Banniere En Quête de Vert

20 décembre 2018

Développement durable

14 Décembre 2018

APPEL A L’ACTION POUR RENDRE LES VILLES PLUS VERTES

Du 28 novembre au 1er décembre s’est tenu à Mantoue...

APPEL A L’ACTION POUR RENDRE LES VILLES PLUS VERTES

Du 28 novembre au 1er décembre s’est tenu à Mantoue (Italie) le premier forum mondial sur les forêts urbaines organisé par la FAO (l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture), la municipalité de Mantoue, la Société italienne de sylviculture, Ecologie de la Forêt (SISEF) et l'Ecole Polytechnique de Milan.

Intitulé « Changer la nature des villes : le rôle de la foresterie urbaine pour un avenir plus écologique, plus sain et plus heureux », cet événement a rassemblé plus de 600 personnes (maires, universitaires, forestiers, paysagistes et spécialistes de la planification urbaine) issues de plus de 50 pays.

Il fournit une plateforme en vue de partager des exemples positifs de planification, de conception et de gestion des forêts en zone urbaine partout à travers le monde et une opportunité de renforcer l'implication des participants et d'exploiter au mieux les bienfaits apportés par les forêts.

Les organisateurs du forum ont appelé à l'action en proposant une série de solutions, parmi lesquelles:

- Etendre le couvert forestier dans les villes, utiliser le bon arbre au bon endroit ;
- Développer des programmes politiques qui vont promouvoir la création d'espaces verts et de forêts urbaines ;
- Utiliser les directives techniques actuelles pour planifier, concevoir et gérer les forêts et les arbres en zone urbaine ;
- Créer et faire la promotion d'emplois et d'opportunités économiques «vertes» ;
- Transformer les zones négligées, les friches et les cours en espaces verts ;
- Faire la promotion des jardins communautaires, de l'agriculture urbaine et des forêts alimentaires urbaines ;
- Augmenter le nombre de bâtiments écologiques et de forêts verticales et encourager l'installation de toits verts.

Source : FAO

 

Production

17 Décembre 2018

VERS UNE AMELIORATION DE LA SITUATION DU SECTEUR ?

La production horticole et de pépinière compte 3...

VERS UNE AMELIORATION DE LA SITUATION DU SECTEUR ?

La production horticole et de pépinière française compte 3 308 entreprises en 2017, qui réalisent un chiffre d’affaires total de 1,6 milliards d’euros.

D’après le rapport d’étude de l’Observatoire structurel des entreprises horticoles et de pépinière, réalisé par AND International pour FranceAgriMer, après six années de perte d’entreprises conjuguée à une baisse du chiffre d’affaires, la production française semble revenir à une dynamique de concentration.
La période 2013-2015 avait été marquée par des défaillances ou arrêts de production d’entreprises de taille moyenne et grande. Entre 2015 et 2017, le nombre d’entreprises continue de décroître mais à un rythme comparable à la tendance générale en agriculture, soit environ 5% par an. Parallèlement, les résultats 2017 révèlent une quasi stabilisation du chiffre d’affaires horticole comparé à 2015, ceci après une baisse continue entre 2009 et 2015.
Au final, le secteur a globalement perdu 370 entreprises et 1 627 emplois (en ETP) en deux ans, les effectifs reculant cependant moins (- 4,1% / an) que le chiffre d’affaires. Le chiffre d’affaires horticole moyen par entreprise progresse alors de près de 5 % par an, tandis que les surfaces diminuent de -1,5% en rythme annuel.
Les professionnels interrogés constatent une amélioration des conditions de marché et de la demande, quand bien même la concurrence reste rude et les marges étroites.

Au niveau régional, les dernières vagues d’enquête mettent en avant la situation du secteur en 2017 (par rapport à l’enquête 2014 ou 2015 selon les régions) en PACA, Occitanie et dans la région Nouvelle Aquitaine.

