Banniere En Quête de Vert

17 septembre 2020 - N°222

Consommation

11 Septembre 2020

VENTE A DISTANCE ET ORIGINE FRANCAISE PLEBISCITEES PAR LES ACHETEURS DE VEGETAUX

VENTE A DISTANCE ET ORIGINE FRANCAISE PLEBISCITEES PAR LES ACHETEURS DE VEGETAUX

La vente à distance et la valorisation de l’origine française sont particulièrement appréciées des acheteurs de végétaux dans le contexte sanitaire actuel, indique une nouvelle étude Kantar pour VAL’HOR et FranceAgriMer.


La crise sanitaire a affirmé certains comportements de consommation, que ce soit au niveau du mode d’achat (livraison à domicile) que des critères d’achat (produits locaux ou nationaux). D’après une étude Kantar pour VAL’HOR et FranceAgriMer réalisée en juin et juillet sur les comportements de 2000 acheteurs de végétaux durant le confinement, 23% d’entre eux ont, pendant le confinement, utilisé un service de retrait de commande et 9% ont utilisé la livraison à domicile. La proportion de clients satisfaits par ces services est très élevée : 94% pour le retrait de commande et 89% pour la livraison à domicile. Pour aider les entreprises à continuer de vendre malgré le confinement, VAL’HOR a créé en avril une carte des professionnels du végétal effectuant de la livraison ou du drive qui compte aujourd’hui plus de 180 000 vues.

Bien que la France soit sortie du confinement, les acheteurs de végétaux restent demandeurs de ce type de service. 89% de ceux qui ont utilisé un service de livraison à domicile souhaitent que ce service continue à être proposé. 82% de ceux qui ont utilisé le retrait de commande ou le drive souhaitent également pouvoir continuer à bénéficier de ce service.

Autre constat : la sensibilité au Made in France se renforce avec la crise, dans un souci de soutien et d’achat engagé. 71% des acheteurs de végétaux accordent de l’importance à l’origine française des végétaux achetés. Or, 76% d’entre eux indiquent que cet aspect est devenu encore plus important avec la crise du coronavirus. Si les Français accordent davantage d’importance à l’origine depuis la crise, c’est avant tout pour défendre des valeurs (faire travailler et soutenir les entreprises, producteurs, commerçants français) pour 55% des consommateurs. C’est aussi pour favoriser l’économie du pays (relancer et soutenir l’économie, sauvegarder les emplois et lutter contre les délocalisations et l’importation de produits) pour 26% des consommateurs.

Dans ce contexte, la mise en avant de la marque Fleurs de France représente un atout indéniable. Près de 4 acheteurs de végétaux sur 10 connaissent Fleurs de France et lors de l’achat, 54% choisissent de préférence des végétaux Fleurs de France.

Retrouvez l’intégralité du rapport de l’étude «Confinement et impact pour les acheteurs de végétaux» sur le site de VAL’HOR, rubrique Etudes & Statistiques.

Source : Confinement et impact pour les acheteurs de végétaux, étude Kantar pour VAL’HOR et FranceAgriMer, août 2020.

Crédit photo : VAL'HOR

 

Consommation

14 Septembre 2020

DES EFFETS LIMITES DE LA CRISE SUR LA FETE DES MERES

DES EFFETS LIMITES DE LA CRISE SUR LA FETE DES MERES

Les résultats 2020 des achats de végétaux pour la fête des mères issus du panel consommateurs Kantar pour FranceAgriMer et VAL’HOR montrent une diminution des achats mais relativement faible dans un contexte de sortie de confinement.


D’après le suivi par Kantar pour FranceAgriMer et VAL'HOR des achats des foyers en végétaux, les Français ont dépensé au total 55,9 millions d’euros cette année en fleurs et plantes à l’occasion de la fête des mères contre 60,5 millions d’euros en 2019.
Les fleurs représentent près de la moitié des dépenses en végétaux contre 39% pour les plantes d’intérieur ou d’extérieur et 13% pour les arbres ou arbustes. Cette année, le fleuriste, qui est de loin le 1er circuit de distribution, a vu sa part de marché augmenter avec 51% des dépenses contre 47% en 2019.

Les résultats sur l’année complète permettront de disposer l’an prochain d’une estimation du nombre de foyers acheteurs de végétaux pour la fête des mères ; celui-ci s’établissait l’an dernier à 2,2 millions.
Accéder à l’infographie Kantar sur les achats de végétaux à l’occasion de la Fête des Mères et aux autres infographies calendaires sur www.valhor.fr

Source : Panel consommateurs Kantar pour FranceAgriMer et VAL’HOR, données 2019 et 2020.

 

Communication

14 Septembre 2020

PREMIER SALON B to B DE L’AQUAPONIE LES 9 et 10 OCTOBRE 2020

PREMIER SALON B to B DE L’AQUAPONIE LES 9 et 10 OCTOBRE 2020

Les 9 et 10 octobre à Louverné (53) se tiendra le 1er salon de l’aquaponie. Cet événement permettra de rassembler les acteurs du monde de l’aquaponie et de l’hydroponie écologique qui s’organisent et se professionnalisent partout en France.


