EN QUÊTE DE VERT

Informations socioéconomiques des professionnels du végétal

Banniere En Quête de Vert

13 juin 2019

Mode de vie

17 Mai 2019

POUR DES VILLES ET UNE CONSOMMATION «SLOW»

POUR DES VILLES ET UNE CONSOMMATION «SLOW»

Si le terme Slow Life est encore peu connu, nombreux sont les Français qui intègrent cette tendance dans leur mode de vie et de consommation avec à la clé des opportunités pour le végétal et le paysage.


Les modes de vie et de consommation tendent aujourd’hui vers le «Slow Life» en consommant moins mais mieux ses ressources (temps, argent, objets…) et en prenant davantage conscience de nos comportements : économie de partage, recyclage, consommation de produits locaux, respectueux de l’environnement… D’après un sondage mené par YouGov, seulement 15% des Français ont déjà entendu parler du Slow Life (slow food, slow déco, slow business…). Ce sont davantage les CSP+ (22%) et les habitants de grandes villes (20%) qui en ont déjà entendu parler.

Bien que le terme slow life reste à promouvoir, beaucoup de Français pratiquent cette tendance : 56% sont adeptes de la slow food, 36% de la slow déco, 30% de la slow fashion. En outre, 67% des Français seraient prêts à « adopter » le slow life: 44% la tendance du slow food et 30% celle de la slow déco. Cette prédisposition à opter pour le slow life est plus importante chez les Millenials (74%). Ces chiffres encourageants s’expliquent par des enjeux économiques bien compris par les Français: 58% d’entre eux pensent que les mouvements slow pourraient être une solution au gaspillage et à la surconsommation. Une prise de conscience encore plus forte chez les Millenials (70%).

Certains acteurs de la filière mettent en avant la tendance slow life pour proposer une offre en phase avec les attentes sociétales : fleurs locales et de saison (Fleurs d’ici), bulbes et semences florales favorisant la biodiversité (gamme Slow Life par Ernest Turc, concept primé au concours Innovert 2017), aménagement paysager favorable au développement durable (Slow garden)...
Le végétal a donc clairement sa place dans cette tendance, que ce soit à travers le slow gardening, l’achat d’un bouquet de fleurs locales, la création d’un jardin potager, la culture de végétaux sur son balcon en ville (blog Slow Life) mais aussi à travers des villes slow résolument vertes. Créé en 1999 en Italie, le réseau international Cittaslow vise à améliorer la qualité de vie des villes à travers des bonnes pratiques de Slow Life : espaces verts, énergie renouvelable, promotion de l’agriculture, du tourisme et de l’artisanat, etc.
Le réseau compte 252 villes labellisées, dont 9 communes françaises.

Loin de se limiter à la consommation, la tendance Slow est une formidable opportunité de remettre le végétal au cœur du quotidien des Français et de leurs espaces de vie, publics et privés, intérieurs et extérieurs.

Source : Laura CORBET et Camille COGNARD, 15% des Français ont déjà entendu parler du Slow Life, YouGov, 10 mai 2019.

 

Développement durable

06 Juin 2019

LES VILLES AU SERVICE DE LA PRESERVATION DE LA BIODIVERSITE

LES VILLES AU SERVICE DE LA PRESERVATION DE LA BIODIVERSITE

Les résultats de la 5ème vague de l’Observatoire Unep / Hortis des villes vertes à laquelle s'est associée la LPO, mettent en évidence l’engagement des 24 villes interrogées en faveur de la biodiversité et le rôle majeur des espaces verts pour sensibiliser le grand public à la préservation de la biodiversité.


Le 7 mai, à l’occasion du G7 Environnement, plusieurs pays ont adopté la «Charte de Metz sur la biodiversité». Ils s’engagent ainsi à lutter contre l’érosion de la biodiversité au travers d’actions concrètes. Face au constat alarmant de l’ONU dans son rapport sur la biodiversité, la France a, lors du G7 Environnement et un an après l’adoption de son Plan sur la biodiversité, réaffirmé son engagement pour la préservation des espèces animales et végétales. Dans une nouvelle vidéo sur le thème « La biodiversité, c’est la vie » le Ministère de l’Ecologie souligne l’action de l’Etat avec, les collectivités locales, les associations et les entreprises en faveur de la biodiversité.

