EN QUÊTE DE VERT

Informations socioéconomiques des professionnels du végétal

Banniere En Quête de Vert

18 mars 2021 - N°241

International

12 Mars 2021

BREXIT : REPORT DES ECHEANCES DE CONTROLES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES BRITANNIQUES

BREXIT : REPORT DES ECHEANCES DE CONTROLES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES BRITANNIQUES

Les autorités britanniques ont annoncé le 11 mars le report de l'introduction des procédures de contrôle SPS aux frontières en Grande-Bretagne, donnant ainsi aux entreprises 6 mois supplémentaires pour se préparer.


En juin dernier, le gouvernement britannique a annoncé dans le cadre du Brexit, les différentes échéances de mise en œuvre des mesures de contrôle des importations provenant de l’Union Européenne. Ce calendrier a été construit en tenant compte de l’impact de la première vague de la Covid-19 sur les capacités d’adaptation des entreprises concernées. Toutefois, compte tenu de la durée de la pandémie, il a été décidé de revoir ces échéances.

-Les contrôles physiques SPS (sanitaires et phytosanitaires) des végétaux et produits végétaux à haut risque (végétaux et produits végétaux dits hautement prioritaires) seront effectués aux postes de contrôle frontaliers, et non plus au lieu de destination comme actuellement, à partir du 1er janvier 2022.
-Les exigences de pré-notification et les contrôles documentaires, y compris les certificats phytosanitaires, seront exigés pour les végétaux et produits végétaux à faible risque (végétaux dits réglementés) à partir du 1er janvier 2022.
-Les contrôles physiques SPS pour les végétaux et produits végétaux à faible risque (végétaux et produits végétaux dits réglementés) auront lieu aux postes de contrôles frontaliers britanniques à compter de mars 2022.
Les exigences SPS appliquées depuis le 1er janvier 2021 pour les végétaux et produits végétaux dits hautement prioritaires restent en vigueur. Par conséquent, l'instruction et la délivrance de certificat (phyto)sanitaire pour ces produits restent d'actualité.

Sources : Cellule Brexit de FranceAgriMer.
https://questions-statements.parliament.uk/
 

Consommation

11 Mars 2021

PRIX, LIVRAISON ET MADE IN FRANCE, DES CRITERES D’ACHATS ESSENTIELS POUR LES FRANÇAIS

PRIX, LIVRAISON ET MADE IN FRANCE, DES CRITERES D’ACHAT ESSENTIELS POUR LES FRANÇAIS

Si depuis la pandémie les Français ont davantage tendance à opter pour des achats limitant les contacts, ils sont aussi plus sensibles au critère prix et au Made in France.


YouGov a interrogé du 19 au 21 janvier un échantillon représentatif de 1000 Français sur leurs achats en ligne et l’utilisation de services de livraison ces 12 derniers mois.
Les réponses montrent qu’en raison de la Covid-19, les Français ont davantage eu recours aux services évitant une attente en magasin : 23% ont davantage eu recours au click and collect, 28% ont davantage opté pour la livraison en points relais et 40% ont davantage choisi la livraison à domicile.

L’enquête YouGov confirme l’accélération du commerce en ligne depuis le début de la crise sanitaire.

9 Français sur 10 déclarent avoir acheté au moins un produit en ligne ces 12 derniers mois et 41% la semaine précédant l’enquête. La part de Français ayant acheté la semaine précédant l’enquête est relativement plus importante chez les femmes (47%) et les 25-34 ans (51%).
Parmi les consommateurs ayant acheté en ligne ces 12 derniers mois, 37% indiquent le faire plus souvent et 39% ont augmenté leur panier moyen depuis la crise sanitaire.

Les principaux critères d’achat en ligne sont le prix des produits (59%), le prix de la livraison (44%), les délais de livraison (37%) et les promotions (31%). Si le Made in France n’apparaît qu’en 8ème position du classement des critères d’achat, 73% reconnaissent que ce critère a pris de l’importance depuis le début de la crise.
Les critères en lien avec le pouvoir d’achat ont pris également une place plus grande dans l’achat en ligne : c’est le cas de 61% des Français pour les promotions, de 48% des Français pour le prix de la livraison et 40% des Français pensent que le prix du produit est devenu un critère plus important dans leurs achats en ligne.

Source : Salomé MARCADE, Le boom des achats en ligne et des services de livraison, YouGov, 25 février 2021.

 

Développement durable

12 Mars 2021

VISION ARUP DES ESPACES DE TRAVAIL DE DEMAIN

VISION ARUP DES ESPACES DE TRAVAIL DE DEMAIN

Le cabinet Arup propose 5 types d’espace de vie pour répondre aux attentes des salariés et de leur entreprise conciliant télétravail et présence physique dans les bureaux.


D’après le baromètre du télétravail Malakoff Humanis, 86% des télétravailleurs français souhaitent poursuivre le télétravail. Pour les salariés, le nombre idéal de jours de télétravail par semaine s’établit à 2 jours.

