Banniere En Quête de Vert

9 novembre 2017

Développement durable

06 Novembre 2017

GUIDE

GUIDE "AGIR POUR LES AGRICULTURES DES AIRES URBAINES" PAR PLANTE & CITE

Plante & Cité publie le guide « Agir pour les agricultures des aires urbaines" réalisé avec Terres en villes et soutenu par VAL’HOR et la région Pays de la Loire. Cet ouvrage en libre accès offre des outils de compréhension et d’action aux professionnels publics et privés (collectivités locales, entreprises, aménageurs, urbanistes, paysagistes, agriculteurs…).

Des éléments historiques sur les politiques agricoles des aires urbaines et sur les jardins collectifs, une présentation de la diversité des itinéraires techniques, des acteurs ou encore des systèmes de distribution et de commercialisation permettront tout d’abord au lecteur de disposer d’éléments de cadrage. Les enjeux, économiques, environnementaux, sociaux et sociétaux sont aussi identifiés et illustrés d'exemples.
Un second chapitre expose les bonnes pratiques de gouvernance et les aspects à prendre en considération lors de projets pour lesquels la collectivité locale est impliquée : les sols, l’eau et la biodiversité, le foncier, le cadre juridique et les modèles économiques.
Le troisième chapitre met en avant les étapes de la co-construction des politiques agricoles d’agglomération, de la mise en place de la gouvernance à l’évaluation de la démarche ainsi que les leviers pour co-construire une politique agricole et alimentaire globale.

Enfin, le guide révèle les trois grands leviers d’action pour les villes agricoles : agir à toutes les échelles du territoire, dialoguer et créer un maillage d’acteurs dont la force est la diversité et se former, et enfin partager les initiatives et expérimenter.

Source : Plante & Cité, Terres en villes, 2017. Agir pour les agricultures des aires urbaines. Guide d’aide à la décision. Plante & Cité, Angers, 145 p.

Crédit photo : Gilles Lecuir, Natureparif

 

Entreprises

06 Novembre 2017

CODE DE CONDUITE PLANTES ENVAHISSANTES ET CAS DU PENNISETUM SETACEUM

Le « Code de conduite professionnel...

CODE DE CONDUITE PLANTES ENVAHISSANTES ET CAS DU PENNISETUM SETACEUM

Le « Code de conduite professionnel relatif aux plantes exotiques envahissantes », lancé en 2015 sous l’égide de l’Interprofession VAL’HOR, permet de mener une réflexion globale tenant compte des différents aspects du végétal (culturel, historique, social, économique) afin de trouver des solutions qui conviennent à tous les interlocuteurs. Construit sur la mise en réseau de connaissances et de retours d’expérience et enrichi de travaux scientifiques, il a été mis à jour en octobre 2017 et compte désormais 70 espèces végétales dont 26 espèces réglementées.
En effet, le règlement européen UE 1143/2014 interdit la production, l’utilisation et le commerce de certaines plantes exotiques envahissantes sur le territoire de l’Union. Il a été mis à jour en juillet 2017 avec l’ajout de 9 nouvelles espèces végétales parmi lesquelles Pennisetum setaceum. De nombreux cultivars étant présents dans le genre Pennisetum et parfois présentés sous des dénominations différentes, une information détaillée a été formulée et est disponible sur le site www.codeplantesenvahissantes.fr.

Elle précise notamment que les cultivars 'Rubrum', 'Sky Rocket' ou encore 'Firework' ne sont pas visés par cette interdiction.

400 entreprises de la production, du commerce ou du paysage se sont d’ores et déjà engagées volontairement à respecter les interdictions et les recommandations d’utilisation formulées au sein du Code de conduite.

Source : VAL’HOR

 

Communication

02 Novembre 2017

DES IDEES DECO AVEC LA PLANTE « STAR » DE NOEL : LE POINSETTIA

On estime à près de 2 millions le nombre...

DES IDEES DECO AVEC LA PLANTE « STAR » DE NOEL : LE POINSETTIA

D'après les données de consommation, près de 2 millions de poinsettias sont achetés chaque année par les foyers français. Les principaux circuits de distribution sont le fleuriste (40 % des sommes dépensées), la grande distribution (20 %) et la jardinerie spécialisée (20%). 73 % des dépenses d’achat de poinsettias sont réalisées en décembre, dont 26 % uniquement les 23 et 24 décembre. Les poinsettias sont majoritairement destinés à être offerts (57 % des dépenses en achats pour offrir).
Accéder à l’infographie « poinsettia » sur les achats des Français

Cette année, le Bureau Horticole Régional renouvelle, avec ses partenaires européens, sa campagne sur le poinsettia « Stars for Europe ». Retrouvez sur le site dédié : une banque d’images, des conseils d’entretien, astuces de décoration…


A quelques jours des fêtes de fin d’année (les 2, 3 et 17 décembre), Mission : Végétal rediffusera l’épisode « Noël au naturel » avec des poinsettias pour décorer le sapin ! L’occasion de montrer l’une des nombreuses idées déco avec le poinsettia.

Sources : BHR
Panel consommateurs en végétaux d'ornement Kantar TNS pour VAL’HOR et FranceAgriMer, données 2016.

 

Bienfaits du végétal

02 Novembre 2017

LES ENFANTS ASTHMATIQUES VIVANT EN VILLE SOUFFRENT MOINS LORSQU’ILS VIVENT A PROXIMITE D’UN ESPACE VERT...

LES ENFANTS ASTHMATIQUES VIVANT EN VILLE SOUFFRENT MOINS LORSQU’ILS VIVENT A PROXIMITE D’UN ESPACE VERT

Des chercheurs américains ont interrogé les parents de 196 enfants âgés de 3 à 12 ans qui se sont rendus à l’hôpital au moins deux fois dans l’année pour des problèmes d’asthme. Ils ont analysé le nombre de jours au cours desquels les enfants souffraient de symptômes (problèmes respiratoires, douleurs aux poumons) et la distance entre le logement et l’espace vert le plus proche.

L’étude révèle que les enfants vivant à proximité d’un parc ou jardin souffraient en moyenne pendant 5 jours de symptômes de l’asthme alors que ceux vivant à une distance de 300 mètres d’un espace vert en souffraient en moyenne durant 6 jours. Cet effet est encore plus visible chez les enfants asthmatiques âgés de 6 à 12 ans.

D’après les auteurs de l’étude, ces observations seraient liées à la réduction de pollution à proximité d’un espace vert et à l’activité physique favorisée par la présence d’un espace vert, en particulier pour les enfants relativement plus âgés. En France, 4 millions de personnes souffrent d’asthme. Un phénomène qui entraîne chaque année 2 000 décès et 600 000 journées d’hospitalisation. 10 à 16% des enfants souffrent d’asthme et 14 % des cas d’asthme chez les enfants seraient liés à la pollution automobile.

Sources : Deborah L. Espaces verts en ville : un bol d’air pour les enfants asthmatiques !, Santé sur le Net, 21 octobre 2017.
City kids with asthma suffer less if they live near a park, European Lung Fundation, 08/09/2017.
Statistiques INSERM
InVS, enquête nationale en milieu scolaire.

 


Imprimer la newsletter