Mon espace pro

Pourquoi et comment sauver les insectes pollinisateurs ?

Qu’est-ce qu’un insecte pollinisateur ? Le premier exemple qui vient à l’esprit est l’abeille domestique, mais d’autres insectes sont essentiels à la pollinisation : les papillons, les fourmis, les coccinelles, les guêpes, les mouches et syrphes…

Nous savons tous combien les insectes pollinisateurs sont les acteurs essentiels de la chaîne végétale. Sans eux, pas de pollinisation, de reproduction, d’hybridation pour les fleurs… Et pas de miel, de propolis ou de nectar pour les humains.

On estime aussi que le tiers de notre alimentation dépend des insectes pollinisateurs, c’est dire si la protection et la sauvegarde des espèces nectarifères ou pollinifères s’imposent donc comme des enjeux majeurs pour l’agriculture, l’agroforesterie et l’apiculture. Or, plusieurs obstacles se dressent présentement contre la survie même des insectes butineurs :

  • La diminution des espaces naturels, due entre autres à l’urbanisation, limite le périmètre de butinage des insectes pollinisateurs 
  • Le réchauffement climatique entraîne des épisodes météorologiques extrêmes qui menacent les ruches et les insectes (gel, inondations…)
  • La baisse de qualité des sols, lessivés par les pluies ou épuisés par l’agriculture intensive
  • L’utilisation de pesticides ou d’herbicides défavorables

Les abeilles souffrent de la décrue du nombre d’espèces florales à butiner, qu’elles soient agricoles, horticoles ou encore sauvages.

Protéger et développer les espaces attractifs pour les abeilles et les pollinisateurs

La survie des insectes pollinisateurs dépend en grande partie de la disponibilité en nectar et pollen des fleurs. Le maintien et le renforcement de la diversité floristique sont essentiels à la santé des insectes pollinisateurs.

Cette diversité passe non seulement par la plantation de fleurs mellifères, vivaces de préférence, mais aussi par l’installation d’arbres ou d’arbustes nectarifères. N’oublions pas que ces derniers peuvent aussi former des haies favorables également à la faune locale. L’idée est de pouvoir proposer des végétaux qui attireront les insectes tout au long de la saison de butinage, et qui demeurent accueillants le reste de l’année.

La protection et le développement de surfaces fleuries avec des espèces attractives pour les abeilles participent à l’amélioration de leurs conditions de vie. Cela concerne donc :

  •       Les surfaces agricoles
  •       Les jardins de particuliers
  •       Les squares, parcs et jardins publics
  •       Les abords des voies de circulation ou les ronds-points
  •       Les zones commerciales ou industrielles
  •       Les surfaces gérées par les collectivités

A découvrir également

  • Semaine des fleurs pour les abeilles

    Consulter
  • Les Français et la disparition des insectes pollinisateurs

    Consulter