Mon espace pro

Deux études relèvent les attentes des Français vis-à-vis des entreprises pour contrer les chocs de ces derniers mois.

Des enjeux pour les marques au-delà de l’offre de produits et services

Chaque choc redéfinit les attentes des Français envers les marques. Au début de la crise sanitaire, les consommateurs désiraient qu’elles les accompagnent dans cette situation difficile. A présent que le contexte actuel est marqué par une pression sur le pouvoir d’achat résultant de l’inflation, les consommateurs attendent des marques qu’elles se rendent à nouveau utiles.

D’après une étude .Becoming effectuée en septembre 2022, 64% des Français considèrent qu’une marque est « utile » si elle améliore leur pouvoir d’achat, 48% si elle leur fait gagner du temps. En outre, 51% des Français (soit 7% de plus qu’en 2020) estiment qu’une marque utile à la planète doit privilégier la qualité à la quantité, 59% qu’elle doit créer des emplois. Enfin, 69% des Français considèrent qu’une marque qui améliore leur vie à long terme doit d’abord agir sur leur santé.

Les Français veulent augmenter leurs revenus pour compenser la diminution de leur pouvoir d’achat

Les Français s’adaptent au contexte inflationniste non seulement dans leur façon de dépenser, mais aussi de gagner de l’argent, ce qui suggère aussi des attentes vis-à-vis de leurs employeurs. 4 salariés sur 10 aimeraient travailler plus pour gagner plus afin de compenser la perte de pouvoir d’achat. Une proportion qui monte à 65% chez les 18-34 ans.

Trois salariés sur dix déclarent avoir des activités rémunérées supplémentaires à leur emploi actuel. Outre le rachat de RTT, 19% des Français interrogés ont déjà demandé une avance sur salaire auprès de leurs employeurs ces derniers mois.

Sources :
Mirabelle BELOIR, [Coronavirus] Ce qu’attendent les consommateurs des marques, LSA, 25/03/2020.
Pierre-Nicolas KRIMIANIS, 64 % des Français considèrent qu’une marque est « utile » si elle améliore leur pouvoir d’achat, E-marketing, 21/10/2022.
La Tribune, Face à l’inflation, certains salariés n’ont d’autre choix que de se serrer la ceinture, 2 novembre 2022.