Banniere En Quête de Vert

15 novembre 2018

Mode de vie

12 Novembre 2018

LE RETOUR A LA NATURE : TENDANCE DOMINANTE EN 2019 D’APRES GARDEN MEDIA

L’agence américaine de marketing...

LE RETOUR A LA NATURE : TENDANCE DOMINANTE EN 2019 D’APRES GARDEN MEDIA

L’agence américaine de marketing et relations presse, Garden Media, a dévoilé il y a quelques semaines les tendances jardins 2019 observées aux Etats-Unis, à travers son rapport annuel Garden Trends Report.
Ce nouveau dossier En Quête de Vert met en avant ces tendances dont certaines se dessinent également en France comme le témoignent des initiatives ou résultats d’enquête.

D’après Garden Media, la tendance jardin 2019 dominante sera «rooted together», littéralement «enracinés ensemble» : le jardinage nous permet de nous reconnecter avec « Mère nature » souligne l’agence, et les comportements centrés sur soi font désormais place à des comportements plus soucieux de l’avenir de la planète.

La première tendance mise en avant concerne la génération «indoor» en décalage avec les cycles de la nature qui veut aujourd’hui se reconnecter avec elle. En France, nous passons 90% de notre temps dans les espaces intérieurs.
La présence d’une génération indoor est liée à une autre tendance : l’ère des écrans. Un phénomène qui présente des risques pour la santé physique et psychologique des individus : manque de sommeil, obésité, stress, dépression.

Parallèlement, le bénévolat fait un retour en force notamment chez les Millennials. En France, le bénévolat associatif a depuis 2010 augmenté de 17% et de 33% chez les moins de 35 ans.
Les citoyens sont aujourd’hui plus sensibles aux défis environnementaux et de l’engagement des entreprises pour y faire face. Dans ce contexte, la question du recyclage est plus que jamais d’actualité.

Autre problématique environnementale qui devrait dans les années à venir influencer le marché du jardin : le déclin des pollinisateurs dans le monde. L’Observatoire Français d’Apidologie mène des actions pour contrer l’accroissement du taux de mortalité des abeilles. Durant la semaine des fleurs pour les abeilles, les professionnels du végétal sont invités à sensibiliser leurs clients à cet enjeu et à promouvoir les plantes mellifères.

Comme indiqué dans les premières tendances Garden Media, la technologie est présente dans le quotidien. Cela comprend aussi le jardin à travers les robots et objets connectés. Le retour à la nature mêle technologies et pratiques remises au goût du jour (jardinage avec la lune).

Enfin, les tendances en matière de couleur comme on peut le voir dans la mode et la décoration intérieure n’échappent pas non plus au secteur du jardin. Le vert menthe fait son retour dans la décoration de la maison et du jardin. La menthe en tant que plante facile d’entretien, pollinisatrice et bonne pour la santé est également tendance.

Si plusieurs études confirment une sensibilité toujours plus forte des individus aux problématiques de développement durable et une recherche d’amélioration de leur qualité de vie à travers leur environnement et les produits qu’ils consomment, ces tendances permettent de déceler les leviers pouvant traduire ces aspirations en actes d’achat de produits et services.

Source : Rooted Together – Garden Trends Report 2019, Garden Media, September 2018.

 

Entreprises

09 Novembre 2018

DU POINT DE VENTE AUX POINTS DE RENCONTRES ET LIEUX D’EXPERIENCES

Un article publié l’an dernier dans...

DU POINT DE VENTE AUX POINTS DE RENCONTRES ET LIEUX D’EXPERIENCES

Un article publié l’an dernier dans la presse horticole britannique annonçait l'expérience client en jardinerie comme peut-être l’une des prochaines tendances du secteur.
Cette dimension favorise l’engagement des consommateurs, en particulier les Millennials qui d’après le magazine sont plus enclin à participer aux activités lors de leurs séances shopping. Parmi les exemples d'expérience client on peut citer les démonstrations en cuisine, séances de yoga et bien sûr ateliers de jardinage ou de composition de bouquets de fleurs.

Il y a quelques jours, lors d’un séminaire mené en partenariat avec l’association horticole britannique (HTA), John Stanley, consultant en distribution spécialisé dans le secteur du jardin indiquait que l'expérience client offre des opportunités qu’il reste à exploiter. Le lieu de vente se transforme aujourd’hui en lieu de rassemblement : un endroit où les gens se rencontrent, passent du temps et vivent une expérience à travers des évènements et activités.