Le cabinet d’ingénierie Arup a publié en novembre dernier le rapport «Making Place -The recalibration of work, life and place». Cette analyse internationale émerge d’une prise de conscience de réfléchir à l’avenir des espaces de travail physique et de leur dimension sociale à l’heure où la technologie et la Covid-19 nous amènent désormais à travailler n’importe quand et n’importe où. D’après Arup, ce nouveau contexte constitue «une opportunité unique de réaffirmer la valeur des espaces de travail pour l’avenir.» Dans le cadre de ce projet, YouGov a interrogé des employés situés au Royaume-Uni sur leurs attentes en matière de vie au travail. A partir de ces résultats et de témoignages d’experts, Arup apporte un décryptage et des recommandations sur les espaces de travail de demain à destination des différents acteurs intervenant dans la conception des espaces de travail et plus largement de leur environnement et du quartier dans lequel ils se trouvent.

Le travail est une expérience sociale, culturelle, collaborative mais aussi pour apprendre et réfléchir. Pour optimiser cette expérience, Arup met en avant 5 typologies d’espaces de vie au travail :
-Des espaces pour se rafraîchir : les employés voient le travail comme une expérience sociale. Réponse : des espaces qui encouragent les gens à s’y attarder, se rencontrer et se socialiser. Exemples : des porches ou jardins devant le bâtiment, des squares, parcs avec des zones / équipements pour se divertir.
-Des salles de classe de rue : les employés souhaitent acquérir de nouvelles connaissances et compétences. Réponse : des endroits qui rassemblent les gens pour des partages de connaissances formels ou informels.
-Des espaces d’expression de l’identité culturelle : les employés recherchent des opportunités d’exprimer leur identité, de partager leur culture pour amener à un meilleur sentiment d’appartenance et d’identité. Exemple : des jardins de quartier.
-Des laboratoires d’idées : les employés désirent partager des idées et relever des défis avec leurs pairs afin d’élargir la réflexion pour la résolution de problèmes. Exemple : des squares et autres espaces pour se regrouper.
-Des jardins pour le mental : pour aider les individus à réfléchir à leurs idées en prenant du recul. Exemples : des jardins calmes, des trames vertes et bleues qui permettent de se protéger du bruit, de la pollution de l’air.

Enfin, Arup souligne que la mise en place de cette vision pourra d’autant mieux se faire si elle est le fruit d’une collaboration entre les collectivités, les entreprises / employeurs mais aussi les propriétaires de ces lieux de travail et les professionnels participant aux projets immobiliers selon le rôle et au bénéfice de chacun.

Sources : Baromètre annuel du télétravail par CSA pour Malakoff Humanis, décembre 2020.
Arup, Making Place : The recalibration of Work, Life and Place, November 2020.
 

Consommation

12 Mars 2021

PREMIERES TENDANCES DES ACHATS DES FRANÇAIS EN VEGETAUX EN 2020

PREMIERES TENDANCES DES ACHATS DES FRANÇAIS EN VEGETAUX EN 2020

Les achats des Français en végétaux ont diminué de 5,5% en 2020, d’après les données du panel consommateurs Kantar pour VAL’HOR et FranceAgriMer.


Réalisé chaque mois auprès de 7000 foyers représentatifs des foyers français, le panel consommateurs Kantar pour VAL’HOR et FranceAgriMer permet de suivre l’évolution des comportements d'achat en végétaux.

La fermeture des points de vente, l’annulation d’événements ou autres restrictions liées à la gestion de la pandémie ont entrainé un recul de 5,5% des achats des Français en végétaux (en valeur).
Les végétaux d’intérieur, qui représentent le segment le plus important (37% de la consommation), ont particulièrement souffert du contexte avec une diminution de 11% de la consommation entre 2019 et 2020. Les fleurs coupées et plantes fleuries, dont une part importante correspond à des achats pour offrir, sont les catégories de végétaux qui enregistrent la plus forte baisse.
En revanche, le marché des végétaux pour le potager (graines, plantes / plants potagers, plantes aromatiques et condimentaires) affiche une hausse de 8% durant cette période.
Les achats de végétaux d’extérieur et ceux pour le deuil (cimetière et obsèques) ont diminué respectivement de 4% et 3%.

Du côté des circuits de distribution, la consommation de végétaux hors potager vers les producteurs est en hausse en 2020, celle chez le fleuriste augmente très légèrement. La consommation en végétaux hors potager est en baisse dans les jardineries et la grande distribution.
Autre conséquence du contexte sanitaire : l’achat pour offrir, qui représente 34% de la consommation de végétaux, a diminué de 13% en 2020 contre -4% pour l’achat pour soi.

Enfin, le suivi mensuel de la consommation de végétaux (hors potager) montre clairement un décrochage des achats (en valeur) des Français lors du premier confinement puis, dans une moindre mesure lors du deuxième confinement et un regain de dynamisme dans la consommation en sortie de confinement.

Accéder à l'infographie VAL'HOR sur les achats des foyers français en végétaux en 2020 par rapport à 2019.

D'autres publications, diffusées au cours de ce premier semestre, apporteront un éclairage complémentaire sur le marché des végétaux et les évolutions de consommation de ces dernières années.


Source : Panel consommateurs Kantar pour VAL’HOR et FranceAgriMer.

 


Imprimer la newsletter