En 2017, la région PACA comprend 461 horticulteurs et pépiniéristes en 2017 qui réalisent un chiffre d’affaires total de 132 millions d’euros. Le repli de la production régionale se poursuit en 2017 en lien avec le déclin du bassin historique de production de fleurs coupées.

En région Occitanie, l’étude recense 303 producteurs en 2017 qui génèrent un chiffre d’affaires total de 122 millions d’euros HT. La perte d’entreprises concerne essentiellement celles de petite taille avec au final un impact limité sur le chiffre d’affaires.

La Nouvelle Aquitaine compte 397 horticulteurs réalisant un chiffre d’affaires estimé à 162 millions d’euros. Cette région continue de perdre des petites exploitations, mais voit son chiffre d’affaires horticole se stabiliser.

Source : Observatoire des données structurelles des entreprises de production de l’horticulture et de la pépinière ornementales, enquêtes AND International pour FranceAgriMer.

 

Développement durable

17 Décembre 2018

LES ESPACES VERTS AU SERVICE DE L’ECONOMIE CIRCULAIRE DANS LES VILLES

Les résultats de la nouvelle ...

LES ESPACES VERTS AU SERVICE DE L’ECONOMIE CIRCULAIRE DANS LES VILLES

Les résultats de la nouvelle vague d’enquête de l’Observatoire Unep - Hortis des villes vertes portant sur 21 communes soulignent le rôle des espaces verts dans un engagement collectif au service d’une économie circulaire.

L’amélioration de la santé publique est le premier motif de l’intégration de l’économie circulaire dans les services d’espaces verts. En outre, 19 collectivités sur 21 déclarent choisir en priorité des prestataires dotés d’une politique de développement durable et 17 sont sensibles à la formation des personnels de leurs entreprises contractantes aux enjeux et techniques de limitation et valorisation des déchets.
Les espaces verts représentent un lieu pour fédérer les habitants et acteurs locaux aux enjeux de l’économie circulaire. 20 villes vertes interrogées ont mis en place des actions de sensibilisation des citoyens sur la gestion durable des jardins et des espaces naturels.
Par ailleurs, près de la moitié des villes vertes demandent à leurs partenaires de s’approvisionner localement autant que possible.
Pour favoriser l’économie circulaire, les services d’espaces verts implantent des végétaux qui nécessitent peu d’arrosage, adaptent la taille des arbustes pour réduire les volumes de déchets verts ou encore choisissent des végétaux locaux. Enfin, la quasi-totalité des villes interrogées mènent des actions de revalorisation des déchets verts.

Source : Observatoire Unep – Hortis des Villes Vertes des villes vertes, communiqué de presse du 11 décembre 2018.

Crédit photo : AJJH

 

Consommation

14 Décembre 2018

L’ORCHIDEE, LA JACINTHE ET LE CYCLAMEN, PLANTES PREFEREES DES FRANÇAIS

D’après le panel consommateurs...

L’ORCHIDEE, LA JACINTHE ET LE CYCLAMEN, PLANTES PREFEREES DES FRANÇAIS

D’après le panel consommateurs Kantar TNS pour VAL’HOR et FranceAgriMer, on estime à 25 millions le nombre de plantes fleuries achetées par les foyers français en 2017 avec 37% de foyers acheteurs.
Les 5 plantes qui sont les plus achetées (en valeur) sont l’orchidée, la jacinthe, le cyclamen, le kalanchoé et le poinsettia. 6 plantes sur 10 sont destinées à être offertes (contre 4 plantes sur 10 achetées pour soi).

Le marché de la plante verte, grasse ou cactée représente quant à lui 5 millions d’achats. La plante verte constitue près de 2/3 des dépenses et 57% des quantités achetées contre 1/3 de dépenses en plantes grasses ou cactées, soit 43% de dépenses.
Le cactus, ficus et lierre sont les plantes les plus achetées de cette famille de végétaux. 63% des plantes vertes, grasses ou cactées sont achetées pour soi (37% pour offrir).

Source : Panel consommateurs Kantar TNS pour VAL’HOR et FranceAgriMer

 


Imprimer la newsletter