Paysage et espaces verts

Présomption de contamination des sols : vers une première aide au diagnostic

Porteur : Plante & Cité

Période de réalisation : 2016 – 2018

Publics destinataires : Maîtres d’ouvrages publics et privés, bureaux d’études conseil, établissements de formation.

Contexte : Tant lors de travaux d'aménagement, que pour la gestion et la maintenance d'espaces aménagés, les professionnels des espaces verts témoignent de situations où un doute sur la contamination des sols en place est permis. Bien souvent, ils déclarent se trouver démunis sur la marche à suivre.

Objectifs : Le projet propose d'aboutir à un guide méthodologique et de synthèse pour :

- diffuser et faire comprendre les notions fondamentales sur la contamination des sols,

- informer sur la stratégie nationale, et les organismes ressources et d'accompagnement existants,

- guider les premières étapes de ces professionnels, vers les bons réflexes à avoir, et les amener à partir d'un certain point à se faire accompagner par une expertise extérieure. Ce guide de 30 pages maximum sera disponible en décembre 2018.

  

Crédit Photo : Olivier DAMAS / Plante & Cité

 

Gestion écologique des plantes envahissantes : techniques innovantes et gestion paysagère

Période : 2015-2017

Porteur du projet : Plante & Cité

Objectifs : 

- Identifier et valider scientifiquement l’intérêt des pratiques de gestion mises en oeuvre ou innovantes telles que des pratiques culturales, du biocontrôle, une gestion paysagère …

- Evaluer les techniques sur leur efficacité et les conditions de mises en œuvre (caractéristiques techniques et coûts)

Contexte : Dans le contexte actuel de la réduction des produits phytosanitaires de désherbage, la gestion des plantes à caractère envahissant soulève encore de nombreuses questions de la part des professionnels. Les gestionnaires des zones non agricoles (collectivités territoriales, gestionnaires d’infrastructures de transport, de voies navigables…) rencontrent des difficultés techniques et économiques pour gérer les pressions exercées par ces communautés végétales. Il peut s’agir de plantes exotiques envahissantes comme la renouée ou l’ailanthe mais des difficultés de gestion sur des végétaux tels que le liseron ou le chardon sont également rencontrées par les gestionnaires de parcs et jardins dans le cadre de la gestion différenciée. Face à ces dynamiques végétales, plusieurs stratégies existent : le désherbage, le confinement, l’aménagement (acceptation contrôlée). Les acteurs manquent de données sur l’efficacité qui soient contextualisées. Il existe aussi un fort besoin d’outils de diagnostic pour accompagner les choix techniques des gestionnaires. L’enjeu est de rationaliser les interventions à partir de références testées afin de mieux gérer ces espèces.

Cette étude vise ainsi à mieux accompagner les gestionnaires d’espaces verts dans la mise en place d’une gestion écologique efficace des plantes envahissantes. 

Financeurs du projet : ONEMA (Ecophyto), VAL'HOR, Plante & Cité

Accéder au rapport d'enquête associé

 

Crédit Photo : Jan Samanek, Phytosanitary Administration, Bugwood.org

 

Baromètres et pilotage des espaces verts et de nature en ville

Période de réalisation : projet structurant

Porteur du projet : Plante & Cité

Publics destinataires : Professionnels des espaces verts (privé et public), décideurs publics, enseignement, grand public.

 

Problématique : Les besoins des professionnels en termes de données de référence, d’outils de suivi, de comparaison, de communication et de pilotage sont multiples. Les collectivités et les entreprises, principaux destinataires des Baromètres et des applications qui en découleront, cherchent à se positionner, se comparer, évaluer leurs pratiques, anticiper les coûts de gestion des espaces verts. À un autre niveau, les acteurs de la filière souhaitent mieux connaître le patrimoine vert et naturel des communes françaises et des grands gestionnaires privés ; suivre l’évolution des pratiques phytosanitaires ; comparer des modes de gestion…

 

Méthode : Les Baromètres de Plante & Cité proposent donc le suivi de plusieurs types d’indicateurs :

- Des indicateurs macro-économiques sur le végétal en ville, le paysage et les ZNA, à partir de données publiques et d’informations obtenues auprès d’organismes partenaires (de la France entière jusqu’au territoire communal) ;

- Des indicateurs techniques, économiques et environnementaux sur les références et innovations en matière de gestion et d’entretien des espaces verts et naturels (du territoire communal jusqu’à l’unité de gestion sur site).

