Mon espace pro

Les résultats de la dernière enquête de l’Observatoire Union Nationale des Entreprises du Paysage Unep – Hortis (des villes vertes montrent que l’influence du végétal sur la santé et le rôle bénéfique des espaces verts sont reconnus, mais que les informations sur ce sujet doivent être davantage diffusées auprès des décideurs publics et des citoyens.

La santé publique prise en compte dans la politique des espaces verts

En octobre – novembre 2021, l’Observatoire Unep – Hortis a interrogé un panel de villes pour mieux comprendre comment les bienfaits du végétal sur la santé étaient pris en compte. 34 responsables de nature en ville ont répondu à l’enquête.

Les résultats du sondage indiquent en premier lieu que l’impact du végétal sur la santé influence directement les projets d’espaces verts. Trois quarts des municipalités interrogées déclarent que la protection de la santé publique est un critère pris en considération dans la politique de développement des espaces verts. Il s’agit même d’un critère prioritaire pour 1 ville sur 5. Par exemple, 14 villes interrogées ont conçu et mis en place ces dernières années des jardins thérapeutiques.

La protection de l’environnement est mise au service de la santé des habitants ; les actions concernent en priorité l’amélioration de la qualité de l’air (61% de réponses) et la protection de la qualité des sols (52%).

Le site Cité Verte, le centre de ressources dédié aux bienfaits du végétal en milieu urbain, rappelle d’ailleurs les 6 rôles clés du végétal dans le développement durable des villes :

  1. Amélioration de la qualité de l’air
  2. Régulation des températures
  3. Préservation de la biodiversité
  4. Protection contre l’artificialisation des sols
  5. Amélioration de la santé du citoyen  » par la réduction de l’exposition aux pollutions de l’air, des symptômes cardio-vasculaires, des troubles respiratoires, du stress, la limitation des nuisances sonores et les bénéfices liés à l’activité physique et sportive induites.« 

Des liens à renforcer avec les autres services de la ville

Des marges de progrès existent pour inscrire les bienfaits du végétal dans une réflexion plus large autour de la santé : seuls 26% des responsables d’espaces verts indiquent entretenir des liens forts, voire très forts avec d’autres services, notamment les services sportifs.

40% (14 villes) entretiennent des liens faibles, voire inexistants avec leurs homologues des autres services sur le thème de la santé. La réflexion ne demeure toutefois pas interne puisque 50% des villes interrogées déclarent faire appel à des spécialistes ou des professionnels de santé dans leurs projets de végétalisation.

Mieux informer les acteurs de la société

Autres marges de progrès à envisager : l’information et la sensibilisation des bienfaits du végétal sur la santé.

85% des responsables d’espaces de nature en ville interrogés estiment que le rôle du végétal dans la protection ou l’amélioration de la santé publique n’est pas suffisamment reconnu par les citoyens.

68% des responsables d’espaces de nature estiment que les décideurs publics, pourtant à l’origine des politiques mises en œuvre, ne sont pas assez informés des liens existants entre végétal et santé.

Les associations, comme le soulignent 71% des villes interrogées, sont bien sensibilisées sur le sujet du végétal et de la santé, ce qui constitue un atout non négligeable pour mieux faire connaître et reconnaître ces bienfaits du végétal.