Mon espace pro

Zoom sur les recherches en faveur d’une horticulture qui limite son impact sur l’environnement.

Les défis de la filière horticole à l’aune de la crise écologique

Sol dégradé, conditions météorologiques extrêmes, le changement climatique entraîne des manifestations concrètes à l’échelle mondiale. Les professionnels du végétal sont en pointe dans la recherche de solutions techniques pour l’environnement et le développement durable. Zoom sur les recherches en faveur d’une horticulture favorable au climat.

Relever le défi du changement climatique

Les atouts de la filière horticole 

Avec ses plus de 50 000 entreprises spécialisées, la filière de l’horticulture, du paysage et de la fleuristerie possède une force de frappe efficace pour relever le défi écologique. Mieux encore, elle jouit d’une image très positive auprès de la population française, qui estime le végétal important dans la lutte contre le réchauffement climatique :

  • Ils seraient 85 % à considérer que les végétaux préservent l’environnement
  • 93 % estiment que les plantes sont bénéfiques pour la qualité de l’air

(« Les Français et le végétal », étude Kantar pour VALHOR et FranceAgriMer, mars 2021.) 

L’ADEME (Agence de Transition Écologique et de la Maitrise de l’Énergie) a confirmé cette impression en notant que « le vivant est l’un des atouts principaux de cette transition » en faveur de la réduction des gaz à effet de serre et de la neutralité carbone à l’horizon 2050 (« Ademe, Transition(s) 2050, Choisir maintenant, agir pour le climat, de novembre 2021. »).

Parce qu’elles sont basées sur l’exploitation d’organismes vivants et dépendantes d’un environnement toujours plus menacé, les entreprises horticoles et paysagères subissent de plein fouet les crises écologiques. 

Les entreprises horticoles et paysagères sont également actrices du changement. Les professionnels du paysage bénéficient ainsi d’une aura qualitative : pour 79 % des Français, ce sont « des gens passionnés » et pour 72 %, « ils réalisent un travail de qualité. »

(« Les Français et le végétal », étude Kantar pour VALHOR et FranceAgriMer, mars 2021)

 

Le changement climatique pour la filière horticole

Que ce soit pour les entreprises horticoles, les entrepreneurs du paysage ou la fleuristerie, les enjeux et les impacts environnementaux sont nombreux.

Citons ainsi :

  • Augmentation des périls météorologiques : gel tardif, pluie diluvienne, tempête menaçant les exploitations horticoles (serres, pépinières…)
  • Raréfaction de la ressource en eau conduisant à élaborer des solutions d’arrosage économes et la sélection de plantes résilientes
  • Réchauffement climatique modifiant les cycles de saisonnalité des plantes, mais obligeant aussi à plus végétaliser les villes pour maîtriser l’envol des températures
  • Diminution de la diversité floristique et arrivée des PEE (Plantes Exotiques Envahissantes)
  • Réduction des ressources fossiles : nécessité de réduire la consommation d’énergie des entreprises ou se tourner vers les énergies renouvelables

La filière horticole, dynamique, affiche une volonté de changement des pratiques en accord avec les exigences environnementales et sociétales. En témoigne le projet de développement d’une filière de recyclage des pots en plastique, très utilisés en horticulture. A cet égard, les récentes recherches sur ce sujet menées par l’Interprofession VALHOR et ses partenaires crédibilisent la filière et lui confèrent une image dynamique et positive.

A découvrir également