 

Crédit Photo : Plante & Cité

Observatoire de l'arbre urbain sur la Cité internationale de Lyon - Sciencil

Dates de réalisation du projet : 2010-2017

Porteur : Plante & Cité

Le programme Sciencil, initié par le Grand Lyon il y a quinze ans, a permis autour du projet d'aménagement de la Cité Internationale de Lyon d'acquérir d'importantes connaissances scientifiques sur la plantation et la conduite d'arbres en ville. De nombreuses avancées techniques d'aujourd'hui en termes de plantations et conduites d'arbres proviennent des résultats de Sciencil. Les données acquises les premières années ont été complétées par de nouvelles caractérisations 15 ans après à partir d'une étude des sols et de diagnostics de reprise sur les parties racinaires et aériennes des arbres.

La recherche-développement a porté sur trois thématiques principales : 
- Les sols reconstitués
- Les transferts hydriques sol/plante pour rationaliser l’arrosage
- Le développement et la croissance des arbres avant et après plantation sur site

Partenaires : • Grand Lyon • ville de Lyon • Hydrasol • Sol Paysage • Pousse Conseil.

Le projet a reçu le soutien financier de l'Interprofession Val'hor

Typologie : • Evaluation de références • Mise au point d'outil d'aide à la décision • Diffusion de connaissances 

Synthèse reprise des arbres - racines et tiges

Sciencil synthèse sols

 Synthèse l'eau et les transferts hydriques

 Principaux enseignements du programme Sciencil

 

Crédit Photo :Plante & Cité

Gestion raisonnée de l’arrosage en espaces verts: état des lieux des pratiques et perspectives d’évolution

Porteur du projet : Plante & Cité

Année de réalisation : 2013

Objectifs : Cette étude vise à répondre aux objectifs suivants: (i) identifier les postes les plus consommateurs d’eau et les stratégies d’économie d’eau mises en œuvre (outil/méthodes de diagnostic et mesure de consommation), (ii) évaluer leur efficacité en termes de pratiques|de matériel|de gestion et de coûts et (iii) identifier des leviers d’actions sur la provenance et la qualité de l’eau utilisée.

Résumé : Plante & Cité a mené en 2013 cette étude sur la gestion raisonnée de l’arrosage en espaces verts afin de pouvoir dresser un état des lieux et un bilan des pratiques actuelles sur le territoire national métropolitain, au travers d’une enquête auprès des gestionnaires des collectivités territoriales. Elle fait suite à une enquête réalisée en 2001 (Hydrasol, Sol Paysage, Hortis) dont la majorité des questions a été reprise afin de pouvoir établir une comparaison et de mettre en évidence l’évolution des pratiques et des modes de gestion de l’arrosage des espaces verts.

Financeur : Val’hor

Compte-rendu de l'étude

Gestion de l’eau du bassin et de l’arrosage des espaces verts du Parc Bordelais

Année de réalisation : 2007

Objectifs : Décrire le contexte, la mise en oeuvre des travaux, les coûts de réalisation et la gestion différenciée de l'irrigation au sein du parc.

Résumé : Le Parc Bordelais est un grand parc de la ville de Bordeaux, créé en 1888. Il présente un grand bassin alimenté par un forage, qui s'est révélé très consommateur d'eau lors de la mise en place d'un suivi des consommations. Des travaux d'étanchéité ont alors été réalisés afin de réduire les consommations d'eau et d'améliorer la gestion de l'irrigation du parc. Ce document décrit le contexte, la mise en oeuvre des travaux, les coûts de réalisation et la gestion différenciée de l'irrigation au sein du parc.

Porteur : Plante & Cité

Financeurs du projet : Val'hor

Rapport de réalisation

Récupération des eaux pluviales au Jardin Botanique de Bordeaux

 Année de réalisation : 2007

Porteur : Plante & Cité

Objectifs : Valoriser l'exemple du Jardin Botanique de Bordeaux en termes de préservation de la ressource en eau.

Résumé : Installation, en 2007, de 11 cuves de récupération des eaux pluviales, avec une capacité globale de stockage de 275 m3 d’eau, ont été installées sur le site du Jardin Botanique afin de réduire la consommation en eau du réseau pour l’arrosage du jardin. La consommation annuelle globale d’eau du Jardin Botanique est de plus de 17 000 m3 d’eau (arrosage des espaces verts, remplissage du bassin, bâtiments et sanitaires). Ayant un rôle éducatif et pédagogique, il semble important qu’une telle structure montre l’exemple en termes de préservation de la ressource en eau.

