Banniere En Quête de Vert

7 septembre 2017

Consommation

06 Septembre 2017

HAUSSE DU POIDS DES ACHATS DE VEGETAUX POUR OFFRIR ET POUR LE BALCON / LA TERRASSE EN 2016

Le bilan...

HAUSSE DU POIDS DES ACHATS DE VEGETAUX POUR OFFRIR ET POUR LE BALCON / LA TERRASSE EN 2016

Le bilan consommateurs 2016 des achats de végétaux d’ornement et pour le potager réalisé par Kantar TNS pour VAL’HOR et FranceAgriMer révèle une situation assez stable par circuit mais des évolutions dans la destination des achats.

En 2016, 74 % des ménages français ont acheté des végétaux d’ornement ; une part identique à 2015. Par contre, la proportion de ménages acheteurs de végétaux pour le potager diminue : elle est de 34 % en 2016 contre 36 % en 2015.
La grande distribution reste le lieu d’achat le plus fréquenté pour l’ensemble des achats de végétaux (c’est-à-dire ornement et potager). Néanmoins, en volume, la jardinerie spécialisée reste le premier circuit et pour les végétaux d’ornement uniquement, le fleuriste est en sommes dépensées le premier lieu d’achat.
En 2016, les ménages acheteurs ont dépensé en moyenne 59,50 € en végétaux d’intérieur (hors deuil), 52,60 € en végétaux d’extérieur (hors deuil), 39,00 € en végétaux pour le cimetière et 60,20 € en végétaux pour des obsèques. Les dépenses des ménages en végétaux se décomposent de la façon suivante : 39 % en végétaux d’intérieur, 29 % en végétaux d’extérieur, 23 % en végétaux pour le deuil (cimetière, obsèques) et 9 % en végétaux pour le potager. Les fleurs coupées représentent 58 % de l’ensemble des dépenses en végétaux d’intérieur contre 42 % pour les plantes en pot.
Les dépenses de végétaux d’extérieur se répartissent de la façon suivante : 55 % en plantes, bulbes et graines, 36 % en arbres et arbustes d’ornement et 9 % en arbres et arbustes fruitiers.

En 2016, 53 % des ménages acheteurs ont effectué au moins un achat en végétaux d’intérieur ou d’extérieur pour l’offrir. Les ménages acheteurs de végétaux pour offrir ont consacré cette même année un budget de 55,60 € contre 54,40 € en 2015. 44 % des ménages ont effectué en 2016 au moins un achat en végétaux d’extérieur pour le jardin et 24 % pour le balcon/rebord de fenêtre/la terrasse. Cette deuxième destination représente un poids plus important dans les achats en 2016 : 28% des quantités achetées, contre 24 % en 2015 et 24 % des sommes dépensées, contre 23 % en 2015.

Source : Panel consommateurs Kantar TNS pour VAL’HOR et FranceAgriMer, données 2016.

 

Bienfaits du végétal

01 Septembre 2017

LES ARBRES POURRAIENT RAPPORTER 420 MILLIONS D'EUROS PAR AN DANS LES PLUS GRANDES VILLES DU MONDE

Les...

LES ARBRES POURRAIENT RAPPORTER 420 MILLIONS D'EUROS PAR AN DANS LES PLUS GRANDES VILLES DU MONDE

Les mégapoles concentrent aujourd’hui près de 10% de la population mondiale, soit 750 millions d'habitants.

Une étude américaine portant sur la surface existante ou potentielle couverte par les arbres de 10 villes du Monde (Pékin, Buenos Aires, Le Caire, Istanbul, Londres, Los Angeles, Mexico, Moscou, Bombay et Tokyo) révèle que les services écosystémiques apportés par les arbres représentent une valeur médiane annuelle de 505 millions de dollars, soit 425 millions de d’euros. Ceci est équivalent à 1,2 million de dollars (1,0 million d’euros) par kilomètre carré d’arbres et à 35 dollars (29 euros) en moyenne par habitant de ces mégapoles.
Une valeur totale qui, d’après le Docteur Theodore Endreny, auteur principal de cette étude, pourrait être facilement doublée en plantant plus d’arbres.

