EN QUÊTE DE VERT

Informations socioéconomiques des professionnels du végétal

Banniere En Quête de Vert

5 décembre 2019

Mode de vie

29 Novembre 2019

LE JARDIN IDEAL DES FRANCAIS EST UN JARDIN GOURMAND

LE JARDIN IDEAL DES FRANCAIS EST UN JARDIN GOURMAND

La nouvelle vague de l’enquête Ifop pour l’Unep sur les Français et le jardin montre une évolution du regard des Français sur leur jardin, face aux enjeux climatiques et à la recherche d’une meilleure qualité de vie.


L’Ifop a interrogé en ligne 900 personnes âgées de 25 ans et plus (à partir d’un échantillon de 1004 personnes représentatif de la population française des 18 ans et plus) pour connaître le regard des Français sur le jardin. Actuellement, 58% des Français possèdent un jardin privé et 5%, un jardin partagé.
Les résultats de cette enquête prouvent que les Français restent très attachés au jardin et à ce qu’il peut apporter dans leur quotidien. Lorsque l’on demande aux Français qui possèdent un jardin, qu’ils jardinent ou pas, quelle perception ils ont de l’entretien du jardin, 77% des possesseurs de jardin privé et 81% des possesseurs de jardin partagé répondent que c’est plutôt une source de plaisir.
Ces enseignements sont directement liés aux différentes façons que les Français ont de profiter de leur jardin (privé ou partagé) : 93% des Français vont dans leur jardin pour se relaxer en s’occupant, 93% également en profitent pour réunir et recevoir leur famille et leurs amis. Le jardin semble devenir de plus en plus un espace ouvert, puisque la proportion de Français utilisant le jardin pour recevoir la famille ou les amis passe de 83% à 93% entre 2006 et 2019.
De plus, pour 89% des personnes interrogées, le jardin sert à embellir le bien immobilier et pour 84%, il permet aux enfants de jouer dehors. D’autres fonctions associées à la qualité de vie sont également mises en avant : protéger la biodiversité et respecter l’environnement (76%), avoir des activités physiques plus saines (75%) et se nourrir différemment (70%). A noter que cette envie de mieux se nourrir grâce au jardin est davantage marquée chez les moins de 35 ans (72% contre 57% des retraités). Parmi les autres spécificités observées selon le profil sociodémographique, on remarque que seulement 65% des habitants de l’agglomération parisienne mettent leur jardin au profit de la préservation de la biodiversité et de l’environnement, contre 80% des ruraux.

Le jardin idéal des Français est en phase avec la recherche d’une meilleure alimentation et reflète un nouveau regard sur l'aspect visuel du jardin. Pour 1 Français sur 2 contre seulement 1 Français sur 3 en 2011, le jardin idéal possède un potager et des plants, arbustes ou arbres fruitiers. 18% des Français considèrent que le jardin idéal a un aspect sauvage (ils étaient 16% en 2011). Seuls 7% des Français (11% en 2011) estiment que le jardin géométrique à la française est le jardin idéal.
Le changement climatique est clairement ressenti dans l’environnement proche des Français : 63% déclarent observer des signes de changement climatique dans leur jardin. Face à cette situation vécue dans leur propre espace de vie, le jardinier amateur est prêt à agir en utilisant des produits respectueux de l’environnement (95%), en plantant des végétaux mellifères (87%), en installant des hôtels à insectes, des mangeoires et des abris (81%), en réduisant la part du minéral (76%), en tondant moins souvent (76% aussi) ou encore, en n'arrachant plus les mauvaises herbes (49%).
Dans les espaces publics, une grande majorité de Français estime que la présence de végétal est insuffisante, plus précisément dans les centres commerciaux (87%), le centre-ville des agglomérations (79%), les espaces de loisirs (79% également), le lieu de travail (77%). Enfin, 1 Français sur 2 pense qu’il n’y a pas assez de végétal dans les lieux d’habitation. Cette proportion monte à 2/3 chez les Français ne possédant pas de jardin.

Source : Les Français et leur jardin : une relation en transition, enquête Unep – Ifop 2019.

