Banniere En Quête de Vert

26 septembre 2019

Production

13 Septembre 2019

MOINS DE DISPARITIONS D’ENTREPRISES ET DES PROJETS D’INVESTISSEMENT AU NORD-OUEST ET AU CENTRE DE LA FRANCE

MOINS DE DISPARITIONS D’ENTREPRISES ET DES PROJETS D’INVESTISSEMENT AU NORD-OUEST ET AU CENTRE DE LA FRANCE

Les résultats 2018 de l’Observatoire structurel FranceAgriMer des entreprises de production pour le nord-ouest et le centre de la France montrent quelques signes de sortie de crise bien que le chiffre d’affaires n’augmente pas.


Dans le cadre de l’Observatoire structurel des entreprises de production, AND International a interrogé en 2018 les producteurs des régions suivantes : Bretagne, Pays de la Loire, Centre-Val de Loire, Normandie, Hauts-de-France, Ile-de-France.
Les résultats compilés indiquent que le rythme de disparition des entreprises se ralentit depuis 2012 avec toutefois 7% des entreprises qui ont disparu entre 2015 et 2018. Après une baisse de 6% du chiffre d’affaires en 2012-2015, l'activité dans les 6 régions se stabilise quasiment (-1%) entre 2015 et 2018. Les ventes de végétaux à la distribution spécialisée représentent 42% du chiffre d’affaires des entreprises de production. Le deuxième marché le plus important est celui du paysage et des collectivités.

Près de la moitié des entreprises de production ont des projets d’investissement matériel pour les 3 ans à venir. Plus d’un tiers des répondants veulent faire évoluer leur production dans les 3 ans.

Enfin, les 4 actions collectives les plus souhaitées sont : mieux identifier l´origine des végétaux sur les marchés (41% considèrent que c’est très important et 39% que c’est important), suivre l'évolution des demandes / des marchés (36% très important et 49% important), pérenniser les relations commerciales entre opérateurs de la filière (32% très important et 46% important) et se regrouper pour optimiser la logistique (29% très important et 41% important). Des résultats en phase avec le plan de filière.

Source : Observatoire structurel des entreprises de production, FranceAgriMer.

 

Communication

16 Septembre 2019

UN SITE SUR LES METIERS DU PAYSAGE

UN SITE SUR LES METIERS DU PAYSAGE

L’Unep a récemment mis en ligne un site sur les métiers du paysage avec des témoignages et un annuaire des écoles.


Alors que le savoir-faire occupe une place centrale dans le secteur du paysage dont les salariés sont à plus de 80% en CDI, le recrutement de personnel qualifié est la première préoccupation des professionnels du paysage. Au premier semestre 2019, plus de 42% des entreprises interrogées par le baromètre conjoncturel VAL’HOR - Unep ont cherché à embaucher sans y être parvenu, contre 33% au second semestre 2018 et 26% au premier semestre.

L’Unep - Les entreprises du paysage lance le site internet lesmetiersdupaysage.fr pour valoriser la richesse des métiers du paysage. Les étudiants peuvent y découvrir les différents métiers, les qualités professionnelles et humaines du poste, le cursus de formation et les perspectives d’évolution.

Sources : Chiffres clés VAL'HOR / Unep des entreprises du paysage.
Baromètre VAL'HOR / Unep des entreprises du paysage
www.lesmetiersdupaysage.fr

 

Bienfaits du végétal

13 Septembre 2019

UN MEILLEUR NIVEAU DE BIEN-ETRE DANS UN CADRE DE VIE VEGETALISE

UN MEILLEUR NIVEAU DE BIEN-ETRE DANS UN CADRE DE VIE VEGETALISE

Une nouvelle étude britannique établit une relation entre proximité des espaces verts et santé mentale.


Des chercheurs des universités de Warwick, Sheffield et Newcastle (Royaume-Uni), ont analysé auprès de 25 500 personnes à Londres le sentiment de bonheur, de satisfaction à l'égard de la vie et l’estime de soi selon la présence d’espaces végétalisés dans l'environnement proche du logement. Les chercheurs ont modélisé la répartition des 20 000 espaces verts publics de Londres par rapport au lieu d’habitation des individus.