L'expérience client peut prendre plusieurs formes pour susciter l’intérêt pour l’horticulture :
- collaboration : ex. entre une jardinerie et un enseignant en horticulture pour organiser des leçons de jardinage ou avec des experts connus du monde du jardin pour des master class
- événements et jeux à faire en famille
Les événements peuvent être orientés sur une thématique autre que le jardin mais, de différentes façons, être plus profitables s’ils amènent de nouveaux types de consommateurs en jardinerie, explique John Stanley.

L’an dernier, à Chicago lors d’un salon dédié aux jardineries indépendantes, Bob Phibbs, consultant en vente, introduisit sa conférence par «L’expérience dans votre jardinerie est comme dans un parc d’attraction, et les produits sont les souvenirs que les clients rapportent chez eux.»

En France aussi, les magasins deviennent de véritables lieux de vie qui, dans la filière, en créant « des moments », peuvent remettre le végétal dans le quotidien des gens.

Sources : Abby KLECKLER, Easy to Engage, Lawn & Garden Retailer Hortweek, 21/08//2017
Matthew APPLEBY, Garden centre and nursery experiences: the next big trend in 2018?, 12/10/2017
Paul ROBBINS, Review of John Stanley seminar ‘Become a game changer’ – Paul Robbins, Horticulture connected, 19/10/2018.

 

Entreprises

09 Novembre 2018

AMAZON SE LANCE DANS LE LOCAL ET LE SERVICE

Amazon a lancé jeudi dernier une

AMAZON SE LANCE DANS LE LOCAL ET LE SERVICE

Amazon a mis en ligne jeudi dernier une "Boutique des producteurs", où des producteurs régionaux français proposent près de 2 000 références (boulangerie, conserve, fruits, herbes, laitage…).

Les produits sont vendus en France et en Europe. Le producteur peut choisir de gérer lui-même l'expédition de ses produits ou de le faire faire par Amazon. Pour être référencée, l’entreprise doit payer un abonnement et selon le poids du colis, une commission est perçue par le site pour chaque produit expédié.
10 000 entreprises françaises, tous secteurs confondus, vendent aujourd’hui leurs produits sur Amazon. Par ailleurs, Amazon a annoncé fin octobre son partenariat avec Aviva France qui permet à chaque client de souscrire aux offres d’assurance via son compte Amazon.

Au final, une concurrence d’Amazon de plus en plus forte aussi bien dans les produits que dans les services qui suscite des questionnements en matière de monopole et une inquiétude des différents secteurs de l’économie.

Sources : Amazon : une arrivée fracassante dans le secteur de l’assurance français, Selecta, 07/11/2018.
Amazon lance une "Boutique des producteurs" locaux français, Le Figaro, 07/11/2018.

 

Développement durable

12 Novembre 2018

UN GUIDE SUR LA PRESOMPTION DE POLLUTION D’UN SOL

En amont d’un aménagement, ou au cours de l’usage...

UN GUIDE SUR LA PRESOMPTION DE POLLUTION D’UN SOL

En amont d’un aménagement, ou au cours de l’usage d’un espace public ou privé extérieur (promenade, espaces verts et parcs, agriculture urbaine pour amateurs ou professionnels), il arrive qu’une présomption de pollution des sols soit émise. Cependant, la thématique de la pollution des sols se révèle complexe et relativement experte. Les parties prenantes confrontées à ces situations, tant professionnelles qu’amateurs, se déclarent souvent démunies pour déterminer la marche à suivre.
C’est dans ce contexte que Plante & Cité a démarré en 2016, avec le soutien de VAL’HOR et de l’ADEME, un projet consistant à mutualiser les connaissances existantes ou en cours de développement sur ce sujet.

Ce guide expose :
-les fondamentaux : notions fondamentales (familles de polluants, transferts de polluants, risque…), contexte réglementaire, juridique et responsabilités
-les différentes étapes de la démarche (étude documentaire, diagnostic, interprétation, levée de présomption / présomption avérée et action) et les personnes ressources.

Illustré de schémas et dessins, ce guide a une vocation pédagogique et d’accompagnement méthodologique. Il s’adresse aux élus, maîtres d’ouvrages publics et privés (gestionnaires de patrimoine, bailleurs, aménageurs, particuliers), bureaux d’études techniques et de conseil (paysagistes concepteurs, gestionnaires de sites et sols pollués, architectes, urbanistes), entreprises (espaces verts, travaux publics), établissements de formation, étudiants, jardiniers en associations, fédérations et particuliers.

Source : DAMAS O., BRANCHU P., DOUAY F., SCHWARTZ C., GRAND C., MAROT F., Présomption de pollution d’un sol : des clés pour comprendre et agir. Plante & Cité, novembre 2018.

Crédit photo : Olivier DAMAS / Plante & Cité

 


Imprimer la newsletter