De nouvelles méthodes de culture se développent pour répondre aux enjeux de développement durable et d’autosuffisance alimentaire.
Parmi ces techniques innovantes, l’aquaponie combine une production d’animaux aquatiques avec une production de végétaux (légumes, fleurs, fruits). Elle fonctionne dans un système circulaire où les déchets des uns deviennent les aliments des autres et permet ainsi de recréer un écosystème productif et écologique.
Cette technique de production qui se développe peu à peu est suivie par la filière du végétal avec ASTREDHOR qui a mené des travaux sur l’aquaponie en association avec un autre institut au sein de sa station Ratho située en région Rhône-Alpes.

Aquaponia, Les Sourciers, l’AFAUP et Aquaponie.net organisent du 9 au 11 octobre à Louverné, près de Laval (53), le 1er salon de l’aquaponie composé d’un salon pour les professionnels les 9 et 10 octobre et d’un salon grand public les 10 et 11 octobre. Les journées destinées aux professionnels réuniront une grande diversité d’acteurs de la filière aquaponie : producteurs, fournisseurs, scientifiques, enseignants, porteurs de projet... Des conférences et des tables rondes permettront aux professionnels de l'horticulture, du maraîchage et de la pisciculture de disposer d’un état des lieux de l’aquaponie en France et à l’étranger, de connaître l’organisation de la filière en France, de comprendre comment s’organise l’installation en ferme aquaponique et hydroponique écologique ou encore le choix entre une installation en low ou en high tech.

Source : Aquaponia

Crédit photo : ASTREDHOR/ Ratho

 

Mode de vie

14 Septembre 2020

REPONDRE AUX ATTENTES DES FRANÇAIS EN MATIERE DE BIEN-ETRE ET D’ECOLOGIE PAR LE VEGETAL

REPONDRE AUX ATTENTES DES FRANÇAIS EN MATIERE DE BIEN-ETRE ET D’ECOLOGIE PAR LE VEGETAL

L’édition 2020 de l’Observatoire Nexity confirme une plus forte sensibilité des Français aux problèmes environnementaux et une volonté des Français d’intégrer davantage de nature dans leur cadre de vie.


Nexity a récemment dévoilé les résultats de son Observatoire de l’Habitat réalisé par l’Obsoco. Interrogés au mois de mai, à la sortie du confinement, les Français se montrent toujours plus disposés à agir en faveur de l’environnement. Ceci ne semble guère surprenant dans la mesure où 8 Français interrogés sur 10 ressentent un sentiment d’urgence environnementale. Ainsi, 90% des Français se disent prêts à changer leurs habitudes pour avoir un impact positif sur la planète. Par ailleurs, 57% sont très attentifs à la pollution (+4 points par rapport à 2018). Concernant les pratiques vertueuses, si le compost ne convainc qu'un Français interrogé sur 2, la proportion de personnes intéressées augmente par rapport à l’enquête 2018 et 9 sondés sur 10 déclarent vouloir privilégier les matériaux et le mobilier naturels, durables et recyclables.

Cette sensibilité croissante à l’égard de l’environnement influence nécessairement les attentes des Français en matière de cadre de vie : 87% des Français aspirent à plus de naturalité; c’est 4 points de plus qu’en 2018. 71% des Français trouvent très important de disposer d’un espace extérieur (sous-total de 96% pour «important»). 68% des Français interrogés tiennent à ce que leur habitat jouxte un parc arboré et soit traité avec soin, et 39% souhaitent qu’il se trouve à proximité d’un jardin partagé. Les attentes en matière de végétal ne se limitent pas aux espaces qui entourent l’habitat. Le végétal doit s’intégrer dans l’habitat lui-même : ainsi, 36% des sondés souhaitent que leur logement comporte un toit végétalisé (avec des serres, des potagers, des ruches…) et 47% qu'il s’inspire des modèles de la nature avec des murs végétaux, du bois en façade, des terrasses végétalisées… En outre, par rapport à l’enquête 2018, les personnes interrogées se montrent davantage intéressées par l’entretien des parties communes, notamment les espaces verts.

Si les Français sont satisfaits de leur logement (71%), ils aspirent néanmoins à un autre cadre de vie : 6 Français sur 10 aimeraient vivre ailleurs. 4 sondés sur 10 seraient même disposés à privilégier un cadre de vie idéal même s’il était éloigné de leur lieu de travail et ce, pour 2 principales raisons : le climat et le besoin de nature.

Ce dernier aspect doit être pris en considération dans cette situation de crise sanitaire. D’après une enquête Harris Interactive pour WW réalisée les 18 et 19 août sur l’état d’esprit des Français en cette période de rentrée, 71% se déclarent «inquiets», 54% «stressés», 44% déjà «fatigués». Les Français ressentent le besoin prioritaire de se sentir bien dans leur tête (89%) et dans leur corps (88%), ce qui peut notamment passer par le fait de prendre plus de temps pour eux (79%). Loin d’être passifs, les Français affichent un véritable désir de se prendre en main malgré ce contexte difficile : au niveau de leur état physique (65%), leur moral (62%) et leur bien-être en général (63%).

Alors que de nombreuses études mettent en avant les bienfaits des fleurs, des plantes, du jardinage ou encore de la présence des espaces végétalisés sur l'environnement, la santé physique ou mentale, le végétal apporte une réponse aux Français désireux de prendre soin de la planète et d’eux-mêmes.

Sources : Le bien-être des Français à la rentrée, étude Harris Interactive pour WW, 01/09/2020.
Envies de ville by Nexity, Post-confinement : les Français en attente de plus de nature pour leur habitat, 02/09/2020.

 


Imprimer la newsletter