Banniere En Quête de Vert

15 octobre 2020 - N°226

Développement durable

09 Octobre 2020

44% DES FRANÇAIS FONT DU COMPOST

44% DES FRANÇAIS FONT DU COMPOST

De plus en plus sensibles aux gestes quotidiens écoresponsables, les Français s’intéressent aujourd’hui davantage au compost qu’ils utilisent très souvent pour leurs plantes.


Le suivi des requêtes sur Google comprenant le mot compost montre que les Français ont fait davantage de recherches dans ce domaine ces 5 dernières années avec un pic durant le confinement.
Afin de savoir où en sont les Français en matière de compostage, l’institut OpinionWay a réalisé pour le groupe SPHERE et LJ COM en janvier-février, une étude sur les connaissances, pratiques et attentes de gestion des biodéchets dont les résultats ont été publiés récemment.
Plus de 4 Français interrogés sur 10 ont déclaré dans cette étude pratiquer le compostage. Le manque de place est la première raison qui empêche les Français de faire du compostage. Pour les autres, le compostage est une pratique relativement récente chez la majorité des Français et en particulier chez ceux qui habitent en appartement. Ces derniers se sentent d'ailleurs davantage débutants que ceux qui habitent dans une maison.
88% des Français qui pratiquent le compostage le font dans le jardin et 87% des Français l’utilisent pour leur jardin ou leurs plantes. Cet usage est davantage présent chez les 50 ans et plus.

En ce qui concerne les enjeux environnementaux, 65% des Français pensent que le fait de composter chez eux contribuera/ait à la qualité des sols, 53% pensent qu’il permettra/ait de lutter contre le réchauffement climatique en évitant d’incinérer des déchets organiques.

Retrouvez l’épisode Le chemin du composteur ainsi que l’épisode Compost urbain de Mission : Végétal.

Sources : Google Trends.
VAL'HOR
Le compostage, où en sont les Français ?, Rapport national, Sondage OpinionWay pour LJ COM, février 2020.

 

Mode de vie

08 Octobre 2020

LE VEGETAL AU SERVICE D’UNE CONSOMMATION, D’UN HABITAT, D’UN CORPS ET D’UN ESPRIT SAINS

LE VEGETAL AU SERVICE D’UNE CONSOMMATION, D’UN HABITAT, D’UN CORPS ET D’UN ESPRIT SAINS

Lors de la conférence internationale de l’AIPH du 15 septembre sur les perspectives de la filière au regard de la crise sanitaire actuelle, Josh Mc BRAIN, consultant, a apporté un éclairage sur l’impact de la pandémie sur le consommateur.


La crise sanitaire a généré une forte incertitude dans le paysage du consommateur. Lors de la conférence internationale de l’AIPH du 15 septembre sur la filière du végétal face à la crise sanitaire, Josh Mc BRAIN, consultant, chez Foresight Factory (Royaume-Uni) a mis en évidence plusieurs tendances qui s’accélèrent depuis la pandémie, influencent la filière du végétal et devraient avoir un impact sur plus d’un an.

1ère tendance : retour à la nature. Les consommateurs, en particulier urbains, se rendent dans des espaces extérieurs pour s’échapper de leurs espaces contraints, de la pollution, améliorer leur bien-être, vivre en communauté et protéger l’environnement. D’après une étude internationale Foresight Factory, se rapprocher de la nature est l’une des 3 raisons pour lesquelles les individus partent en vacances. En France, 67% des personnes interrogées en juin dans le cadre d’une enquête YouGov déclaraient ressentir cet été, plus que les années passées, le besoin d’être en pleine nature. Et 60% des Français indiquent que ce critère aura désormais plus d’importance dans leurs projets de vacances.
Le Coronavirus a donné envie aux consommateurs de pratiquer davantage d’activités au contact du végétal pour s’échapper du contexte difficile et des contraintes liées à la pandémie. Le concept de «parents de plantes» continue de se développer dans certains pays avec des tutoriels en ligne. Sur Tik Tok, le hashtag #plantparents est associé à 322 millions de vues. Un moyen de rejoindre une communauté notamment pour ceux qui achètent une plante verte pour la première fois.

2ème tendance : vivre sans présence physique. Le besoin d’être physiquement présent au travail, magasin et pour la communication est remis en cause par la digitalisation et le changement culturel. Le e-commerce continue de s’accélérer avec la crise, y compris dans le secteur maison et jardin. Les dynamiques d’acteurs du e-commerce semblent plus changeantes avec par exemple la montée du géant chinois en B2B AliBaba. L’expérience client dans le jardinage devient davantage virtuelle pour imaginer son jardin.

