EN QUÊTE DE VERT

Informations socioéconomiques des professionnels du végétal

Banniere En Quête de Vert

7 mars 2019

Communication

01 Mars 2019

OUVERTURE DES INSCRIPTIONS A LA SEMAINE DES FLEURS POUR LES ABEILLES

OUVERTURE DES INSCRIPTIONS A LA SEMAINE DES FLEURS POUR LES ABEILLES

Que ce soit à travers leurs achats, le recyclage, le partage ou encore le troc, les citoyens sont aujourd’hui très sensibles à l’influence de leurs comportements sur l’environnement. Ils veulent réduire leur impact négatif sur l’écologie, et cherchent aussi à soutenir des démarches vertueuses par l’achat de produits issus d’entreprises engagées. Les consommateurs sont conscients de leur pouvoir d’action et sont sensibles aux entreprises qui en s’engageant, les aident à devenir des acteurs de développement durable.
C’est dans cet esprit que la semaine des fleurs pour les abeilles, lancée par VAL’HOR en partenariat avec l’Observatoire Français d’Apidologie, vise à sensibiliser les citoyens à la sauvegarde des abeilles et à leur permettre d’agir à leur niveau, en proposant dans les points de vente, une offre en plantes attractives pour les pollinisateurs, à planter et à semer dans leurs jardins et à disposer sur leurs balcons et terrasses.

La prochaine édition se tiendra du 14 au 23 juin 2019.
Pour participer à cette démarche de sensibilisation, les professionnels du végétal sont invités jusqu’au 26 avril 2019 à s’inscrire sur le site de VAL’HOR pour recevoir le kit de communication "Semaine des fleurs pour les abeilles". Toujours dans le cadre du partenariat avec l’Observatoire d’Apidologie, des sachets de graines pour "des milliards de fleurs pour les abeilles" peuvent être commandés en ligne. Sur le site flowersforbees.com figurent les entreprises participant à l’opération afin d’aider les consommateurs à se procurer des plantes mellifères.
Une liste des plantes attractives pour les pollinisateurs est disponible sur le site de VAL’HOR et sur l’application www.floriscope.io.

Source : communiqué de presse VAL’HOR du 1er mars 2019.

 

Entreprises

05 Mars 2019

DES OFFRES POUR CREER DES MOMENTS DE CONVIVIALITE

DES OFFRES POUR CREER DES MOMENTS DE CONVIVIALITE

Les ménages composés d’une seule personne représentent 24% du marché des particuliers en végétaux d’extérieur (y compris pour le potager). Ceux composés de deux personnes 43% et ceux composés de 3 personnes et plus 1/3 du marché. En outre, les foyers avec enfants représentent 21% du marché des végétaux d’extérieur.
Certains achats sont généralement effectués individuellement (vêtements, cosmétiques) tandis que d’autres sont effectués en famille ou entre amis (équipements pour la maison, loisirs).
Des offres ont vu le jour pour s’adapter à ces deux types de format, proposer des solutions économiques et répondre aux évolutions sociétales : création d’offres touristiques en solo, covoiturage... Parallèlement, d'autres offres se développent pour répondre à ce désir de convivialité des consommateurs avec les gammes à partager dans les restaurants et dans le non-alimentaire avec des collections de vêtements parents-enfants pour développer la complicité au sein de la famille.
Alors qu’à l’approche du printemps, le jardinage est l’occasion d’activités en famille et d'échanges intergénérationnels et que des kits avec outils de jardinage pour enfants existent, n’y aurait-il pas des opportunités pour développer une offre en végétaux qui permette d’entretenir régulièrement une activité de jardinage à l’extérieur ou à l’intérieur, en couple, entre amis ou entre parents et enfants ? Une offre qui répondrait aussi à une recherche de personnalisation (selon l'âge et le nombre des personnes) ?

Les études montrent que s’occuper des végétaux a des effets positifs répondant aux besoins de chaque génération (réduction de l’hyperactivité des enfants, réduction du stress chez l’adulte et maintien d’une activité physique chez les personnes âgées).
Il s’agirait alors de créer une offre produits pour répondre à / ou développer de "nouveaux moments de consommation".

Sources : Panel consommateurs Kantar TNS pour VAL’HOR et FranceAgriMer, données 2017.
Alice HUOT, Sobriété, recherche de qualité, convivialité : les tendances 2018 de la consommation, l’ADN, mars 2018.
Hôtellerie - restauration, Les gammes à partager ouvrent à de nouveaux moments de consommation, 09/01/2019.

 

International

25 Février 2019

LES IMPORTATIONS 14 FOIS SUPERIEURES AUX EXPORTATIONS

LES IMPORTATIONS 14 FOIS SUPERIEURES AUX EXPORTATIONS

Le déficit du commerce extérieur en arbres, plantes, fleurs et feuillages frais se creuse davantage en 2018 : les exportations sont plus élevées mais les importations, 14 fois supérieures, augmentent aussi.

