Mon espace pro

La dernière édition du Salon du végétal a été ponctuée de conférences, dont deux interventions (Carine DARTIGUEPEYROU et Institut Agro Rennes – Angers) sur l’avenir de la filière qui se dessine selon des scénarios. Ces derniers reposent sur des tendances économiques ou sociétales émergentes.

Scénarios pour le végétal en France à l’horizon 2030 d’après Carine DARTIGUEPEYROU, prospectiviste

Lors de sa conférence, Carine DARTIGUEPEYROU, prospectiviste, a fait la lumière sur les grandes tendances mondiales à garder à l’esprit et les scénarios à venir, dans le monde puis plus spécifiquement pour le végétal en France :

Le luxe hors-sol (scénario tendance). La végétalisation devient « hyper techno ». Il y a un désir d’immédiateté : « Je veux ma plante tout de suite ».

La crise phytosanitaire (scénario catastrophe). Une série de variables interagissent, créant une catastrophe. Ici, il s’agit du dérèglement climatique, de l’intensification de la pollution, des conflits mondiaux… Le végétal ne retient plus le CO2. Il devient toxique.

Le remède santé (scénario de rupture). En Europe, 10% de la population est obèse, aux Etats-Unis, 30%. On recherche un remède santé pour l’Homme mais aussi l’environnement. On estime qu’il y aura 30% de végétariens et 50% de flexitariens d’ici à 2030.

La ville nature (scénario souhaitable) : les villes ont une responsabilité. Par exemple, faire de Paris la Défense le premier quartier d’affaires post-carbone.

Le végétal en 2050 par des étudiants de l’Institut Agro Rennes – Angers

Dans le cadre du cycle de conférences qui se sont tenues au Salon du végétal 2022, des étudiants ingénieurs de l’Institut Agro Rennes – Angers ont présenté une étude conduite dans le cadre du partenariat avec ASTREDHOR sur la thématique du végétal en 2050.

Celle-ci met en évidence un scénario à partir de grandes tendances mondiales et plus spécifiquement celles qui influencent la filière du végétal dans la sphère économique, sociale et / ou environnementale :

  • Hausse du prix de l’énergie et des matières premières
  • Relocalisation de la production
  • Plus de végétal en ville
  • Valorisation de la production française
  • Pénurie de main-d’œuvre
  • Interdiction de produits phytosanitaires
  • Augmentation de la diversité variétale

Ces tendances permettent d’imaginer les attributs du végétal à l’horizon 2050 :

  • Des services écosystémiques se rapportant à l’utilisation des végétaux
  • Une fonction ornementale associée à une forte adaptabilité climatique
  • Une faible exigence en ressources
  • Une fonction nourricière
  • Une résistance aux bioagresseurs
  • Mais aussi des usages encore inconnus

La mise en œuvre de ces transformations devra passer par les différents maillons de la filière du végétal :

  • Le producteur doit être intégré dans le processus d’innovation afin d’adapter les itinéraires techniques et les produits
  • La relation entre producteur et distributeur devra être renforcée pour répondre aux attentes sociétales et aux défis économiques et environnementaux
  • Les prestations et projets de paysage évolueront pour s’adapter également aux attentes sociétales et aux défis économiques et environnementaux

Des scénarios qui font écho à certains aspects mis en évidence dans l’exercice de prospective VALHOR / FranceAgriMer de 2013-2014 : le développement du végétal en ville, la pression du coût des matières premières ou encore une préférence pour la production locale.

Sources :
La filière de l’horticulture ornementale à l’horizon 2025-2030, étude prospective FranceAgriMer – VALHOR, 2015.
Salon du Végétal 2022

TELECHARGEMENT

  • Poster végétal 2050