Financeurs du projet : Val'hor

Compte-rendu de réalisation

Crédit Photo : Plante & Cité

Conception écologique d'un espace public paysager

Publication : 2014

Ce guide s’adresse en premier lieu aux commanditaires, maîtres d’ouvrage publics ou privés.

Il se situe dans le prolongement des réflexions menées dans le cadre du label de gestion écologique EcoJardin. Après la publication du « Référentiel de gestion écologique des espaces verts », ce guide présente les enjeux d’une conception écologique sur l’ensemble de la démarche de conduite d’un projet d’espace public paysager.
Il propose une méthodologie pour mener à bien une conception écologique depuis les phases amont de diagnostic et de programmation, puis de conception et de réalisation du chantier, et, enfin, de suivi, de gestion et d’animation du site.
Commanditaires, concepteurs, entrepreneurs, gestionnaires et usagers, nombreux sont les acteurs autour d’un projet d’espace public paysager. Parce que chaque projet est une aventure humaine collective singulière, de nombreux exemples de projet et des témoignages ponctuent et enrichissent le guide.

Conception écologique d'un espace public paysager

 

Une publication Plante & Cité avec le soutien financier de:

Val'hor

Plan Ecophyto en Zones Non Agricoles (Ecophyto ZNA)

Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema)

Le Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt (MAAF)

Le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (MEDDE)

Conception écologique des espaces verts

Porteur : Plante & Cité

Dans le prolongement du référentiel et label de gestion écologique des espaces verts EcoJardin®, les professionnels souhaitent disposer d’un référentiel de « conception écologique » des espaces verts.

En effet, nombreux sont les exemples où des conceptions non adaptées limitent voire empêchent une gestion plus écologique de l’espace. Par ailleurs, au-delà des aspects de gestion ultérieure de l’espace, point certes essentiel, la conception d’un espace peut être réfléchie pour accueillir une diversité de milieux plus importante, pour être plus propice à la diversité faunistique et floristique. Enfin, la phase de chantier et les matériaux utilisés posent également question sur ce sujet de la conception écologique.
Le guide de propose une méthodologie et des retours d’expériences pour comprendre et agir pour mener un projet de conception écologique cohérent de diagnostic à sa mise en service.
Le travail présenté ci-après s’inscrit sur une période de 2 ans, d’octobre 2012 à octobre 2014.

Rapport d'activités 2013

Annexe 1

Annexe 2

Annexe 3

 

Une publication Plante & Cité avec le soutien financier de Val'hor et de l'ONEMA

Prescriptions pour la gestion écologique d'un espace vert menée en externe

 

Version actualisée

Durée du projet : 2014-2015

Porteur : Plante & Cité

Contexte et enjeux : Le référentiel EcoJardin® publié en 2011 porte sur des indicateurs de gestion écologique des espaces verts. Le label associé, lancé en 2012 est porté dans le cadre d’une convention de partenariat par Natureparif jusqu’en 2015. Cette mission est encadrée par un comité de labellisation présidé par Plante & Cité. Dans la phase de construction du référentiel, le projet a été soutenu dans le cadre du plan Ecophyto.

Depuis 2012, plus de 120 sites ont été labellisés. Le label étant obtenu pour une durée de 3 ans, les premiers renouvellements de labels auront lieu en 2015.
Plante & Cité qui a coordonné la construction de ce référentiel auprès d’un groupe de collectivités territoriales, en est désormais le propriétaire et doit en assurer l’actualisation en lien avec un comité technique.

Ce comité technique est composé de représentants de :
- La maîtrise d’ouvrage publique et privée (Besançon, Paris, Vitré, St Orens de Gameville, Pierre&Vacances, Paris Habitat)
- Entreprises et régies : UNEP, FFP, AITF, Hortis, AFIE, FNPHP
- Experts scientifiques et techniques : CNRS (Ladyss), MNHN, Plante & Cité, OPQIB, CNFPT et inspecteur de l’Enseignement Agricole
- Intérêt général : MEDDE, FNE, Tela botanica, OPIE, LPO et Jardiniers de France.

Trois années après la publication du référentiel, il est nécessaire de reprendre le référentiel et d’étudier ce qui nécessite d’être actualisé car les connaissances sur les différents domaines d’évaluation s’affinent, et sont parfois accompagnées de nouvelles références.
D’autre part, suite à la diffusion du référentiel Ecojardin, de nombreux gestionnaires l’utilisent comme base de travail pour adapter les pratiques de terrain aux objectifs de gestion écologique, en particulier pour les sites labellisés mais pas uniquement. Pour les sites gérés par des entreprises du paysage, il semble important de proposer un recueil de prescriptions techniques qui puissent traduire très précisément les indicateurs d’évaluation du label Ecojardin.


