EN QUÊTE DE VERT

Informations socioéconomiques des professionnels du végétal

Banniere En Quête de Vert

8 octobre 2020 - N°225

Entreprises

06 Octobre 2020

L’ACTIVITE DES ENTREPRISES DU PAYSAGE TOUCHEE PAR LA CRISE DU CORONAVIRUS

L’ACTIVITE DES ENTREPRISES DU PAYSAGE TOUCHEE PAR LA CRISE DU CORONAVIRUS

Les résultats du premier semestre du Baromètre d’activité des entreprises du paysage réalisé par I+C pour VAL’HOR et l’Unep montrent une forte réduction d’activité au premier semestre 2020 liée à la crise sanitaire.


Reposant sur un échantillon de 350 entreprises, les derniers résultats du baromètre d’activité semestriel des entrepreneurs du paysage I+C pour VAL’HOR et l’Unep révèlent une réduction de 6% de l’activité des entreprises au premier semestre 2020 par rapport au premier semestre 2019 après une hausse de 5,5% au second semestre 2019 (par rapport au second semestre 2018). Les prestations de créations de jardins et d’espaces verts ont davantage souffert avec -7,5% contre -4,5% pour les prestations d’entretien. Du côté de la clientèle, la crise ayant affecté le secteur privé mais aussi public avec les élections municipales, l’activité affiche un fort recul sur le marché des entreprises privées (-8%) et sur les marchés publics (-6%).
De ce fait, le nombre de devis et le taux de transformation des devis diminuent au premier semestre 2020.
Côté emplois, si le taux d’embauche diminue fortement au premier semestre 2020, la différence entre ce taux et le taux de départ reste positive.

Les entreprises du paysage anticipent un tassement au second semestre 2020 avec une activité à -2% par rapport au second semestre 2019 mais les perspectives restent très floues en raison de l’incertitude qui pèse sur l’évolution de la pandémie. Au final, le risque d’une nouvelle vague et la crise sanitaire avec ses conséquences économiques deviennent les deux plus grandes préoccupations des chefs d’entreprise.

Source : Baromètre semestriel des entreprises du paysage par I+C pour VAL’HOR et l’Unep, 1er semestre 2020.

 

Développement durable

02 Octobre 2020

SITE OBJECTIF PAYSAGES POUR PROMOUVOIR LES DEMARCHES PAYSAGERES

SITE OBJECTIF PAYSAGES POUR PROMOUVOIR LES DEMARCHES PAYSAGERES

Afin de mieux faire connaître les démarches paysagères, le Ministère de la Transition écologique lance le site Internet Objectif paysages.


Si les bienfaits du paysage sont de plus en plus reconnus et la société davantage sensible à la préservation des espaces, les modalités de mise en œuvre de la politique des paysages sont encore mal connues des territoires. Souhaitant réaffirmer son implication en matière de politique de paysages, le Ministère de la Transition Ecologique a mis en ligne il y a quelques jours le site Objectif paysages.

Ce site a pour ambition d’être un véritable centre de ressources et de mise en réseau pour mieux connaître la démarche paysagère et ses outils (Club Plans de paysage, Guide AMF – VAL’HOR «Pour une commande publique raisonnée en aménagement paysager», aide au financement…) et en savoir davantage sur les professionnels qui accompagnent les collectivités dans la mise en œuvre de politiques du paysage ambitieuses.
Concrètement, le site comprend une présentation des démarches paysagères, des paysagistes concepteurs, une carte interactive, ou encore les grands rendez-vous du paysage.

Source : Lancement du site Objectif paysages, Ministère de la Transition écologique, 18/09/2020.

 

Consommation

01 Octobre 2020

CLASSEMENT REGIONAL DE LA CONSOMMATION DE VEGETAUX EN 2019

CLASSEMENT REGIONAL DE LA CONSOMMATION DE VEGETAUX EN 2019

Les foyers français consacrent un budget annuel plus élevé en végétaux en Bourgogne-Franche-Comté, en Auvergne-Rhône-Alpes et en Normandie avec toutefois des disparités selon les marchés de végétaux d’intérieur, d’extérieur, pour le potager et le cimetière.


Le panel consommateurs en végétaux conduit par Kantar pour VAL’HOR et FranceAgriMer permet à l’échelle régionale de connaître la proportion de foyers ayant effectué au moins un achat en végétaux dans l’année, leur budget moyen en valeur et en volume.

Les résultats montrent que pour le marché des végétaux au global (végétaux d’intérieur, d’extérieur, pour le potager, le cimetière et les obsèques), l’Ile-de-France représente 18% des foyers acheteurs et 17% des dépenses totales effectuées en 2019. Cependant, elle ne figure qu’en 8ème place en termes de budget moyen par foyer acheteur et en dernière place au niveau des quantités annuelles achetées. La Bourgogne-Franche-Comté, l’Auvergne-Rhône-Alpes et la Normandie se placent dans le top 3 du budget annuel moyen par foyer acheteur avec respectivement 124€, 123€ et 122€ dépensés en arbres, plants, plantes ou fleurs. La moyenne française s’élève à 113 €.

L’Ile-de-France qui représente 1/5ème de la population française, représente aussi 1/5ème des foyers acheteurs de végétaux d’intérieur et 1/5ème de la consommation annuelle française en fleurs et plantes d’intérieur aussi bien en valeur et qu’en volume.

