple à Sydney le projet de réhabilitation du quartier Barangaroo, ancien port qui sera complètement transformé avec des bureaux à la pointe de la technologie, des résidences, des magasins, des restaurants et un jardin public. Voir le projet barangaroo à Sydney
Melbourne de son côté, installera un parc urbain de 2 000 m² à 10 mètres au-dessus du sol. Voir le projet Skypark à Melbourne

A Singapour, le futur quartier Paya Lebar a été conçu pour intégrer des éléments de bien-être, tels qu'un système de filtration de l’air amélioré, une lumière naturelle abondante, plus de 9 000 m² d’espaces verts et deux espaces extérieurs couverts où des événements culturels et de quartier se tiendront.Voir le projet du quartier Paya Lebar à Singapour

A l’avenir, il ne sera plus suffisant de simplement développer des immeubles qui répondront aux critères de développement durable aussi important que ce soit. A la place, ils devront adopter une approche plaçant les individus en priorité avec des projets qui gardent à l’esprit la santé et le bien-être des occupants tout en fournissant un écosystème complet qui intègre le travail avec d’autres activités.

Source : Richard PAINE, Why the built environment needs a people-first philosophy, Real Views, 7 September 2017.

Crédit photo : VAL'HOR

Real Views est un site présentant les tendances et autres changements impactant le secteur immobilier. Il appartient à JLL, leader mondial du conseil en immobilier d’entreprise.

 


Imprimer la newsletter