Méthodes culturales

Plantes couvre-sol : contribuer au contrôle des adventices et à la promotion de la biodiversité

Action nationale (2017-2020).

Porteur du projet : Astredhor

Lieux de réalisation

ASTREDHOR Loire-Bretagne (CDHR Centre Val de Loire et Arexhor Pays de la Loire), sites partenaires (IFV, iteipmai, Ctifl, GRAB d'Avignon et Inra de Gotheron, lycées agricoles).

L'action nationale
Cette action de quatre ans a pour objectif de contribuer au contrôle des adventices et à la promotion de la biodiversité. Les zones de production nécessitent que des solutions alternatives à l'usage d'herbicides soient développées pour la gestion des rangs ou les abords de parcelles. Les sols nus ne sont pas appropriés pour la culture et sont peu favorables à la biodiversité qui peut permettre de réduire les problèmes de ravageurs.
L'action nationale cherche à développer des gammes de plantes couvre-sol contrôlant efficacement les adventices et capables de promouvoir la biodiversité fonctionnelle suivant trois phases de travail successives :
- mise au point de techniques de multiplication, d'implantation et d'entretien
- tests en situation de production
- création d'outils de diffusion et pédagogiques, diffusion des résultats.

 

Partenaires financiers
Ecophyto, VAL'HOR

Partenaires
ATV-Chambre d'agriculture du 49, BHR, Ctifl, GRAB – ITAB, IFV, iteipmai, Inra, Lycée Angers Le Fresne, Lycée Edgar Pisani, Lycée de l'horticulture et du Paysage de Tornus, Lycée Nature de La Roche-sur-Yon.

Crédit Photo : ASTREDHOR/RATHO

Biotisation des substrats

Synthèse technique

Année : 2017

Porteur du projet : ASTREDHOR

 L'adoption de techniques de production respectueuses de l'environnement est une transition nécessaire pour l'horticulture en France. La biotisation des substrats, c'est-à-dire l';inoculation de micro-organismes non-pathogènes pour améliorer la vigueur et la protection des plantes, est une technique prometteuse et qui constitue une alternative à l' utilisation de produits phytopharmaceutiques. Cependant, ces résultats dépendent de plusieurs facteurs qui doivent être pris en compte.

La synthèse & "Biotisation des substrats" réalisée par ASTREDHOR présente les résultats des recherches menées sur cette technique et apporte plusieurs préconisations. 

Accéder à la synthèse

Crédit Photo : ASTREDHOR/GIE Fleurs et plantes

Influence des conteneurs sur le développement des arbres

Synthèse technique

Année : 2017

Porteur du projet : ASTREDHOR

L'utilisation de conteneurs pour la production hors-sol d'arbres est une technique qui présente de nombreux avantages (élimination des problèmes liés au sol, meilleure maîtrise des intrants, simplification des techniques culturales, produits de meilleure qualité commerciale...) mais aussi des enjeux importants liés à la limitation du volume disponible en conteneurs pour le système racinaire. Dans le cadre d'expérimentations menées par ASTREDHOR entre 2013 et 2015, l'Institut publie une synthèse présentant ces enjeux à prendre en considération sachant également que différents modèles de conteneurs visent aujourd'hui à améliorer la culture hors-sol. 

Accéder à la synthèse


Crédit Photo : ASTREDHOR

Serres et énergie, retours d'expériences

Synthèse de la journée technique

Année : 2017

Porteur du projet : ASTREDHOR

Les serristes, confrontés à des coûts d'investissement élevés sont de moins en moins nombreux en France. Parallèlement, l'utilisation d'énergie pour chauffer les surfaces de production couvertes, constitue une réelle source de préoccupation pour les professionnels puisque le poste énergie représente 11 % des charges de production directes. <br />Ces éléments de contexte ont été présentés par Claude Dehais, Président d&rsquo;ASTREDHOR lors de la journée technique &quot;Serres et énergie, retours d&#39;expériences&quot; qui a eu lieu en janvier 2017. Cet événement avait été organisé par ASTREDHOR Seine-Manche et Auvergne-Rhône-Alpes en partenariat avec la Ville de Paris, Agrithermic et Clauger. <br /><br />Une synthèse composée de résumés d&#39;interventions est désormais téléchargeable gratuitement.

Accéder à la synthèse


Crédit Photo : ASTREDHOR

Florilèges toitures: observatoire des plantes de toitures

Période : 2015 - 2017

Porteur du projet : Plante & Cité

Objectifs :

- Mettre en place un observatoire dans le cadre d'un programme de sciences participatives.

