Banniere En Quête de Vert

Rechercher votre information En Quête de Vert !

Par thématique :

Par date d'En Quête de vert :

Développement durable

24 Octobre 2019

OBSERVATOIRE DE LA BIODIVERSITE VEGETALE EN VILLE

OBSERVATOIRE DE LA BIODIVERSITE VEGETALE EN VILLE

L’association Pacte pour le Jardin, VAL’HOR, le GNIS, CDC Biodiversité, Ecocert Environnement et Villes de France publient les résultats 2019 de l’Observatoire de la biodiversité végétale en ville. Cette seconde vague d’enquête permet de mieux connaître dans quelle mesure les villes se sont adaptées à l’application de la loi sur le 0 phyto et favorisent la biodiversité.


Créé en 2015, l’Observatoire de la biodiversité végétale en ville vise à mieux identifier la situation et les pratiques en matière de biodiversité végétale dans les communes de plus de 10 000 habitants et les Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI). 122 collectivités et EPCI ont répondu à l’enquête 2019 menée en partenariat avec L’association Pacte pour le Jardin, VAL’HOR, le GNIS, CDC Biodiversité, Ecocert Environnement et Villes de France.

En premier lieu, les résultats indiquent que beaucoup de villes ont anticipé le passage à l’application de la loi Labbé (2017) : pour 44% d’entre elles, la nouvelle règlementation n’a pas constitué un changement radical car les méthodes étaient déjà conformes. Dans 39% des cas, l’application de la loi a représenté un changement, bien que les villes concernées aient déjà initié une politique pour s’y préparer avant 2017. Pour 17% des répondants, le changement a été radical.
Les méthodes alternatives au désherbage les plus utilisées sont le paillage, le désherbage mécanique, un choix adapté de végétaux et l’utilisation de produits de biocontrôle. Pour lutter contre les parasites, les villes privilégient des espèces en particulier, acceptent un certain taux d’attaque ou effectuent de la lutte biologique. Au final, les 4 grands critères de choix des végétaux sont: le faible besoin en entretien / désherbage, les qualités esthétiques, les qualités paysagères / historiques et la tolérance à la sécheresse.
6 villes/EPCI sur 10 ayant répondu à l’enquête ont défini une politique en matière de biodiversité végétale et ce, sous diverses formes possibles (délibération en conseil municipal, charte, liste d’engagements, Agenda 21…). Pour valoriser leurs engagements en matière de biodiversité, les villes/EPCI mettent en avant de nombreux labels et signes de distinction : refuge LPO, jardin remarquable, capitale française de la biodiversité, Ecojardin, Terre saine…

La promotion de la biodiversité dans les espaces privés est sans doute un des enjeux à venir dans un contexte de sensibilité croissante du grand public aux problématiques environnementales. A cet égard : 14% des villes/EPCI déclarent prendre des mesures pour interdire certaines essences (notamment les plantes exotiques dites «allergènes») dans les espaces privés et 39% prennent des dispositions pour orienter les choix de gamme végétale chez les particuliers, principalement en préconisant des espèces locales et adaptées aux conditions pédoclimatiques.

Source : Pacte pour le Jardin, VAL’HOR, GNIS, CDC Biodiversité, Ecocert Environnement et Villes de France, Observatoire de la biodiversité végétale en ville – Pacte pour le jardin 2019, octobre 2019.
Crédit photo : VAL'HOR

 

Communication

24 Octobre 2019

LE VEGETAL S’INSTALLE DANS LES HOTELS

LE VEGETAL S’INSTALLE DANS LES HOTELS

Que ce soit de façon éphémère ou durable, le design biophilique (conception en phase avec la nature), de plus en plus présent en entreprise, se développe aussi dans le secteur de l’hôtellerie pour franchir une nouvelle étape dans la recherche de bien-être et l’expérience client.


Au Royaume-Uni, à l’occasion de la campagne de communication de l’Office Hollandais des Fleurs « Merci les plantes », plusieurs suites de l’hôtel Leman Locke de Londres ont été végétalisées. Une démarche qui permet de sensibiliser le grand public aux différents bienfaits du végétal à travers des chambres thématiques : la « Productivity Suite » met en avant la productivité et la créativité que favorisent les plantes, tandis que la « Romance Suite » donne une touche esthétique agréable, et la « Tranquility Suite » souligne le calme associé à la présence de nature dans le quotidien.
La recherche de bien-être prend désormais une nouvelle dimension dans les hôtels qui intègrent de plus en plus la biophilie dans l’aménagement des chambres (Westin), avec des projets allant de l’utilisation de matériaux naturels à de véritables « hôtels jungles » (ParkRoyal à Singapour) où la présence de végétal ne se limite plus aux espaces extérieurs.
A Chicago, l’hôtel Kimpton Gray s’est associé au Garfield Park Conservatory (serre tropicale) pour créer de façon éphémère des chambres végétalisées selon différents thèmes : fougères, désert…

A l’heure où la communication visuelle est fort présente sur les réseaux sociaux et l’expérience client un atout marketing essentiel, les aménagements végétalisés dans ces lieux inattendus permettent d’attirer l’attention sur des créations originales qui seront ensuite partagées sur Instagram et Pinterest, et d’apporter un nouveau regard sur l’hôtellerie. Au-delà du contact avec la nature et du sentiment d’apaisement qu’il apporte, le végétal sert aussi à aménager de façon originale des espaces de vie, comme le montre l'épisode inédit de Mission : Végétal diffusé le weekend dernier intitulé « Mon coin nuit ».

