Banniere En Quête de Vert

5 octobre 2017

Entreprises

05 Octobre 2017

UN RAPPORT POUR SOUTENIR LE DEVELOPPEMENT DE LA FILIERE

Dans le cadre d’une réflexion globale sur l...

UN RAPPORT POUR SOUTENIR LE DEVELOPPEMENT DE LA FILIERE

Dans le cadre d’une réflexion globale sur l’horticulture, la fleuristerie et le paysage, VAL’HOR a fait appel au cabinet Asterès pour la réalisation d’une analyse économique de la filière du végétal d’ornement. L’ambition de ce travail est d’être opérationnel pour l’ensemble des acteurs concernés. Un diagnostic a été établi à partir de nombreuses références chiffrées.

Télécharger l’infographie des chiffres de la filière & des recommandations Asterès

Le Cabinet propose à la Filière de se fixer des objectifs pour dynamiser la demande, redresser la compétitivité des entreprises de production et optimiser le fonctionnement de la filière.
Pour créer et entretenir une dynamique interprofessionnelle visant à défendre les intérêts des entreprises et à pérenniser leur activité, Asterès propose une dizaine d’axes stratégiques qui concernent un grand nombre d’acteurs de la filière : entreprises, consommateurs, collectivités et associations, startups innovantes, législateur ou encore écoles.

Cette étude a été présentée lors de l’Assemblée Générale de VAL’HOR le 4 octobre à la faveur d’une conférence de l’économiste Nicolas BOUZOU. Le rapport complet, qui tiendra compte des débats qui se sont tenus durant cet événement, sera disponible prochainement.

Sources : Asterès / VAL'HOR
Crédit photo : VAL'HOR

 

Développement durable

28 Septembre 2017

DES VILLES VERTES QUI METTENT LE VEGETAL AU SERVICE DE LA SANTE DES HABITANTS

Les résultats de la cinquième...

DES VILLES VERTES QUI METTENT LE VEGETAL AU SERVICE DE LA SANTE DES HABITANTS

Les résultats de la cinquième vague de l'Observatoire Unep-Hortis des Villes Vertes, orientée autour de la loi Labbé et du lien entre jardin et santé, ont été dévoilés il y a quelques jours.

Ils font avant tout état d'une anticipation de l'interdiction des produits phytosanitaires par une très grande majorité des villes vertes interrogées (9 sur 10) et ce, malgré les freins. Ces derniers sont aussi bien techniques (7 villes sur 10 ont rencontré des difficultés dans la mise en place de techniques d'entretien alternatives), que socio-culturels (dans 7 villes 10 également, la population n'est pas favorable aux changements d'aspect de leurs espaces verts induits par cette transition) et économiques (près d'une ville sur deux déclare avoir dû faire face à des contraintes économiques).

Des efforts qui se traduisent par des initiatives qui vont au-delà du respect de la réglementation : la moitié des villes vertes interrogées incite les particuliers à limiter le recours de produits phytopharmaceutiques et 1 sur 3 incitent les entreprises à limiter l'utilisation de produits phytopharmaceutiques. En revanche, seule 1 ville sur 10 impose aux gestionnaires d'établissement recevant du public un cahier des charges "zéro-phyto".
Les villes vertes ont compris l'intérêt de la multifonctionnalité des espaces verts, puisque 8 sur 10 ont installé des parcours sportifs dans leurs espaces verts afin de favoriser la mobilité et l'activité physique.
Cependant, le rôle du végétal dans l'amélioration de la qualité de l'air n'est pas encore assez pris en compte puisque pour seulement 1 ville sur 3, la création de nouveaux espaces verts s'inscrit dans une réflexion globale sur la qualité de l'air en ville.
Les risques d'allergie sont relativement bien pris en considération : 7 villes sur 10 ont mené une étude sur le potentiel allergène des plantations de leurs jardins.
Enfin, les jardins thérapeutiques en plein essor en France mais encore peu connus, concernent 4 villes vertes interrogées sur 10 qui ont installé ou prévoit d'en installer un en 2017 à proximité des centres de soins.

Etude menée en juin 2017 auprès de 23 villes parmi les plus vertes de France.