 

Entreprises

29 Novembre 2019

CONSEILS POUR VENDRE PLUS DE PLANTES D’INTERIEUR D’APRES L’APPLICATION GROWIT!

CONSEILS POUR VENDRE PLUS DE PLANTES D’INTERIEUR D’APRES L’APPLICATION GROWIT!

L’application américaine GrowIt! a publié un rapport sur le comportement des amateurs de plantes d’intérieur utilisant cette application et fournit des conseils aux professionnels pour mieux répondre aux besoins des consommateurs.


GrowIt! est une application pour smartphone rassemblant une communauté de près de 900 000 amateurs de plantes en Amérique du Nord, discutant, partageant des conseils, des idées et pouvant grâce à l’application, identifier les végétaux qu’ils prennent en photo. En cette fin d’année, et à l’approche du Salon International des plantes tropicales, GrowIt! avec le soutien de Tropical Plant International Expo 2020, publie une analyse des comportements des utilisateurs de l’application en matière de plantes d’intérieur et apporte quelques conseils marketing aux entreprises. Les informations sur les consommateurs sont issues de la base de données de GrowIt! et d'une enquête réalisée dans à l’occasion de la semaine nationale des plantes d’intérieur, où les consommateurs ont été invités à partager leurs expériences sur les végétaux.

-Les plantes qui font le buzz : en 2019, les noms qui reviennent le plus dans l’application sont Pothos, Aloé vera, succulentes (de façon générale), Sansevieria, Chlorophytum, Philodendron et Echeveria. Monstera et Peperomia ont fortement gagné en popularité cette année. A mesure que de nouvelles variétés arrivent sur le marché, les consommateurs ont davantage de difficultés à les distinguer, d’où un grand nombre de partages de photos sous le nom générique « succulentes ».
-Critères de choix des plantes : les couleurs vives / le feuillage, l’absence de problème de ravageurs, la rareté de la variété / son côté unique sont les 3 critères de choix des plantes qui reviennent le plus. GrowIt! conseille de mettre en avant le feuillage, y compris pour les plantes à fleurs ainsi que le caractère unique des plantes.
-Plantes exotiques ou méditerranéennes / cactées / succulentes : l’attitude et le profil des consommateurs varient selon le type de plante verte. GrowIt! suggère de garder à l’esprit que pour les amateurs de plantes exotiques, le nom de la plante est important. Les amateurs de cactées connaissent les variétés qu’ils préfèrent dans cette catégorie qu’ils aiment collectionner. Au contraire, ceux qui aiment les plantes succulentes nourrissent une passion sans pour autant connaître nécessairement leurs noms. Les consommateurs aiment beaucoup les plantes méditerranéennes (citronnier, avocatier, manguier, bananier). D’après GrowIt!, il convient de bien les aider à cultiver avec succès ces plantes dans leurs intérieurs. GrowIt! observe également un intérêt croissant pour les grandes plantes vertes mais dont le choix est encore limité.
-Echanges de boutures entre consommateurs : alors que l’échange de boutures peut être vu comme une menace pour les distributeurs, GrowIt! recommande d’organiser des ateliers pour partager les bonnes techniques de bouturage.
-Besoin en eau et lumière : le consommateur désire savoir quelle plante mettre selon la pièce de son logement (selon la quantité de lumière), quelle quantité de fertilisant, d’eau, quelle température et quel niveau d’humidité dans la pièce.
-Pot : les résultats montrent une très grande préférence pour les pots en terre. Par ailleurs, la capacité de drainage, quel que soit le type de pot, est recherchée. L’usage du double pot (un pour entretenir la plante et l’autre pour décorer) est souvent mentionné, en particulier chez les Millennials voulant apporter un style (chic, rustique, industriel, minimaliste…) à leur espace végétalisé.

Source : GrowIt! Insights, 2020 Houseplant Report (Sponsored by Tropical Plant International Expo 2020).

