Flash Info 26 janv. 2021

Mikaël Mercier« Chers Collègues,

Comme vous le savez, depuis le mois de mars dernier, la filière connait une situation inédite. Les Présidents des Fédérations professionnelles et moi-même nous sommes immédiatement mobilisés pour soutenir l’ensemble des entreprises – producteurs, grossistes, paysagistes, fleuristes, jardineries - et faire entendre la voix de l’Interprofession.

Une campagne de communication a été diffusée massivement à la TV et sur nos différents canaux de communication digitaux en mai-juin dernier avec, comme leitmotiv « Le végétal, c’est la vie ! » Dans le même temps, une étude sur les conséquences économiques de la COVID-19 sur les entreprises de la filière a été lancée. Des premiers résultats, diffusés en septembre, ont permis de mettre en évidence une diminution du chiffre d’affaires des entreprises spécialisées de 14% de mars à juin 2020 (par rapport l’année précédente), et des baisses conséquentes pour de nombreuses entreprises. Cette étude se poursuit et les prochains résultats vous seront communiqués.

Lors du second confinement, VAL’HOR a continué de se mobiliser pour que les magasins, notamment les fleuristes, restent ouverts pendant le 1er week-end du confinement - week-end de la Toussaint -contrairement aux autres magasins dits « non-essentiels ». Nos efforts se sont concentrés sur la réouverture, dès que possible, des points de vente pour leur permettre de vendre notamment les sapins de Noël en extérieur à partir du 20 novembre, avant même la fin du confinement.

Début décembre, les Présidents des Familles et moi-même avons rencontré le Président Macron à l’occasion de l’illumination du sapin de Noël à l’Élysée. Cette rencontre nous a permis d’avoir un échange direct et franc avec le Président de la République et la Première dame sur les préoccupations et les attentes de la filière. Depuis, l’Interprofession ne cesse de porter le même message, y compris auprès des médias nationaux et régionaux, surtout avec la menace d’un éventuel 3ème confinement : le végétal est essentiel à la vie et doit être considéré comme essentiel par les pouvoirs publics. Il en va de la survie de nos entreprises et du bien-être des Français.  

Pour relayer notre message et notre demande de maintien de l’ouverture de l’ensemble de nos entreprises, les échanges se sont intensifiés à très haut niveau ces derniers jours, auprès du Secrétariat général de l’Élysée, de Matignon, des cabinets des ministres en charge de l’Économie, de l’Agriculture et de la Santé, afin que la décision gouvernementale soit prise en toute connaissance de cause, et avec discernement. Chacun mesure l’impact des décisions sur les entreprises et les commerces de notre filière.

Notre filière a fait preuve d’une grande résilience jusqu’à maintenant, grâce à l’implication de tous. Je compte aussi sur vous, de nouveau, pour trouver les bonnes solutions et s’adapter, autant que faire se peut.  Soyez convaincus, chers collègues, de mon entière implication et de tout mon dévouement, à notre cause. »

Mikaël Mercier, Président de l'Interprofession VAL'HOR

LES ACTIONS INTERPROFESSIONNELLES

UNE STRATÉGIE D’INFLUENCE QUI MONTE EN PUISSANCE

Face au risque d’un 3ème confinement, nous avons intensifié notre pression auprès de l’exécutif. Ainsi, nous avons mené plusieurs actions d’influence pour faire reconnaître le végétal comme essentiel et ainsi garantir la poursuite de l’activité de nos entreprises.

Plusieurs échanges de haut niveau ont eu lieu avec :

  • le Secrétariat Général de l’Elysée ainsi qu’avec les conseillers techniques du cabinet du Premier ministre,
  • les ministères - le cabinet du ministre de l’agriculture Julien Denormandie, le cabinet du ministre de la santé, Olivier Véran et le cabinet de la ministre déléguée auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher.


Principaux messages de notre argumentaire :

  • Le végétal est essentiel à la vie et à la santé des Français
  • Le végétal est un produit agricole de saison ultra-frais, périssable, non transformable, non stockable,
  • Le végétal a besoin de visibilité pour grandir : pour sauver les plantations de demain, l’activité doit être maintenue aujourd’hui.
  • La filière du végétal est responsable et engagée : l’ensemble des professionnels garantissent l’application de protocoles sanitaires stricts et sont en capacité de s’adapter aux évolutions du contexte sanitaire.

 

article Ouest France. L'horticulture appelle au secoursUNE PRÉSENCE MÉDIATIQUE RENFORCÉE

En toile de fond, nous maintenons une présence médiatique forte depuis le mois de décembre avec la mobilisation de députés qui sont devenus des porte-parole de notre filière.

Une présence médiatique à la fois dans la presse nationale et régionale est assurée afin d’alerter le grand public sur la situation de notre filière et les conséquences.

Des médias tels que Ouest-France (643 440 exemplaires quotidiens), Les Dernières Nouvelles d’Alsace (130 829 exemplaires quotidiens), France 3 Grand-Est Lorraine (30,6% de part d’audience pour le 19/20) ou encore Var Matin (48 737 exemplaires quotidiens) ont réalisé durant janvier 2021 des sujets marquants sur l’ensemble de la profession, sensibilisant ainsi l’opinion du grand public. 

article France 3Par ailleurs, la mobilisation des députés apportant leur soutien à la filière du végétal a activement été relayée sur les réseaux sociaux.

> Voir la revue de presse

Rencontre avec Loïc Thouvenot, paysagiste

Rencontre avec Alain Tigreat, directeur du Jardiland Guipavas

Entretien avec Mikaël Mercier, président de VAL'HOR et pépiniériste

Retour au sommaire

Imprimer la newsletter