EN QUÊTE DE VERT

Informations socioéconomiques des professionnels du végétal

Banniere En Quête de Vert

2 août 2018

Développement durable

26 Juillet 2018

LES ENTREPRISES, PREMIER ACTEUR ATTENDU DU DEVELOPPEMENT DURABLE

64% des Français sont inquiets pour...

LES ENTREPRISES, PREMIER ACTEUR ATTENDU DU DEVELOPPEMENT DURABLE

La sensibilité des citoyens aux problèmes environnementaux se traduit aujourd'hui par des efforts croissants de leur part pour réduire leur impact écologique. Ils restent cependant convaincus que les entreprises ont le plus un rôle à jouer en matière de développement durable.

64% des Français sont inquiets pour l’avenir de la planète et trouvent qu’on n’en fait pas assez sur le sujet. Cette proportion monte à 89% chez les 25-34 ans. Les Français considèrent que les entreprises, marques et industriels sont les acteurs de la société qui peuvent avoir le plus d’impact en matière d’action en faveur du développement durable (pour 40%). Viennent ensuite les citoyens (27%) et les pouvoirs publics (24%).
Par rapport à il y a quelques années, plus de la moitié des Français (55%) estiment qu’ils ont accentué les efforts qu’ils faisaient déjà en matière de développement durable. Au final, 50% privilégient systématiquement les produits locaux. Par ailleurs, 78% sont sensibles aux produits bio et 75% aux produits ou services labellisés Développement durable. La proportion de personnes sensibles aux produits ou services labellisés Développement durable est en hausse par rapport à l'enquête de 2015 (71%).

Source : Les Français, le développement durable et le secteur de la coiffure, Sondage BVA, mai 2018.

 

Entreprises

30 Juillet 2018

LANCEMENT D’UN APPEL A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA STRUCTURATION DES FILIERES AGRICOLES

Stéphane...

LANCEMENT D’UN APPEL A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA STRUCTURATION DES FILIERES AGRICOLES

Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, a annoncé il y a quelques semaines le lancement d’un appel à manifestation d’intérêt «structuration des filières agricoles et agroalimentaires» opéré par FranceAgriMer. Il s’inscrit dans le cadre du grand plan d’investissement.

Cet appel à manifestation d’intérêt s’adresse à des opérateurs économiques portant un projet d’investissement ambitieux dans le cadre d’une démarche collective impliquant différents maillons d’une ou de plusieurs filières, de l’amont à l’aval (production, transformation, commercialisation) et qui s’inscrivent dans la cadre de la déclinaison opérationnelle des plans de filière. Les projets pourront éventuellement associer d’autres acteurs, tels que fabricants d’agrofournitures, équipementiers, entreprises de service et conseil, interprofession, fédérations professionnelles…
Les investissements envisagés devront avoir un impact mesurable et substantiel pour la filière et ses acteurs : création de valeur ajoutée pour l’amont et l’aval, réponse aux attentes du marché, caractère reproductible de la démarche…

Un soutien financier est prévu pour aider les porteurs de projets à finaliser la construction de leur projet.

Les dossiers de candidature doivent être déposés avant le 31 octobre 2018 à minuit.

Source : Lancement d’un appel à manifestation d’intérêt « structuration des filières agricoles et agroalimentaires », Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, communiqué de presse du 3 juillet 2018.

 

Bienfaits du végétal

30 Juillet 2018

SUR INSTAGRAM, LE VEGETAL EST ASSOCIE AU BONHEUR DE LA VIE EN VILLE

En Australie, dans le cadre d’une...

SUR INSTAGRAM, LE VEGETAL EST ASSOCIE AU BONHEUR DE LA VIE EN VILLE

En Australie, dans le cadre d’une étude pilote sur la représentation du bonheur dans les espaces urbains, des chercheurs de l’université de technologie du Queensland ont étudié des photos relatives au bonheur dans la vie urbaine postées par des internautes sur Instagram à travers le monde.

L’étude a porté sur des images (hors selfies) utilisant les hashtags suivants : #cityhappy, #happycity, #cityofhappiness, #urbanhappiness.
Il ressort d’une sélection de 196 photos que quel que soit l’âge ou la localisation géographique, les photos qui utilisent un de ces hashtags mettent en avant les mêmes caractéristiques, notamment :
- Un espace ouvert
- Des éléments naturels (végétal, sable, pierre)
- Des bâtiments historiques ou propres au patrimoine de la ville
- De la couleur
- Des immeubles de densité moyenne
- De l’eau
- Des immeubles à échelle humaine (plus souvent horizontaux que verticaux)

Cette constatation est révélatrice de l’universalité d’éléments urbains, tels que le végétal, qui contribuent au bonheur des citadins.

Source : Sofie PRINGLE, According to study these are the key features a ‘happy city’ needs, Domain, July 5th, 2018.