Les bienfaits retenus dans l’étude sont l’amélioration de la qualité de l'air par la filtration des polluants, les économies d’énergie associées à l’impact de la présence d’arbres sur la température et l’atténuation des émissions de carbone. Les arbres apportent des bienfaits dont la plupart des gens n’ont pas conscience.
« Mettre ces résultats à une plus grande échelle des systèmes socio-économiques prouve dans quelle mesure la nature favorise le bien-être individuel et collectif en apportant gratuitement des services écosystémiques », indique l’un des co-auteurs de l’étude.

Source : What's the annual value of trees? $500 million per megacity, study says, EurekAlert, 22 August 2017.

 

Développement durable

06 Septembre 2017

DES FEUILLES MORTES POUR ALIMENTER DEMAIN DES PRODUITS DE HAUTE TECHNOLOGIE ?

Comme dans d’autres pays...

DES FEUILLES MORTES POUR ALIMENTER DEMAIN DES PRODUITS DE HAUTE TECHNOLOGIE ?

Comme dans d’autres pays, la Chine doit gérer une importante quantité de feuilles mortes, qui bien souvent sont brûlées, augmentant ainsi davantage les problèmes de pollution de l’air.

Pour résoudre ce défi, des ingénieurs chinois travaillent à la transformation des feuilles en matériaux poreux à base de carbone pouvant être utilisés dans la production de produits électroniques high-tech. Le processus comprend plusieurs étapes mais relativement simples. Le résultat est la production de matériaux pouvant fonctionner comme des supercondensateurs avec une capacité trois fois plus élevée que certains supercondesateurs à base de graphène. Les condensateurs sont utilisés pour les appareils électroniques et les supercondensateurs peuvent contenir beaucoup plus d’énergie que les condensateurs habituels et peuvent se charger aussi plus rapidement.

Il s’agit pour l’instant d’un travail laborieux et onéreux mais les coûts pourront baisser significativement à plus grande échelle.

Source : Hongfang Ma, Zhibao Liu, Xiaodan Wang, Changcun Zhang, and Rongyan Jiang — Supercapacitive performance of porous carbon materials derived from tree leaves.

 

Mode de vie

01 Septembre 2017

LE JARDINAGE PLUS PRESENT CHEZ LES FRANÇAIS A PARTIR DE 30-39 ANS

L’Institut d’études GFJ a mené cet...

LE JARDINAGE PLUS PRESENT CHEZ LES FRANÇAIS A PARTIR DE 30-39 ANS

L’Institut d’études GFK a mené cet été une étude en ligne sur la fréquence de jardinage et de travaux d'entretien auprès de 23 000 consommateurs âgés de 15 ans et plus de 17 pays, dont 1 510 Français.

6 % des Français interrogés (contre 7 % de l’ensemble des personnes interrogées) jardinent tous les jours ou presque et 28 % jardinent au minimum une fois par semaine (contre 31 %). 22 % des Français (21 % de l’ensemble des répondants) jardinent au moins une fois par mois (mais moins d’une fois par semaine) et 22 % moins d’une fois par mois (contre 24 %). 27 % des Français (24 % de l’ensemble) ne jardinent jamais.

Si l’on regarde en détail les résultats chez les Français, on observe que la pratique du jardinage ou de travaux d’entretien en extérieur est plus fréquente chez les hommes : 32 % jardinent ou réalisent des travaux au moins une fois par semaine contre 25 % des femmes.
La pratique de jardinage et des travaux d’entretien en extérieur augmente fortement à partir de 30-39 ans. 29 % jardinent ou réalisent des travaux au moins une fois par semaine (contre 20 % des 20-29 ans et 28 % de l’ensemble des Français) et 27% jardinent ou réalisent des travaux au moins une fois par mois mais moins d'une fois par semaine (contre 22 % des 20-29 ans et 22 % aussi de l’ensemble des Français). La proportion de réfractaires diminue également fortement à partir de 30-39 ans puisqu’ils ne sont que 19 % à ne jamais jardiner (contre 36 % des 20-29 ans et 27 % de l’ensemble des Français). Il y a donc un potentiel non négligeable en matière de jardinage chez les trentenaires.
La pratique du jardinage et de travaux d’entretien augmente avec le revenu des Français.
Enfin, on observe qu’elle est plus élevée chez les propriétaires que chez les locataires : 38 % jardinent ou réalisent des travaux au moins toutes les semaines, contre 18 % des locataires.

Source : Fréquence de jardinage ou de travaux d’entretien en extérieur, étude GFK, août 2017.

 


Imprimer la newsletter