- Identifier des végétaux adaptés à un usage sur toitures végétalisées extensives (plantés et spontanés).

- Identifier la flore spontanée ayant un impact potentiel sur le bâti.

- Dégager des ITKs d'entretien (fréquence, pratiques)

- Apporter des réponses par régions.

Résumé :

Cet observatoire a été créé pour une phase exploratoire en 2011. Il a pour vocation de prendre la suite et de compléter le programme expérimental sur 4 sites de diversification végétale en toitures. Il porte sur des toitures en conditions réelles et non sur des dispositifs expérimentaux.
Ce programme permet d’étudier le comportement et l’adaptation sur le long terme des végétaux validés au cours de l’expérimentation sur quatre sites. Il permet également d’étudier une palette plus large de végétaux, notamment la flore spontanée. Il offre enfin l’opportunité – grâce à la constitution d’un réseau de partenaires – de bénéficier de multiples retours d’expériences et observations sur le végétal, le vivant au sens large, et sur les pratiques d’entretien mises en oeuvre.

Cet observatoire participatif repose sur les observations de professionnels volontaires constituant un réseau de sites pilotes répartis sur tout le territoire national. Le suivi consiste en un relevé unique annuel du maintien ou de la disparition des essences présentes sur une toiture donnée. L’observatoire comprend actuellement 15 sites de relevés, et un potentiel global d’une trentaine de sites.
La faisabilité et le potentiel d’étude étant confirmés après 3 années exploratoires, il est proposé de le développer en synergie avec le programme Florilèges (mutualisation/adaptation des outils internet, animation des réseaux d’observateurs volontaires).

Méthode :

Vous êtes un professionnels gestionnaires de toitures végétalisées : participez à l'observatoire

Contact : toitures@florileges.info

 

Partenaires : Collectivités territoriales, entreprises, établissements de formation

Financeur : Val'hor

Accéder au document d'aide à l'identification des plantes de toitures

Crédit Photo : Plante & Cité/EPLEFPA Antibes/Denis Ferrando

Réguler la croissance et augmenter la ramification de la plante avec l'éclairage LED

Projet de 3 ans (2014-2016) actuellement en cours.

Porteur du projet : Astredhor

Lieux de réalisation

ASTREDHOR Loire-Bretagne (Stepp) et ASTREDHOR Sud-Ouest (GIE Fleurs et Plantes)

L'action nationale
L'éclairage photosynthétique en horticulture par les lampes à vapeur de sodium (HPS) ou à halogénures métalliques (MH) est utilisé pour augmenter la croissance, la ramification, et stimuler la floraison des cultures ornementales en complément de la lumière naturelle. Cet éclairage est cependant énergivore, coûteux, et ne permet pas une photosynthèse efficace de la plante. L'éclairage avec les diodes électro luminescentes (LED, Light Emitting Diodes) est une solution à fort potentiel moins énergivore (environ – 30 %). Son spectre lumineux est adaptable au besoin d'une production végétale donnée, notamment pour l'horticulture ornementale où la maîtrise de la croissance sans régulation chimique est une préoccupation majeure. Cette action, portée par ASTREDHOR Loire-Bretagne, vise à évaluer l'intérêt agronomique et économique des modules d'éclairage LED sur le marché pour différentes cultures horticoles (plantes en pots, pied mères, jeunes plants) cultivées sous abris comme le dipladénia, le rosier, le chrysanthème, l'hibiscus ou encore le poinsettia. Les essais comparent des systèmes d'éclairage classiques et différentes modules d'éclairage LED avec évaluation d'au moins deux modules différents de LED sur cultures de plantes en pot, de pieds mères et de jeunes plants sous abri, et des modules LED avec différentes compositions de spectre lumineux.

Partenaires
Valoya, Philips, Fionia Lighting, Heliospectra, Carl Otto Ottosen Arhus de l'université du Danemark, Leo Marcelis et Tom Dueck de l'université Wagening aux Pays-Bas, Hans Gislerod l'université des Sciences de la vie en Norvège, Debbie Wilson et Phillip Davis de l'Horticultural Development Company au Royaume-Uni, Martin Mcpherson du Stockbridge Technology Centre au Royaume-Uni.

Partenaires financiers
FranceAgriMer, VAL'HOR

Avancées
L'installation sur les sites du GIE Fleurs et Plantes et de la Stepp en septembre 2014 a porté sur deux cultures de pieds mères (pélargonium et dipladénia) sous différents systèmes d'éclairage LED. La première série de production de boutures de pélargonium à la Stepp a montré que la qualité de lumière apportée a une influence sur la qualité de bouture. Le système LED NS1 (Valoya) semble donner des boutures plus compactes tandis que le système LED AP67 (Valoya) semble augmenter la croissance des boutures. Les expérimentations se poursuivent pour confirmer ces résultats. Les résultats obtenus sur boutures avec le système Philips voient peu d'amélioration de l'enracinement et le développement végétatif des jeunes plantes par rapport au témoin avec éclairage HPS.

