Mon espace pro

Créé en 2015 et renforcé en 2017, ce label permet aux professionnels de l’horticulture, du paysage, de la distribution et de la fleuristerie de s’engager dans un modèle vertueux. Une volonté qui répond totalement aux désirs de consommation locale et de préservation de l’environnement des Français.

Genèse et ambition du label « Fleurs de France »

L’origine du label s’inscrit dans un plan plus vaste d’identité visuelle de « Produits agricoles Français » qui rassemble différents produits : les viandes, les pommes de terre, les fruits et légumes et les végétaux d’ornement. La raison de cet engouement pour l’origine France est à chercher du côté des consommateurs eux-mêmes.

En juin 2014, une étude BVA/VALHOR (perception et réceptivité des consommateurs vis-à-vis d’un label d’origine France) menée auprès de 1000 personnes a donné les résultats suivants :

  • 6 interrogés sur 10 pensent que la provenance des végétaux est importante
  • ¾ des acheteurs privilégieraient des produits d’origine française si on leur en donnait le choix
  • 80 % voient en la création du label Fleurs de France une bonne initiative

 

Le point de vue positif des consommateurs : « Une mention d’origine française sur les plantes, les fleurs, les arbustes, c’est une bonne initiative ! ».

Le label Fleurs de France a donc été initié en 2015 par Stéphane Le Foll, alors ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. Lors de l’achat de fleurs, d’un arbre, d’une plante ou d’un bulbe, le consommateur se voit certifier par le logo Fleurs de France que le végétal est produit en France.

En 2017, le label s’est renforcé pour encore mieux valoriser le savoir-faire des entreprises du végétal. Il est réservé aux végétaux produits par des horticulteurs ou pépiniéristes français engagés dans une démarche écoresponsable ou de qualité reconnue. Ceci concerne désormais quatre démarches :

  • Plante Bleue
  • MPS
  • Agriculture biologique
  • Charte Qualité Fleurs

La communication autour du label  «Fleurs de France »

Pour les consommateurs, la communication est principalement assurée par le logo, mais aussi par le site internet Fleurs de France.

Entourés d’un hexagone représentant symboliquement notre pays, un drapeau français et deux fleurs soulignent la double ambition du label : mettre en valeur l’origine France des végétaux et le savoir-faire hexagonal. Ce logo est apposé sur les végétaux et relayé par des supports de communication développés par l’association Excellence Végétale. Son utilisation est soumise à des contrôles réguliers.

Le site internet dédié au label « Fleurs de France » remplit un rôle essentiel :

  • Rappeler les critères d’attribution
  • Communiquer la liste des entreprises engagées (liste des engagés à pour le label à télécharger ici)
  • Donner des actualités de la filière
  • Préciser les démarches reconnues pour l’attribution du label (Plante Bleue, MPS, AB, Charte Qualité Fleurs)

Les enjeux du Label « Fleurs de France »

Pour les consommateurs, acheter « Fleurs de France » répond à deux enjeux majeurs : celui de soutien de la filière des professionnels des plantes et du paysage, et d’assurance d’une qualité et d’un savoir-faire français.

Acheter des végétaux “Fleurs de France” c’est :

  • Soutenir le travail des horticulteurs et des pépiniéristes français
  • Préserver les emplois sur le territoire national
  • Être assuré de l’origine française des végétaux achetés et de leur mode de production actuel

Comment obtenir le label « Fleurs de France » ?

Le droit d’utilisation du label France Fleurs est accordé aux producteurs, grossistes, détaillants et vendeurs en ligne ou par correspondance de végétaux d’ornement cultivés et conditionnés en France.

A qui s’adresse le label ?

Le label s’adresse aux personnes physiques ou morales développant une activité de production, de distribution ou de commercialisation dans le secteur de l’horticulture ornementale en France.

Cela inclut donc :

  •  Les producteurs (entreprises individuelles et coopératives)
  •  Les grossistes
  •  Les détaillants spécialisés : fleuristes en boutique ou sur marché, graineteries, marbriers fleuristes, jardineries, libres services agricoles
  •  Les détaillants non spécialisés : hypermarchés, supermarchés, supérettes, grandes surfaces de bricolage
  •  Les vendeurs par correspondance et le commerce en ligne

Les horticulteurs et pépiniéristes qui souhaitent utiliser la marque “Fleurs de France” doivent être engagés dans une démarche de certification reconnue dans le Règlement d’usage (Plante Bleue, MPS, Agriculture Biologique, Charte Qualité Fleurs). Ils s’engagent à cultiver sur le territoire national des végétaux issus de graines, bulbes, boutures ou porte-greffes qui peuvent être français ou d’origine étrangère. Pour les arbres et arbustes, plus de la moitié de la durée totale de production doit être réalisée en France.

Les démarches d’obtention du label Fleurs de France

Se rendre sur le site dédié au label fleurs de France est la première étape. Après avoir rempli un formulaire en ligne, il faut envoyer la lettre d’engagement remplie et signée, et pour les producteurs et coopératives l’accompagner de la liste des produits éligibles et du duplicata de leur certification (Plante Bleue, MPS, Charte Qualité Fleurs…). Dans le cas d’un producteur, des contrôles seront effectués en même temps que les audits liés à la démarche de certification environnementale. Après vérification des éléments, le signataire est enregistré dans le registre national « Fleurs de France ».

Ressenti des Français vis-à-vis du label

En 2019, VALHOR a mené une enquête en collaboration avec Kantar sur les Français et le label Fleurs de France. Il en ressort différents enseignements sur la connaissance du label, son utilisation et ses enjeux, ainsi que le comportement des consommateurs vis-à-vis des plantes labellisées.

  • 4 ans seulement après son lancement, ce label était déjà connu par 1 Français sur 5
  • 70 % des Français sont prêts à payer plus cher un végétal français (jusqu’à +5%)

à télécharger

  • Règlement d'usage de la marque "Fleurs de France" (7 décembre 2016)

A découvrir également