Sources : Tanner SAUNDERS, This Plant Pop-up Hotel Has Rooms Dedicated to House Plants, Ferns, Cacti, and Palms, Travel + Leisure, September 25, 2019.
www.thejoyofplants.co.uk
Thanks Plants launches London hotel campaign, Floral Daily, 15 Oct 2019. Information reprise dans Union Fleurs Media Review - Week 42/2019.
Laura POWELL, Rethinking Luxury Hotel Design to Connect Guests With Nature, Skift, Oct 15, 2019.

 

Production

24 Octobre 2019

DES VIDEOS DE PRESENTATION DES RESULTATS DES TRAVAUX ASTREDHOR

DES VIDEOS DE PRESENTATION DES RESULTATS DES TRAVAUX ASTREDHOR

Les derniers résultats ASTREDHOR en matière de lutte contre les thrips et de méthodes alternatives en protection des plantes sont présentés sur la chaîne YouTube de l’institut.


Lors du Salon du végétal, ASTREDHOR a organisé plusieurs interventions, dont les vidéos sont désormais en ligne :
- Lutte physique contre le thrips par aspiration : résultats et perspectives
- L'enherbement des surfaces comme alternative au désherbage chimique et manuel (programme de recherche financé par VAL'HOR)
- La lutte biologique sans pesticide grâce à la technique du Push-Pull
- Les méthodes d'évaluation de l'efficacité des biostimulants
- La thigmomorphogenèse et un chariot automatisé de stimulation et de piégeage Ergonomique. Ce chariot servant à mécaniser la mise en œuvre de plusieurs techniques alternatives aux produits phytosanitaires a été nominé au concours des Instituts Techniques ITA’innov 2019 soutenu par VAL’HOR.
Les 4 dernières présentations s’inscrivent dans le cadre de la campagne d'information sur les méthodes alternatives en protection des plantes d'ASTREDHOR soutenue par VAL’HOR. Le guide des méthodes alternatives de protection des plantes est téléchargeable sur le site de l’Interprofession.

Source : ASTREDHOR
Crédit photo : ASTREDHOR

 

Mode de vie

24 Octobre 2019

TENDANCES JARDIN 2020 D’APRES GARDEN MEDIA GROUP

TENDANCES JARDIN 2020 D’APRES GARDEN MEDIA GROUP

Le nouveau rapport sur les tendances jardin 2020, publié par l’agence américaine Garden Media, révèle 8 tendances qui devraient marquer le marché du jardin et plus largement celui de l’horticulture dans les mois à venir. Les principaux enseignements sont repris dans un dossier En Quête de Vert.


Chaque année, l’agence américaine de marketing et de relations presse Garden Media publie le Garden Trends Report. Un rapport sur les tendances observées aux Etats-Unis mais parfois aussi en France.
8 grandes tendances sociétales et de consommation ont été retenues par Garden Media:
-Les villes de demain: celles-ci devront avoir un impact positif sur le bien-être et l’environnement. En outre, les centres récréatifs sont les nouveaux lieux attractifs de la ville.
-Economie circulaire: les infrastructures vertes représentent une opportunité pour créer de nouveaux modèles économiques avec une optimisation des ressources.
-Emplois verts : de nouveaux métiers se développent en lien avec la présence de végétal en ville.
-Sols en danger : le sol représente un des grands enjeux d’écologie et le jardinage doit contribuer à la préservation de sa qualité.
-Le succès des plantes d'intérieur : l'engouement du grand public pour les plantes d’intérieur leur permet de profiter des bienfaits des plantes mais aussi de créer des discussions autour du végétal (réseaux sociaux, ateliers…).
-Le rôle des amphibiens : les grenouilles et crapauds occupent une place importante dans l’écosystème y compris à l’échelle du jardin.
-Le pouvoir des champignons : les champignons ont des qualités reconnues sur la santé humaine mais aussi l’environnement.
-La couleur indigo : cette douce teinte de bleu que l’on retrouve dans l’Hydrangea et la sauge est une couleur tendance que l’on peut retrouver aussi bien dans les espaces intérieurs que dans le jardin.

Source : Seeing 20/20 – Garden Media Trends Report 2020, Garden Media Group, 09/2020.