 

Crédit Photo : ASTREDHOR

Gestion écologique des plantes envahissantes : techniques innovantes et gestion paysagère

Période : 2015-2017

Porteur du projet : Plante & Cité

Objectifs : 

- Identifier et valider scientifiquement l’intérêt des pratiques de gestion mises en oeuvre ou innovantes telles que des pratiques culturales, du biocontrôle, une gestion paysagère …

- Evaluer les techniques sur leur efficacité et les conditions de mises en œuvre (caractéristiques techniques et coûts)

Résumé :

Dans le contexte actuel de la réduction des produits phytosanitaires de désherbage, la gestion des plantes à caractère envahissant soulève encore de nombreuses questions de la part des professionnels. Les gestionnaires des zones non agricoles (collectivités territoriales, gestionnaires d’infrastructures de transport, de voies navigables…) rencontrent des difficultés techniques et économiques pour gérer les pressions exercées par ces communautés végétales. Il peut s’agir de plantes exotiques envahissantes comme la renouée ou l’ailanthe mais des difficultés de gestion sur des végétaux tels que le liseron ou le chardon sont également rencontrées par les gestionnaires de parcs et jardins dans le cadre de la gestion différenciée. Face à ces dynamiques végétales, plusieurs stratégies existent : le désherbage, le confinement, l’aménagement (acceptation contrôlée). Les acteurs manquent de données sur l’efficacité qui soient contextualisées. Il existe aussi un fort besoin d’outils de diagnostic pour accompagner les choix techniques des gestionnaires. L’enjeu est de rationaliser les interventions à partir de références testées afin de mieux gérer ces espèces. Cette étude vise ainsi à mieux accompagner les gestionnaires d’espaces verts dans la mise en place d’une gestion écologique efficace des plantes envahissantes. 

Financeurs du projet : ONEMA (Ecophyto), VAL'HOR, Plante & Cité

Accéder au rapport d'enquête associé

 

Crédit Photo : Jan Samanek, Phytosanitary Administration, Bugwood.org

 

Systèmes de production hors sol innovants pour une optimisation des rotations sous abri

Projet de 3 ans (2015-2017) actuellement en cours.

Porteur : Astredhor

Lieux de réalisation
ASTREDHOR Méditerranée (Scradh, Creat)

L'action nationale
La diversification des productions est devenue un impératif pour le secteur des fleurs coupées face à la concurrence internationale et à la hausse du coût de l'énergie. Le changement des gammes produites en entreprises s'accélère, avec un recul observé des cultures spécialisées pérennes chauffées et des gammes plus diversifiées de cultures courtes (2 à 4 mois) ou de vivaces à floraison saisonnière produites en pleine terre.
Pour des raisons de rentabilité, il est aujourd'hui nécessaire de produire en continu sous abri, d'où la recherche de rotations plus intensives pour un chiffre d'affaire/m² maximal. La réduction de l'usage de produits phytosanitaires, la recherche de productions de qualité sans impact sur l'environnement, la réduction de la pénibilité, l'augmentation de l'efficacité du travail, et les améliorations apportées par le hors sol, permettent d'envisager le passage en production hors sol comme une solution pour répondre aux objectifs de compétitivité. La culture hors sol apparaît donc comme un atout pour permettre la différenciation de la gamme de produits coupés, à condition de disposer de systèmes de culture hors sol efficaces et polyvalents.
L'action nationale, portée par ASTREDHOR Méditerranée (Scradh), vise à créer et valider les outils de production hors sol manquants, et ainsi concevoir de nouveaux types de rotations permettant une totale liberté dans les gammes produites (annuelles et vivaces). Cette réflexion sur les systèmes de production intègre à la fois le volet technique (efficacité et polyvalence) et le volet économique (niveau d'investissement/chiffre d'affaires attendu). Les rotations incluent tous les usages ornementaux et comestibles des fleurs et rameaux décoratifs (Agapanthus, Tulbaghia, Scilia, Helleborus, sédum, phlox, Physostegia, Delphinium...).

Partenaires
Fournisseurs de matériels (plastiques, métal, systèmes hydrauliques) et d'outils de manutention

Partenaire financier
CasDar

 

Crédit Photo : ASTREDHOR