Banniere En Quête de Vert

27 juin 2019

Bienfaits du végétal

21 Juin 2019

ENCOURAGER LA FREQUENTATION DES ESPACES VERTS POUR LA SANTE

ENCOURAGER LA FREQUENTATION DES ESPACES VERTS POUR LA SANTE

Une étude anglaise révèle que deux heures hebdomadaires passées dans un environnement naturel favorisent la santé et le bien-être. A Moscou, un concept unique de parc urbain valorise la richesse du patrimoine culturel et naturel national.

Plusieurs études indiquent que passer du temps dans des environnements naturels peut être bénéfique à la santé et au bien-être mais peu de travaux de recherche examinent la relation entre la durée passée et les effets.
L’Université d’Exeter (Royaume-Uni) a étudié ces deux aspects sur un échantillon représentatif de 19 806 adultes. Il a été demandé à chaque individu quel était le nombre de visites effectuées dans un environnement naturel (espaces ouverts dans et autour des villes y compris les parcs, canaux, zones naturelles - la côte et les plages - et la campagne comprenant des terres agricoles, des bois, des collines et des rivières ; hors temps passé dans le jardin) à proximité de la maison ou du lieu de travail au cours des 7 derniers jours. Pour une des visites sélectionnées au hasard, les répondants devaient ensuite indiquer le temps passé. Ces données ont été croisées avec l'état de santé et le niveau de bien-être ressenti de chaque individu.
Les résultats montrent qu’à partir de 2 heures passées dans la semaine au contact de la nature, la probabilité d'être en bonne santé et d’avoir un niveau de bien-être élevé est significativement supérieure.

Alors que nous passons 90% de nos journées à l'intérieur, il est essentiel de déployer des initiatives originales pour encourager la population à passer du temps dans les espaces verts.
A Moscou, le parc urbain Zariadié met en avant la richesse et la diversité de la Russie en associant dans plusieurs espaces, nature, cuisine, histoire et culture. Les visiteurs peuvent y découvrir «tous les types de végétations du pays, entre bouleaux et sapins, des steppes, toundras et mini forêts jusqu’aux glaciers en sous-sols… Cette expérience est prolongée dans le média-center par des films 5D (avec mouvement, eau, vent et odeurs) (...) permettant à chacun de se promener virtuellement au cœur de ces différents paysages et d’avoir tous leurs sens interpellés».

Sources : Mathew P. White, Ian Alcock, James Grellier, Benedict W. Wheeler, Sara L. Warber, Angie Bone, Michael H. Depledge & Lora E. Fleming, Spending at least 120 minutes a week in nature is associated with good health and wellbeing, Nature, Scientific report 9, article number: 7730 (2019).
Damian Carrington, Two-hour ‘dose’ of nature significantly boosts health – study, The Guardian, 13/06/2019.
InCapsule by Ifop, Trend Tour - Un concept unique de parc urbain à Moscou, juin 2019.

Crédit photo : Gennady Grachev / Wikimedia Commons

 

Entreprises

20 Juin 2019

VERS UNE PLACE CROISSANTE DU SERVICE POUR TOUS LES METIERS DU VEGETAL

VERS UNE PLACE CROISSANTE DU SERVICE POUR TOUS LES METIERS DU VEGETAL

Dans de nombreux secteurs, le service occupe aujourd’hui une place croissante pour apporter une expérience au client mais aussi s’adapter aux nouvelles façons de consommer.

Un article paru il y a quelques semaines dans le blog Hub de La Poste spécialisé dans l’expérience client met en avant les nouvelles attentes du consommateur en matière de service. Le blog prend l’exemple du produit détergent face à un service de blanchisserie et de pressing, sachant que les deux répondent au même besoin : avoir des vêtements propres. On peut alors se demander si le consommateur veut un végétal ou plutôt un élément contribuant à la création d’un espace esthétique, calme, favorisant la biodiversité.

Aujourd’hui, l’innovation intervient bien souvent pour apporter de l’expérience client et de la valeur ajoutée à travers un service. Dans le cas de la blanchisserie, l’innovation porte sur la possibilité grâce à une application de déposer son linge à proximité et de le récupérer facilement. Sur le marché de la plante et dans de nombreux secteurs, la question de la livraison est un enjeu de plus en plus stratégique. D’ailleurs, le site Glimpse qui se présente comme un outil visant à détecter, à partir de l’observation des requêtes sur internet, des conversations sur les réseaux sociaux ou encore les achats en ligne à travers le monde, les tendances avant qu’elles ne «décollent», a annoncé récemment parmi 10 tendances sectorielles «la livraison de plantes» (voir la rubrique "industries" du site Glimpse).