Les résultats mettent en évidence une nette corrélation entre la quantité d'espaces verts à côté du logement des personnes et leur bien-être psychologique.
De plus, les individus vivant à moins de 300 mètres d’un espace vert affichent les plus forts niveaux de satisfaction à l'égard de la vie, d’estime de soi et de bonheur ressenti.
Enfin, une hausse de 1 hectare d’espaces verts dans un rayon de 300 mètres du lieu d’habitation des individus est statistiquement associée à une augmentation significative du niveau de satisfaction à l'égard de la vie (+8 points de pourcentage), d’estime de soi (+7 points) et de bonheur ressenti (+5 points).

Au final, ce n’est pas seulement la quantité d’espaces verts publics dans une ville qui compte pour maximiser les bienfaits de la présence de végétal sur la santé mentale. La proximité des espaces verts du logement est également très importante.

Sources : Urban green spaces provide clear mental health benefits, study finds, Government Europa, 21st August 2019.
Victoria Houlden, João Porto, Scott Weich, Stephen Jarvis, A spatial analysis of proximate greenspace and mental wellbeing in London, Applied Geography, Volume 109, August 2019, 102036.
Vivre à proximité d’espaces verts liés à une meilleure santé mentale, Newstrotter, Août 2019.

 

Développement durable

30 Août 2019

LES FRANÇAIS FAVORABLES A DAVANTAGE DE BIODIVERSITE EN VILLE

LES FRANÇAIS FAVORABLES A DAVANTAGE DE BIODIVERSITE EN VILLE

Une étude commanditée par Art and Built montre que les Français sont sensibles à la biodiversité en ville. Reste à valoriser les différentes formes de biodiversité en ville et encourager la participation des habitants.


OpinionWay a interrogé l’an dernier pour le bureau d’architectes Art and Built, près de 1500 Français (urbains et ruraux) afin de connaître leur regard sur la biodiversité en ville.

Les résultats, publiés récemment, montrent que la perception du lien par les urbains entre ville et nature est assez partagée : 3 urbains sur 10 reconnaissent que la ville est un espace artificiel mais avec toutefois des espaces de nature, 2 urbains sur 10 estiment que la ville et la nature se chevauchent sans se confondre, tandis que 17% des urbains considèrent que la ville et la nature sont deux entités clairement différentes et 14% pensent qu’il s’agit de deux entités qui ne se mélangent pas.

88% des urbains pensent qu’il faudrait de nouveaux aménagements pour avoir plus de biodiversité en ville. Les bienfaits de la biodiversité sont relativement connus : pour 87% des urbains, renforcer la biodiversité en ville est une question de santé, pour 81% c’est une question d’éthique et pour 72% c’est une question de lien social. A noter également que pour 54% des urbains, renforcer la biodiversité est une question d’ordre alimentaire. Si 77% des urbains savent qu’ils peuvent participer à la biodiversité en ville, 58% le font effectivement.

Les différentes formes de nature en ville (toitures, murs, hôtels à insectes…) et leur rôle dans la biodiversité doivent être davantage valorisés : pour 52% des urbains, il y a de la biodiversité en ville uniquement dans les espaces verts. Les bienfaits économiques («retour sur investissement») doivent aussi être mieux compris par la population : 60% des urbains estiment qu'avoir plus de biodiversité en ville coûte cher.
Seulement 7% des urbains déclarent avoir déjà rencontré un problème de biodiversité en ville : présence d’oiseaux, d’insectes, végétation trop abondante… manque d’animaux…. Parmi les espaces où les urbains souhaitent qu’il y ait davantage de biodiversité : les jardins publics (pour 65% des urbains), les jardins partagés (58%), les toitures d’immeuble avec des ruches (58%) et au pied des arbres (53%).

Au final, 88% des urbains sont favorables au renforcement de la biodiversité en ville (86% des ruraux) : 48% estimant toutefois qu’elle doit être contenue dans certaines limites (contenir la flore, maîtriser les populations animales) tandis que 40% pensent qu’elle doit se développer librement.

Source : La biodiversité en ville, sondage OpinionWay pour Art and Built, juin 2018 (publication juillet 2019).

 


Imprimer la newsletter