Banniere En Quête de Vert

2 mai 2019

Développement durable

29 Avril 2019

OUVERTURE DES INSCRIPTIONS AU CONCOURS INNOVERT

OUVERTURE DES INSCRIPTIONS AU CONCOURS INNOVERT

Le Salon du Végétal, qui se tiendra du 10 au 12 septembre, lance l'édition 2019 du concours Innovert avec le soutien de VAL’HOR.

Récompensant les nouveautés et innovations de la filière du végétal, ce concours comprend 4 catégories :

- nouveauté végétale horticulture : fleurs coupées, plantes d’intérieur, plantes à massifs, plantes fleuries, plantes pour patio/terrasses, potager, bulbes, semences.
- nouveauté végétale pépinière : arbres et arbustes, vergers.
- innovation commerciale végétale : concepts marketing de vente de végétaux.
- production : innovations techniques, nouveaux matériels et nouveautés concernant les intrants.

Les produits retenus au concours Innovert bénéficient d’une promotion avant, pendant et après le Salon du Végétal, grâce à la communication faite par le Salon et aux retombées presse en France et à l’international.
Le concours Innovert s’adresse aux exposants du Salon du Végétal. Date limite des candidatures à Innovert 2019 : 24 mai.

Sources : Bureau Horticole Régional / VAL'HOR

Crédit photo : Bureau Horticole Régional

 

Entreprises

29 Avril 2019

RESULTATS D’ESSAIS SUR LES ALTERNATIVES AU BUIS

RESULTATS D’ESSAIS SUR LES ALTERNATIVES AU BUIS

Plante & Cité publie des fiches de taxons alternatifs au buis réalisées en partenariat avec ASTREDHOR qui a mené des essais sur le comportement de ces végétaux.

Depuis l’émergence de la cylindrocladiose et de la pyrale du buis il y a une dizaine d’années, la gestion sanitaire des buis s’est complexifiée et il devient, pour certains gestionnaires, difficile de maintenir leurs plantations. C’est pourquoi, en parallèle du programme SaveBuxus (développement de stratégies de gestion des bioagresseurs du buis) ASTREDHOR Sud-Ouest (GIE Fleurs et Plantes) a lancé en 2014 des essais de diversification pour évaluer le comportement de différents taxons alternatifs aux buis.

Durant 3 ans, ASTREDHOR Sud-Ouest et ses partenaires ont ainsi observé le comportement de 25 taxons (houx crenelés, berbéris, fusains du Japon ...) dans différentes conditions de sol. Plante & Cité publie sous forme de fiches par taxon les principales observations réalisées dans le cadre de ces essais. Au-delà de la présentation de l'intérêt et des limites de chaque plante, les fiches comprennent un focus sur les cultivars testés et un renvoi vers leur fiche de description sur Floriscope (l'outil pour connaître, choisir et trouver des végétaux). Cette publication a fait l’objet d’un soutien de VAL’HOR et de l’Agence Française pour la Biodiversité.

En 2018, une enquête a été conduite par Plante & Cité auprès des professionnels des espaces verts et au vu des résultats de l’enquête, les essais, conduits par ASTREDHOR Sud-Ouest, se concentreront en 2019-2020 sur les alternatives aux broderies de buis avec une vingtaine de taxons qui seront testés sur le site de Bordeaux.

Source : GUERIN M., DEOGRATIAS J.-M. (2019). Essais sur les alternatives aux buis - Fiches de synthèse par taxon. Edition Plante & Cité, 42 p.

Crédit photo : Maxime Guérin / Plante & Cité

 

Bienfaits du végétal

29 Avril 2019

LES ESPACES VERTS AU SERVICE DU BIEN-ETRE DES ETUDIANTS

LES ESPACES VERTS AU SERVICE DU BIEN-ETRE DES ETUDIANTS

Les résultats d’une étude américaine mettent en avant l’impact du végétal et de l’activité physique dans les espaces verts sur la santé mentale des étudiants.


Plusieurs études démontrent les bienfaits du contact avec les espaces verts sur la santé des individus mais peu d'entre elles apportent un éclairage sur l'impact en matière de santé selon le type d'interaction avec les espaces verts. C'est pourquoi, des chercheurs américains des Universités de Furman et de Yale ont analysé l'influence du type d'interaction avec les espaces verts sur le niveau de stress et la qualité de vie perçus de 207 étudiants en Université. Les résultats indiquent que ceux qui sont régulièrement en contact avec les espaces verts de façon active (courir, faire du vélo, marcher) ont une meilleure qualité de vie, une meilleure humeur et une moindre sensation de stress. Des interactions passives (s’asseoir, étudier, se détendre avec des amis, méditer) avec les espaces verts sont moins fortement associées aux indicateurs de santé et de bien-être. Par ailleurs, l’étude montre qu’un contact quotidien avec les espaces verts durant l’enfance est associé à un usage fréquent des espaces verts des étudiants. Les freins à la fréquentation des espaces verts qui ont été identifiés sont le manque de temps et de prise de conscience des opportunités associées.

La valorisation des bienfaits d'une fréquentation active et régulière des espaces verts est essentielle pour mettre le végétal en ville au service du bien-être des étudiants. Une étude Husqvarna menée dans 15 pays (dont la France) en 2016 auprès d’étudiants en paysage et architecture indiquait que pour 90% d'entre eux la santé physique des individus sera un objectif clé des parcs en 2030 et 84% pensent qu’ils auront un impact positif sur la santé mentale des individus (dossier En Quête de Vert, mars 2017).

Source : Elizabeth W. HOLT, Quinn K. LOMBARD, Noelle BEST, Sara SMILEY-SMITH and John E. QUINN, Active and Passive Use of Green Space, Health, and Well-Being amongst University Students, International Journal of Environmental Research and Public Health / MDPI.

 

Consommation

19 Avril 2019

1,6 MILLION DE FOYERS ACHETEURS D’ARBRES OU ARBUSTES FRUITIERS

1,6 MILLION DE FOYERS ACHETEURS D’ARBRES OU ARBUSTES FRUITIERS

Le framboisier, la vigne et le pommier arrivent en tête des fruitiers les plus achetés par les Français. 10% des fruitiers sont achetés pour être offerts.

D’après le panel consommateurs Kantar pour VAL’HOR et FranceAgriMer, en 2018, près de 6% des foyers français ont acheté au moins un arbre ou arbuste fruitier, ce qui représente 1,6 million de foyers acheteurs. Par rapport à 2017, les achats sont en hausse en volume et en baisse en valeur.
Sur l’ensemble des achats de fruitiers, les arbres représentent 52% des dépenses et 31% des quantités achetées, les arbustes représentent 33% des dépenses et 63% des quantités achetées et les agrumes 15% des dépenses et 6% des quantités achetées.
Le framboisier, le pommier et le cerisier représentent la plus grande part des dépenses en fruitiers. En volume, ce sont le framboisier, la vigne et le pommier qui arrivent en tête. 10% des fruitiers correspondent à des achats pour offrir.

Par ailleurs, on estime en 2018 à 4% la part des foyers qui ont acheté des plants de fraisiers, soit 1 million de ménages. 11% des plants achetés sont mis sur le balcon, la terrasse ou le rebord de fenêtre. Les mois de mars, avril et mai représentent ¾ des dépenses en fraisiers réalisées en 2018.

Source : Panel consommateurs Kantar pour VAL’HOR et FranceAgriMer

 


Imprimer la newsletter