La dernière vague de l’Observatoire Unep / Hortis des villes vertes menée avec la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) porte sur les actions de 24 villes vertes en faveur de la biodiversité.
Tout d’abord, pour bien connaître la biodiversité et ainsi mieux la protéger, toutes les villes ont effectué un inventaire de la faune / la flore. Si une grande majorité des villes interrogées mènent des initiatives de lutte contre les espèces invasives (22 villes sur 24), créent des «continuités écologiques» (21/24), et pratiquent une gestion alternative des eaux pluviales (21/24), seules 6 des 24 villes vertes ont intégré l’obligation d’une part de végétalisation dans les plans locaux d’urbanisme intercommunaux (PLU(i)).
Dans la moitié des villes interrogées, la direction des espaces verts s’implique dans la protection de la biodiversité et dans 10 villes, le maire lui-même s’implique directement.

Le rôle des citoyens est essentiel pour accompagner les villes dans la préservation de la biodiversité. Pour ce faire, les villes mènent différentes initiatives pour sensibiliser le grand public : ateliers et panneaux d’information (22/24), formation des collaborateurs de la ville (22/24), événements et temps forts grand public (19/24) ou encore conférences thématiques (14/24).

Crédit photo : VAL'HOR
Source : Observatoire Unep / Hortis des villes vertes - LPO, juin 2019.

 

International

20 Mai 2019

OUVERTURE DU CONCOURS AIPH DU PRODUCTEUR DE L'ANNÉE 2020

OUVERTURE DU CONCOURS AIPH DU PRODUCTEUR DE L'ANNÉE 2020

L’Association Internationale des Producteurs Horticoles lance la prochaine édition du concours du producteur de l'année : IGOTY Awards 2020. Un événement qui permet aux lauréats de bénéficier d’une couverture médiatique internationale y compris lors de la prochaine édition du Salon IPM Essen.

L’Association Internationale des Producteurs Horticoles (AIPH) qui vise à promouvoir la filière grâce à un réseau international, renouvelle le concours international du producteur de l’année.

Cette nouvelle édition comprend 5 catégories :
- arbres et plantes finies
- jeunes plants
- bulbes et fleurs coupées
- développement durable
- "inspiring business award"

Ce concours permet aux lauréats de bénéficier d’une médiatisation internationale avec la mise en avant des entreprises dans les outils de communication du Salon IPM Essen où se tiendra la remise des Prix.
Cette année, pour permettre aux entreprises de prendre le temps de préparer leur dossier de candidature, les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 6 septembre. Voir la vidéo de présentation d'IGOTY Awards 2020.

Source : AIPH

 

Consommation

07 Juin 2019

PRES D’1 FOYER SUR 3 ACHETE DES PLANTES MELLIFERES

PRES D’1 FOYER SUR 3 ACHETE DES PLANTES MELLIFERES

Demain commence la Semaine des Fleurs pour les Abeilles VAL'HOR et OFA. Un événement visant à inciter le grand public à acheter des plantes mellifères. On estime à 9 millions, le nombre de foyers français acheteurs de plantes mellifères.

A partir d'une liste de 200 plantes attractives pour les abeilles, le panel consommateurs Kantar pour VAL’HOR et FranceAgriMer permet d’identifier le marché des plantes mellifères.
En 2018, 32% des foyers français ont acheté au moins une plante mellifère, soit 9 millions de foyers.
Dans le détail, 19% des foyers français ont acheté une plante ornementale mellifère (soit 5 millions de foyers). Les plantes ornementales mellifères les plus achetées sont la bruyère, l'hellébore, l'olivier, la lavande et le framboisier. 13% des foyers ont acheté une plante aromatique ou condimentaire la même année (4 millions de foyers acheteurs). Les plantes aromatiques / condimentaires les plus achetées sont le basilic, la menthe, le thym, le romarin et l'ail.

La liste des 200 plantes mellifères établie par FranceAgriMer, l’ITSAP, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, la SNHF, ASTREDHOR et VAL’HOR, en partenariat avec l’Inra, le CNPAIM, le GNIS et la SBF, fournit pour chaque espèce l’intérêt en matière de pollen et de nectar selon un indice de confiance. Au-delà de la mise en avant des plantes mellifères, l’indicateur du niveau d’intérêt pour le pollen et le nectar pourrait aider les consommateurs dans leur processus d’achat, notamment pour ceux qui débutent dans le jardinage.

Source : Panel consommateurs Kantar en végétaux pour VAL’HOR et FranceAgriMer.
Liste des plantes attractives pour les abeilles, juin 2017.

 


Imprimer la newsletter