3ème tendance : des habitats sains. Nous avons besoin que les espaces dans lesquels nous habitons protègent notre bien-être. La contribution des plantes à ce bien-être doit être mise en avant. Par exemple, l’application Plants Life Balance permet de visualiser des plantes dans son logement et d’estimer leur impact sur la qualité de l’air de la pièce.

4ème tendance : maîtriser son état d’esprit. L’esprit est un nouveau domaine que le grand public cherche à comprendre, améliorer, optimiser, en particulier le bien-être mental qui est désormais considéré comme étant aussi important que le bien-être physique. S’occuper des végétaux peut être une activité au service de la santé mentale des individus.

5ème tendance : la guerre contre le gaspillage. Les consommateurs rejettent la consommation inutile quelle qu’en soit la forme et les marques sont invitées à trouver des solutions pour un mode de vie sans gaspillage. D’après une étude internationale, près de 8 Français sur 10 essaient de réduire l’usage du plastique. ¼ des Français sont particulièrement attachés à cet objectif. Par exemple, à l’étranger, certaines entreprises ont proposé une boîte contenant un assortiment de plantes «imparfaites» pour réduire le gaspillage généré par la crise sanitaire.

Conseils de Josh Mc BRAIN :
1. Assurez-vous que l’enthousiasme des clients pour le végétal se poursuive même quand la crise passera.
2. Utilisez de nouveaux canaux virtuels / digitaux ou des plateformes pour fidéliser la clientèle actuelle et en atteindre une nouvelle.
3. Ciblez les nouveaux besoins des clients en produits ayant des bienfaits spécifiques en matière de bien-être pour la maison et le lieu de travail. Répondez aux attentes sanitaires des clients dans les points de vente.
4. Concentrez-vous sur l’opportunité de contribuer à la santé mentale dans l’ère post-covid-19.
5. Adaptez-vous face à cette «guerre contre le gaspillage» et au besoin de disposer d’espaces de vie et de travail minimalistes / qui limitent l’encombrement.

Sources : Sandra LORENZO, 67% des Français ressentent le besoin d’être en pleine nature cet été, Hufington Post, 29 juin 2020.
Resilience and Positivity in the face of adversity, AIPH Press release, 17 September 2020.

 

Consommation

13 Octobre 2020

LES ACHATS DES FRANÇAIS EN FLEURS ET PLANTES D’INTERIEUR POUR EUX-MEMES

LES ACHATS DES FRANÇAIS EN FLEURS ET PLANTES D’INTERIEUR POUR EUX-MEMES

Représentant ¼ des dépenses en fleurs et plantes d'intérieur, l'achat pour soi est loin d’être un marché négligeable. Alors que les Français passent plus de temps chez eux et ont besoin de se faire plaisir en cette période de crise, ce marché pourrait représenter un potentiel important.


La pandémie a fortement bouleversé le regard des individus sur leur habitat et renforcé le besoin de végétal au quotidien, que ce soit dans les espaces extérieurs ou intérieurs (voir les tendances présentées par Josh Mc BRAIN dans ce numéro d’En Quête de Vert). Si la proportion de personnes en télétravail a fortement diminué depuis la sortie du confinement, elle reste aujourd’hui 2 fois plus élevée qu’avant la crise. Ces changements sociétaux pourraient représenter des opportunités pour l’achat de fleurs et plantes d’intérieur pour soi.

Les achats pour soi représentent 26% des dépenses en fleurs et plantes d’intérieur (le reste étant pour offrir) et 41% des quantités achetées (données 2019). 4 foyers français sur 10 effectuent au moins un achat en fleurs ou plantes d’intérieur pour eux-mêmes. Les fleurs coupées, essentiellement des bottes déjà préparées, représentent près de la moitié des dépenses en végétaux d’intérieur pour soi. Les plantes fleuries constituent 27% des dépenses et les plantes vertes, grasses, cactées 14%. Sur la période allant de novembre à février 41% des dépenses annuelles en végétaux d’intérieur achetés pour soi sont effectuées.

Sources : Zoé de SAINTE CROIX, Covid-19 : 1 Français sur 7 en télétravail en septembre, Le Figaro, 08/10/2020.
Claire PLISSON, Covid-19 : le télétravail va-t-il redevenir la règle ?, Dossier familial, 24/09/2020.
Panel consommateurs Kantar pour VAL’HOR et FranceAgriMer, données 2019.

 


Imprimer la newsletter