L’Auvergne-Rhône-Alpes et la Nouvelle Aquitaine sont bien situées sur le marché des végétaux pour l’extérieur (hors potager et cimetière) : l’Auvergne-Rhône-Alpes représente 12% des foyers acheteurs de végétaux d’extérieur en France avec un budget annuel moyen de 60€ contre 53€ pour l’ensemble de la France. En Nouvelle Aquitaine, les foyers dépensent aussi en moyenne 60€ mais avec des acheteurs proportionnellement moins nombreux : 10% des foyers acheteurs à l’échelle nationale.

Les projections de la population par région établies par l’INSEE montrent que ce sont dans les régions Pays de la Loire, Auvergne-Rhône-Alpes mais aussi Bretagne et Occitanie que la population devrait le plus augmenter durant les 30 prochaines années.

La Corse est dotée d’une part importante d'habitants de 60 ans et plus qui devrait croître d’ici 2050. Par ailleurs, si la Bourgogne-Franche-Comté, la Nouvelle-Aquitaine, la région PACA ont 30 à 31% de leurs habitants âgés de 60 ans et plus contre 27% pour l’ensemble de la France, ce sont dans les régions Pays de la Loire, Ile-de-France, Bretagne que le nombre de personnes âgées de 60 ans et plus devrait augmenter le plus d’ici 2050. Des évolutions à prendre en considération sachant qu’au niveau national, les 65 ans ou plus représentent actuellement 32% des individus acheteurs de végétaux et 40% du marché en valeur.
Synthèse sur les achats des foyers français en végétaux par région en 2019

Sources : Les achats de végétaux, arbres, plantes et fleurs des Français en 2019, panel consommateurs Kantar pour VAL’HOR et FranceAgriMer, Avril 2020.
Achats des foyers français en végétaux par région en 2019, VAL’HOR, octobre 2020.
INSEE

 

Consommation

02 Octobre 2020

RECHERCHE D’ECONOMIES ET NOUVEAUX ENJEUX DE CONSOMMATION

RECHERCHE D’ECONOMIES ET NOUVEAUX ENJEUX DE CONSOMMATION

Dans ce contexte de poursuite de la crise sanitaire, les Français s’orientent vers une diminution de leurs dépenses. Toutefois, les nouveaux comportements et l’accélération de certaines tendances de consommation peuvent constituer de précieux leviers à l’achat.


Alors qu’il semblerait que les consommateurs se dirigent vers un bon niveau de dépenses pour les fêtes de fin d’année (voir En Quête de Vert du 10 septembre), en dehors de cette période, les Français continuent d’être prudents et risquent de le rester dans les mois à venir. C’est ce qui ressort du Consumer Index, étude internationale réalisée par YE Future.
Les résultats de l’étude portant sur la France (plus de 1000 personnes interrogées) annoncent, davantage que dans les autres pays, une baisse durable de la consommation. 58% des Français envisagent d'être beaucoup plus attentifs à leurs dépenses générales et 54% vont chercher à économiser davantage. Le mode de consommation change également : 56% des Français interrogés déclarent se rendre moins souvent dans les magasins et 47% comptent diminuer la fréquence de leurs courses.

Des conclusions qui rejoignent celles de l’étude internationale PwC "Global Consumer Insights Survey 2020". A la question «suite à la situation liée au Covid-19, comment envisagez-vous l’évolution des dépenses de votre foyer dans les mois à venir ?», 61% des Français interrogés répondent «une diminution» ou «une stagnation».
L’étude PwC présente plusieurs enjeux qui deviennent prioritaires avec la crise sanitaire et les actions à mener pour trouver des leviers à l’achat :
Insight 1 : Davantage de volatilité du marché et de sensibilité au prix.
Exemple d’action à mener : comprendre ce que le consommateur valorise vraiment, pour lui proposer des produits et services de référence disponibles à tout moment.
Insight 2 : L’expérience client doit reposer sur la sécurité et l’accessibilité.
Exemple d’action à mener : développer l’expérience client à distance.
Insight 3 : La présence digitale devra être forte et diversifiée.
Exemples d’action à mener : décider de la façon d’offrir une expérience client unique à ceux qui sont moins sensibles au digital (par choix ou pour d’autres raisons), concevoir une nouvelle stratégie pour répondre aux opportunités et défis liés à la popularité croissante du commerce alimentaire en ligne.
Insight 4 : Les consommateurs seront durablement fidèles aux entreprises qui font de la préoccupation à l’égard des autres ou de la planète, du bien-être et de l’innovation des priorités. La Covid-19 a renforcé la place de la santé dans les préoccupations des individus : santé mentale et bien-être, habitudes alimentaires, besoins en médicaments.
Exemple d’actions à mener : contribuer au bien-être du consommateur à travers l’offre de produits et services, développer de nouveaux produits et services écoresponsables, favoriser la transparence.

Au final, bien que le contexte de consommation soit tendu, les nouvelles attentes des consommateurs représentent des opportunités de marché. Des vidéos d’ateliers floraux / de jardinage / de conseils sur l’entretien des fleurs et plantes en ligne, des groupes sur les réseaux sociaux de nouveaux jardiniers amateurs, une gamme de végétaux locaux ou encore une valorisation des bienfaits du jardinage et des espaces végétalisés sur la santé sont quelques exemples d’actions auxquelles le consommateur post-covid pourrait être particulièrement sensible.

Sources : Hervé DEWINTRE, Touchés par la crise, les Français s’orientent vers une baisse durable de leur consommation, Fashion United, 11/09/2020.
The Consumer transformed – Global Consumer Insights Survey 2020, PwC, août 2020.

 


Imprimer la newsletter