 

Consommation

15 Novembre 2019

SENSIBILITE DES CONSOMMATEURS A LA PRODUCTION LOCALE

SENSIBILITE DES CONSOMMATEURS A LA PRODUCTION LOCALE

Aujourd’hui, en plus d’une préférence pour le Made in France, les consommateurs semblent vouloir davantage de proximité en affichant leur préférence pour les produits locaux.


D'après une étude YouGov / GreenFlex, 36% des Français achètent directement au producteur et 20% se tournent vers des réseaux spécialisés (magasins bio, AMAP...). L’institut YouGov a réalisé une étude du profil des Français préférant acheter leurs produits auprès d’entreprises locales. L’analyse sociodémographique montre que les femmes de plus de 55 ans sont davantage représentées. 36% des acheteurs habitent en zone rurale (les ruraux représentent 31% de la population française). L’étude révèle également que les acheteurs de produits locaux sont par ailleurs plus méfiants à l’égard des médias : 41% ont tendance à prendre les informations qu’ils lisent dans les journaux avec prudence, contre 24% de la population française.

En 2017, la vente de végétaux d’ornement des producteurs directement aux particuliers représente le premier circuit de distribution avec 26% du chiffre d’affaires. Si ce poids a diminué entre 2015 et 2017, il n’a cependant cessé de progresser entre 2005 et 2015. 1900 entreprises de production horticole ou pépinières (soit 58% de l’ensemble des entreprises de production) vendent la majeure partie de leur production (au moins 60%) directement aux particuliers.
Côté consommateurs, 15% des foyers français ont acheté au moins un végétal d’ornement chez le producteur en 2018.

Sources : Observatoire des données structurelles des entreprises de production de l’horticulture et de la pépinière ornementale, FranceAgriMer, décembre 2018.
Du « consommer » au « vivre autrement »,YouGov, 22 octobre 2019. Consommateurs de produits locaux : qui sont-ils ?,YouGov, 30 octobre 2019.
Panel consommateurs Kantar pour VAL’HOR et FranceAgriMer, données 2018.

 

Communication

22 Novembre 2019

REPENSER LA COMMUNICATION VERS LES BOOMERS

REPENSER LA COMMUNICATION VERS LES BOOMERS

Lors d’une conférence Logic Design et l’ADN intitulée «#Livelonger – Réinventer la manière dont les marques s’adressent aux boomers», Kim Hartmann (Logic Design), Jérôme Rivière (Meetic) et Julien Fère (Oui.sncf) ont partagé leur regard sur cette génération, loin des clichés de plus en plus en décalage avec la réalité.


Aujourd’hui, la génération des Baby Boomers représente près d’1/3 de la population française. Pour parler des 60 ans et plus, on emploie souvent le terme «senior». Un concept qui aujourd’hui, d’après Kim Hartmann, est à la fois péjoratif, dépassé et peu adapté à la multitude de profils des Boomers. Au-delà de l’importance, pour capter ces consommateurs, d’éviter le mot senior dans la communication, dont la signification varie beaucoup d’un secteur à l’autre («dans le sport, nous sommes seniors dès 23 ans», indique Kim Hartmann), il convient aussi d’éviter les représentations stéréotypées d’apparence classique («exit la tribu de petits enfants accrochés aux grands-parents») ou moderne («exit le groupe de retraités fun aux lunettes colorées»).
Il convient aussi de sortir des clichés concernant l’usage d’internet, sachant que les seniors sont également présents sur les réseaux sociaux et ont leurs propres influenceurs (tels que Shauna Robertson aux Etats-Unis et Sophie Fontanel en France).

Comprendre le profil des seniors est essentiel : le statut (1/3 des célibataires ont plus de 50 ans) mais aussi les différents changements associés au passage de la retraite. A cet égard, la retraite est perçue comme un moment de bonheur. Cette nouvelle étape de vie est une phase de redécouverte de soi avec un besoin de réappropriation de l’espace, de sa vie et de rester ancré dans la société. Pour répondre à ces attentes, il faut donc adapter le discours, les usages et donner des résultats concrets.

Source : Vincent THOBEL, Qui sont les boomers, cette génération incomprise?, L’ADN, 10/10/2019.

 


Imprimer la newsletter