 

Mode de vie

26 Juillet 2018

AU-DELA DE L’ENGAGEMENT SOCIAL, LES ENTREPRISES DOIVENT SE DISTINGUER AUTREMENT

Chaque année, l’institut...

AU-DELA DE L’ENGAGEMENT SOCIAL, LES ENTREPRISES DOIVENT SE DISTINGUER AUTREMENT

Chaque année, l’institut Ipsos interroge des « faiseurs de tendances » (trendsetters) dans le monde pour détecter les signaux faibles de tendances à venir en matière de consommation et de mode de vie.

L’observatoire montrait il y a un an et demi, que les trendsetters cherchaient à s’échapper d’un monde rempli de contradictions et à se reconstruire avec leurs communautés. Aujourd’hui, les faiseurs de tendance sont prêts à croire en un avenir meilleur, où bonheur, gentillesse, technologie et entrepreneuriat sont de nouveau possibles. Il y a par ailleurs un besoin irrépressible d’un monde plus simple, plus lisible où l’on puisse recommencer à avancer. Ces nouvelles aspirations renvoient au modèle du rêve américain. La haute technologie occupe une place fondamentale dans ce nouvel environnement en donnant la liberté d’entreprendre.

Deux tendances se dégagent pour 2019 :
- la première faite de «jolies choses» ; Certains trendsetters veulent embellir le monde et des marques répondent à leurs attentes. Ipsos prend le cas du Manifesto de Danone portant sur les engagements du groupe en faveur d’une alimentation saine, accessible au plus grand nombre. «Le projet économique va de pair avec la justice sociale…», analyse l’institut.
- la seconde tendance développe des «Sphères indiverselles». «Dans la sphère indiverselle, le consommateur peut être lui-même, sans s’opposer aux autres », explique Thibaut Nguyen, Directeur Trends & Prospective chez Ipsos. «Les cafés Starbucks, tous identiques d’un pays à l’autre, relèvent de ce phénomène.»

Cependant, l’étude met également en lumière des signes d’alerte pouvant menacer «l’American Dream 2.0». « En premier lieu, derrière l’illusion de la différence, la norme et le conformisme risquent de se propager. Et les grandes marques omniprésentes dans tous les pays viennent renforcer cette normalisation ». Parmi les autres menaces: la dérive de la société de notation, la technologie avec peut-être un risque d’éclatement de la bulle technologique et l’impasse écologique (pollution, dérèglement climatique, épuisement des ressources...) qui n’est toujours pas résolue.
Des tendances en opposition émergent aussi comme se regénérer dans la nature ou intégrer un groupe de pairs.

Quel positionnement doivent adopter les marques face à ces tendances ? D’après T. Nguyen, les marques doivent procéder à leur introspection et se demander si leurs engagements sociétaux sont en phase avec leur activité, leur process de fabrication et leurs actes. «Si les marques s’engagent toutes pour améliorer la société, elles vont devoir affirmer autrement leur singularité. Dans ce cas, créer davantage de valeur dans le produit va redevenir incontournable : conception exigeante, qualités des matériaux, authenticité… Et aussi le proposer partout, à des prix abordables.» «Il devient dès lors essentiel de bien définir son projet de marque. Car finalement, conclut T. Nguyen, une marque reste, encore et toujours, la réunion de différentes personnes – consommateurs, salariés, fournisseurs, influenceurs… – sur le même projet.»

Source : Trend Obs 2019 : (AMERICA) I am what I do, Ipsos, 25 juin 2018.

 

Mode de vie

19 Juillet 2018

DESIR D’UN QUOTIDIEN PROCHE DE LA NATURE

Le dernier sondage réalisé par Sociovision dans le cadre de...

DESIR D’UN QUOTIDIEN PROCHE DE LA NATURE

Le dernier sondage réalisé par Sociovision dans le cadre de l’Observatoire Promotelec sur l’habitat montre que dans un quotidien toujours plus connecté, les Français veulent rester proches de la nature.
94% des Français aiment passer du temps chez eux. Le lieu d’habitation idéal est avant tout un endroit chaleureux (63% de réponses), où l’on se sent en sécurité (45%) mais aussi en contact direct avec la nature (29%) et un espace de vie écologique (22%). Le logement idéal n’est cependant pas un cocon mais plutôt un lieu de partage, d’ouverture aux autres (22%).
En outre, nombreux sont les moments ou activités que les Français souhaitent faire davantage, mieux ou plus rapidement : passer du temps avec ses proches (73%), faire la cuisine (68%), faire le ménage / ranger (66%), s’occuper de sa famille (63%), recevoir des gens (61%), etc. 49% des Français citent le jardinage parmi ce qu’ils font chez eux et aimeraient améliorer.

Source : Objets connectés dans l’habitat – Quelles attentes pour quels imaginaires ?, sondage Sociovision / Promotelec, Observatoire des mutations dans l’habitat, Promotelec, juin 2018.

Crédit photo : VAL'HOR

 


Imprimer la newsletter