Source : Jardins et santé : vers des villes saines ?, Observatoire des villes vertes par l'Unep - Les entreprises du paysage et Hortis - vague juin 2017.

Crédit photo : VAL'HOR

 

Consommation

03 Octobre 2017

1 MENAGE SUR 5 ACHETE DES VEGETAUX A L’OCCASION DE LA TOUSSAINTD’après les estimations du panel...

1 MENAGE SUR 5 ACHETE DES VEGETAUX A L’OCCASION DE LA TOUSSAINT

D’après le panel consommateurs Kantar TNS pour VAL’HOR et FranceAgriMer, 5,3 millions de ménages français réalisent au moins un achat en végétaux à l’occasion de la Toussaint, ce qui correspond à 19 % des foyers. Chaque ménage effectue en moyenne 3 achats pour un budget de 23,40 €. Au final, le marché des végétaux pour la Toussaint est estimé à 128 millions d’euros.

La grande distribution représente le premier circuit avec 25 % des dépenses. Le fleuriste qui représente 20 % des sommes dépensées a perdu 3 points de part de marché en 2016 par rapport à 2015 tandis que le producteur qui représente également 20 % des sommes dépensées a en revanche gagné 3 points. La jardinerie spécialisée et les coopératives / Lisas représentent respectivement 14 % et 7 % des dépenses.

Source : Achats de fleurs ou plantes à l'occasion de la Toussaint - Bilan 2016, Fiche Kantar TNS pour VAL’HOR et FranceAgriMer, octobre 2017.

 

Consommation

03 Octobre 2017

MOINS D’ACHATS DE VEGETAUX PAR LES MENAGES AU 1ER SEMESTRE 2017Malgré une conjoncture économique plus favorable...

MOINS D’ACHATS DE VEGETAUX PAR LES MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 2017

Malgré une conjoncture économique plus favorable, les résultats du panel consommateurs du premier semestre 2017 montrent un recul des achats des ménages en végétaux par rapport au premier semestre 2016.

La consommation de végétaux d’intérieur (plantes en pot d’intérieur, fleurs coupées - hors cimetière/obsèques) a diminué de 12 % en valeur et de 11 % en volume au premier semestre 2017 par rapport au premier semestre 2016. Celle des végétaux d’extérieur (arbres, plantes, graines… - hors cimetière/obsèques) a augmenté de 1,5 % en valeur mais baissé de 10 % en volume. La consommation en végétaux pour le cimetière et les obsèques diminue de 12 % en valeur et de 5 % en volume durant la même période. La consommation de graines et plantes potagères, de plantes aromatiques et condimentaires recule de 1 % en valeur et de 7 % en volume.

Les dépenses de végétaux d’ornement des ménages à l’occasion de la Saint Valentin 2017 ont augmenté de 11 %. Les fleuristes ont cependant perdu en part de marché (3 points en sommes dépensées) entre ces deux années au profit de la grande distribution.

« La fête des mères a, quant à elle, coïncidé avec le weekend de l’ascension, contexte plutôt défavorable aux achats de végétaux », indique FranceAgriMer. Au final, les dépenses à cette occasion diminuent de 22,5 % par rapport à 2016.

Source : Horticulture - Note de conjoncture, FranceAgriMer, Septembre 2017.

 

Entreprises

02 Octobre 2017

UN CONCOURS RÉCOMPENSANT LES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

Le pôle de compétitivité VEGEPOLYS organise...

UN CONCOURS RÉCOMPENSANT LES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

Le pôle de compétitivité VEGEPOLYS organise un concours pour valoriser les meilleures initiatives de jeunes entreprises innovantes nationales, existantes (depuis moins de 3 ans) ou en cours de création, sur 2 thématiques:
- l'agriculture numérique : produits ou services utilisant les nouvelles technologies au service d'une production végétale plus performante et plus respectueuse de l'environnement
- l'agriculture urbaine : produits ou services pour la production de végétaux alimentaires en ville

Les dossiers de candidature doivent être déposés entre le 25 septembre et le 25 novembre 2017.

Source : Végépolys
Crédit photo : Végépolys

 


Imprimer la newsletter