Objectifs : Les principaux objectifs portent sur l’actualisation du référentiel et l’élaboration de prescriptions techniques traduisant
les exigences du référentiel dans des cahiers des charges précis.

Avec le soutien financier de Val'hor

Prescriptions techniques

 

Crédit Photo :Val'hor

Etude des impacts environnementaux des différentes techniques de désherbage thermiques et mécaniques à partir d'une analyse du cycle de vie - COMPAMED ZNA

Porteur du projet : Plante & Cité

Période de réalisation du projet : 2008-2013

Objectifs : Cette étude vise à produire un outil d'aide à la décision pour le choix raisonné et fonctionnel des méthodes de désherbage en espaces verts. Il ne s'agit pas d'établir une comparaison sur la base des seuls enjeux économiques techniques ou environnementaux mais bien de prendre en compte ces trois enjeux. La construction d'un référentiel de comparaison fiable entre les dispositifs de désherbage commercialisés sur les enjeux environnementaux nécessitera d'établir un éco bilan faisant apparaître les conséquences internes et externes au système en terme d'impacts de l'utilisation du matériel. Cette partie constituera l'essentiel du travail. C'est une vision globale des impacts générés par le système de désherbage et son utilisation qui sera adoptée. Le référentiel devra permettre des comparaisons entre les différentes catégories de matériel (brûleurs chaudières...) pour chacune des techniques de désherbage. Par exemple le désherbage à flamme directe regroupe une dizaine de dispositifs commerciaux mais dont il ne se dégage que 4 à 5 types de brûleurs ce seront donc les types de brûleurs qui seront comparés entre eux.

Résumé : Sur les problématiques techniques et économiques, des précédentes études avaient permis de quantifier le coût et les conditions d'utilisation (nombre de passages...) en espaces verts de différentes techniques de désherbage thermique et mécanique. Ces données nécessitent aujourd'hui d'être complétées notamment sur les dispositifs de désherbage thermiques nouvellement développés. Sur les problématiques environnementales, seules des informations qualitatives sont communiquées mais elles ne permettent pas par exemple de comparer de façon quantitative les niveaux d'émission de CO2 dont la connaissance pourrait intervenir, parmi d'autres facteurs, dans le choix d'une technique par rapport à une autre. Une étude conduite en 2002 par l'université d'Amsterdam, a fait le calcul de la charge écologique générée par l'utilisation d'une technique de désherbage. En revanche, elle ne permet pas de distinguer les différents dispositifs de désherbage et catégories de matériel. C'est sur ce point que cette étude se propose d'avancer. L'originalité de la démarche qui sera mise en œuvre dans le cadre de cette étude, réside dans la nature du cadre méthodologique de travail. Il s'agit de réaliser un « écobilan » sur la base du processus de l'Analyse du Cycle de Vie d'un produit / d'une machine (matériel de désherbage) qui s'appuie sur une suite d'étapes standardisées et un modèle de transformation mathématique des flux en impacts environnementaux potentiels (norme ISO 14040). Dans le cadre de l'étude sur les techniques de désherbage, cette démarche permettra de : d'identifier leurs principaux impacts et de caractériser leur performance environnementale, de comparer les dispositifs de désherbage entre eux au regard de leurs performances et d'indiquer les points environnementaux nécessitant une action d'amélioration. La mise en œuvre de cette démarche méthodologique nécessitera dans un premier temps de déterminer les paramètres clés intervenant sur les charges écologiques (fréquence de passage du matériel, durée de vie...) et les flux de références quantifiés (quantité d'eau par passage, température des brûleurs...).

Résultats du programme sur le site www.compamed.fr

Partenaires : • Partenaires opérateurs: CETEV • EVEA • Plante et Cité • Partenaires du comité de pilotage: AAPP • AFPP • AITF • AFDJEVP • Association des sociétés françaises d'autoroutes • Ville de Paris • Ville de Versailles.

Avec le soutien de Val'hor et de l'ADEME Pays de la Loire et de l'ONEMA • dans le cadre du plan Ecophyto 2018 • piloté par les ministères de l'Agriculture et du Développement durable.

Typologie : Enquête de terrain et acquisition de données

 

Crédit Photo : Plante & Cité