Avec une demande intérieure qui semble plus favorable en 2018 (voir la note de conjoncture de février publiée par FranceAgriMer) les importations augmentent de 2% entre 2017 et 2018 pour atteindre 956 millions d’euros.
Près d’1/3 de ces flux en valeur sont des fleurs coupées. La rose, espèce la plus achetée par les consommateurs français (plus d’1/5ème de l’ensemble des dépenses en arbres, plantes et fleurs), représente 14% de l’ensemble des importations de végétaux d’ornement frais. Avec le développement de flux directs des pays producteurs de fleurs coupées vers les pays clients, on observe une augmentation progressive du poids, bien qu’encore faible, des importations de roses provenant directement du Kenya (3,9% en 2016, 5,8% en 2017 et 6,0% en 2018) et de l’Equateur (2,5% en 2016, 2,6% en 2017 et 3,3% en 2018).
La tendance actuelle des plantes vertes touche plusieurs pays dont la France et les importations qui avaient augmenté de 2% entre 2016 et 2017 croissent de 10% entre 2017 et 2018.

Les exportations de fleurs, plantes, feuillages frais augmentent de 15% entre 2017 et 2018 pour s’élever à 69 millions d’euros.
Cette progression doit être relativisée dans la mesure où elle ne reflète pas une tendance générale mais concerne un nombre limité de produits et de pays clients.
En effet, les exportations de la ligne 06029050 de la nomenclature NC8 - Plantes de plein air (...) vers l’Algérie ont augmenté de 87% entre 2017 et 2018, ce qui représente une différence de plus de 2 millions d’euros. Par ailleurs, les exportations de la ligne 06029045 - Boutures racinées et jeunes plants, d'arbres, arbustes et arbrisseaux de plein air (...) vers les Pays-Bas et le Royaume-Uni augmentent respectivement de 29% et de 28% soit +400 000 € et +360 000 € d’exportations supplémentaires.

Enfin, le déficit commercial total en arbres, plantes, fleurs et feuillages frais augmente de 1% entre 2017 et 2018 pour s’établir à 886 millions d’euros.

Une publication détaillée des statistiques du commerce extérieur des fleurs et plantes en 2018 réalisée par FranceAgriMer sera disponible prochainement.

Sources : Note de conjoncture – février 2019, FranceAgriMer.
Panel consommateurs Kantar TNS pour VAL’HOR et FranceAgriMer.
Statistiques du commerce extérieur , Direction Générale des Douanes.

 

Consommation

01 Mars 2019

LE BIO, UN INTERET CROISSANT MAIS UNE CONFIANCE A RENFORCER

LE BIO, UN INTERET CROISSANT MAIS UNE CONFIANCE A RENFORCER

La dernière édition du Baromètre sur les Français et le bio de l’Agence BIO/Spirit Insight confirme l’engagement de plus en plus fort des consommateurs pour les produits issus de l’agriculture biologique.

Le logo AB est aujourd’hui connu par quasiment tous les Français (97%). 71% des consommateurs achètent des produits bio au moins une fois par mois et 12% tous les jours. Dans le détail, les résultats montrent que 44% achètent des produits de jardinage utilisables en agriculture biologique.
Les consommateurs achètent des produits biologiques principalement pour préserver leur santé (69%), pour la qualité / le goût des produits (58%) et préserver l’environnement (56%). 
Les consommateurs trouvent toutefois que les produits bio sont trop chers (84%), ils doutent que les produits soient totalement bio (62%) et certains n’ont pas le réflexe d’en acheter (37%) ; ces aspects constituent les principaux freins à l’achat de produits issus de l’agriculture biologique. En lien avec la confiance mitigée des consommateurs à l’égard du bio (6,1 / 10), 63% des Français déclarent ne pas avoir assez d’informations sur la réglementation de l’agriculture biologique et le contrôle de ses produits, et 51% sur l’origine des produits.
Le bio peut véritablement constituer un levier d’achat pour la génération Z. Celle-ci est plus attachée à la consommation du bio pour des raisons éthiques et sociales et 47% des 18-24 ans considèrent normal de payer plus cher un produit alimentaire bio qu’un produit qui ne l’est pas (contre 34% de l'ensemble des Français interrogés). Une attitude qui se traduit dans les comportements d’achat : 27% des 18-24 ans sont consommateurs depuis moins d’un an et 27%  également envisagent d’augmenter leur consommation de produits bio dans les 6 prochains mois.

Depuis quelques années, le bio se développe également dans la filière du végétal, notamment dans les plantes aromatiques et plants potagers. Une tendance qui répond à la demande avec 21% des Français qui envisagent d’acheter plus de produits issus de l’agriculture biologique dans les 6 prochains mois.

Source : Baromètre de consommation et de perception des produits biologiques en France, Agence BIO/Spirit Insight, février 2019. La Lettre du Végétal N° 1113 du 27/02/2019.

 


Imprimer la newsletter