Dans un contexte de sensibilité croissante à l'égard de l’environnent et de recherche de sens, d’action et d’engagement à travers la consommation, l’usage devient plus important que la possession mais la personnalisation est aussi très demandée.
Dans la filière du végétal, le service peut prendre de nombreuses formes : l'aménagement d’un espace, l’entretien des végétaux, ou encore des conseils de style correspondant aux espaces de vie (taille des pièces ou du jardin, exposition à la lumière...) mais aussi aux goûts et à la personnalité du consommateur. Apporter du service peut être l’occasion de mettre en avant les connaissances botaniques et la créativité des professionnels du végétal. Dans la mesure où le service ou l’expérience client doivent réenchanter le consommateur tout en étant pratique, on peut aussi imaginer la livraison de fleurs en même temps que le repas pour décorer la table, des ateliers de jardinage dans les centres commerciaux pour occuper les enfants pendant que leurs parents font les courses, une livraison dans l’heure d’une jardinière assortie à son logement ou encore l’équivalent de la e-consultation pour les plantes malades.

Au final, il s’agit de porter un nouveau regard sur le produit. «Quand les entreprises mettent vraiment le client comme point de départ de leur réflexion stratégique, elles prennent conscience que le produit n’est qu’un intermédiaire.» a expliqué dans une interview Philippe Moati, cofondateur de l’Observatoire Société et Consommation (ObSoCo).

Sources : Philippe Moati (ObSoCo) : «Le champ de la relation doit se déplacer de l’avoir vers l’être», Le Hub, 24/05/2018.
Retail as a service : l’avenir de la consommation ?, Le Hub, 23/05/2019.

 

Développement durable

21 Juin 2019

UNE PLATEFORME SUR LE PATRIMOINE ARBORE DES VILLES FRANÇAISES

UNE PLATEFORME SUR LE PATRIMOINE ARBORE DES VILLES FRANÇAISES

Dans le cadre d’une collaboration avec l’Institut Géographique National, la start-up KERMAP a conçu une plateforme permettant de connaître la proportion de végétation arborée des communes de France métropolitaine.


Reposant sur des photographies aériennes, la plateforme intitulée «Nos Villes Vertes» fournit des données sur le patrimoine arboré des villes dans l’espace public mais aussi privé (où se trouve une grande partie du patrimoine arboré). Les indicateurs figurant sur le site permettent une vue d’ensemble de la présence d’arbres en ville: pourcentage de patrimoine arboré en ville ou total, surface du patrimoine arboré en ville exprimée en terrains de football, surface par habitant du patrimoine arboré en ville.
D'après le classement KERMAP, si l’on raisonne en pourcentage du patrimoine arboré, Nice, puis Montpellier et Marseille figurent au top 3 des villes vertes de plus de 200 000 habitants. En superficie de patrimoine arboré, le top 3 est un peu différent : Montpellier, puis Toulouse et enfin Nice. Le site permet également de comparer le patrimoine arboré entre deux villes et de connaître l'évolution de l'étalement urbain d’une ville par rapport à la France.

Face à l’évolution de l'étalement urbain, aux enjeux environnementaux et aux besoins des citadins en matière de qualité de vie, les données du patrimoine arboré apportent des indicateurs sur la situation actuelle d’une ville qui peuvent constituer des données de référence à partir desquelles on pourra construire des objectifs qualitatifs pour plus de nature en ville.

Source : nosvillesvertes.fr

Crédit photo : VAL'HOR

 

Consommation

17 Juin 2019

LE MARCHE DE LA ROSE ET DES ROSIERS EN CHIFFRES

LE MARCHE DE LA ROSE ET DES ROSIERS EN CHIFFRES

On estime à près de 30 millions le nombre de bouquets / bottes de roses achetés et 5 millions de rosiers d'extérieur.

Fleur préférée des Français achetée pour soi ou pour offrir, la rose a été, selon les estimations du panel consommateurs Kantar pour VAL’HOR et FranceAgriMer, achetée par 7 millions de foyers français en 2018. 63% des bottes / bouquets de roses, soit 78% des dépenses correspondent à des achats pour offrir.
A cet égard, la rose est de loin la fleur la plus achetée pour la Saint Valentin avec 63% des dépenses en 2019 (voir l’infographie sur la St Valentin).

Destinés au jardin, les rosiers d’extérieur ont été achetés par 2 millions de foyers en 2018. Cette même année, plus de la moitié des dépenses en rosiers d'extérieur ont été effectuées entre avril et juin.

Enfin, concernant le marché des rosiers d'intérieur, 72% ont été achetés pour être offerts, ce qui représente 81% des dépenses.

Source : Panel consommateurs Kantar pour VAL’HOR et FranceAgriMer.

Crédits photos : Pixabay / VAL'HOR

 


Imprimer la newsletter