Multi-filières

Sensibilité des végétaux aux maladies et ravageurs : sourcing et méthodologie scientifique

Période de réalisation : 2017 – 2018

Porteur du projet : Plante & Cité

Problématique : Le choix d’une espèce végétale (arbres, arbustes, végétaux de la strate herbacée) fait intervenir une multitude de facteurs complexes allant des profils racinaires pour s’assurer de la compatibilité avec les réseaux, aux périodes de floraison en passant par les problématiques phytosanitaires pour minimiser les interventions et coûts de gestion associés. On peut ainsi supposer que de nombreuses espèces sensibles à certaines maladies et ravageurs n’auraient pas été plantées si les professionnels avaient été mieux informés de leur sensibilité.

Il existe beaucoup d’informations sur la sensibilité des végétaux aux maladies et ravageurs. Ces données et références sont éparses et ne sont pas toutes issues du même travail d’analyse (retours d’expériences, screening expérimental sur les niveaux de sensibilité, tests de résistance…). Il convient d’abord d’identifier des sources de données fiables en vue de les assembler dans un système d’informations unifié proposé à travers Floriscope. La diversité des sources de données pose la question des règles en matière d’arbitrage et de la traçabilité des informations diffusées.

Méthode : Le travail devra intégrer le besoin en connaissance sur les conditions « aggravantes » : i- intensité du risque phytosanitaire au niveau régional ; ii- conditions pédoclimatiques et interactions génotypes-environnement.

Plusieurs écueils ont été identifiés comme : i- vouloir disposer d’informations exhaustives alors même que les problématiques phytosanitaires évoluent (nouveaux bioagresseurs) ; ii- pointer vers des listes de végétaux sensibles (listes négatives) qui pourraient avoir pour effet de « condamner » certains végétaux sensibles alors qu’ils ne le seraient que dans certaines conditions géographiques ou édaphiques. Les conditions de présentation des informations sont donc essentielles.

Par ailleurs, le projet s’attachera à produire une documentation qui permettra la traçabilité des informations diffusées sur Floriscope.

Partenaires financiers : Ecophyto, VAL'HOR

  

Crédit Photo : Plante & Cité

Lever les freins technologiques de l'agriculture urbaine - Techn'AU

Action nationale de deux ans lauréate d'un appel à projets CasDar (2017-2018)

Porteur du projet : Astredhor

Lieux de réalisation : ASTREDHOR Loire-Bretagne (Stepp), ASTREDHOR Seine-Manche (Arexhor Seine-Manche).

Objectifs : Cette action nationale vise à lever les freins de l'agriculture urbaine. En France et dans le monde, de nombreux projets d'agriculture urbaine à fort degré de technicité et d'innovation émergent, comme les projets en milieu fermé. Ces projets intègrent des cultures verticales ou en étages, dans des serres ou en salles obscures. Le programme d'ASTREDHOR, d'une durée de deux ans, vise à rechercher et développer des solutions innovantes pour l'agriculture urbaine dans le but de lever certains verrous technologiques et garantir la qualité des produits. Il a pour objectif de pallier les problématiques identifiées par les porteurs de projets qui répondent aux besoins de la filière professionnelle :

- l'accès à la lumière naturelle, complexe en milieu urbain, et le besoin en apport de lumière artificielle
- l'utilisation de déchets organiques d'origine urbaine au sein de ces systèmes de production
- la perception sociétale de ces projets et de leurs produits : sur l'intégration paysagère et des services qu'elle peut offrir, mais aussi en termes d'attractivité pour les consommateurs (qualité gustative), de proximité, de diversité de l'offre et de prix.

Finalité : Cette action nationale permettra d'évaluer l'intérêt de l'agriculture urbaine en termes de débouchés produits et métiers pour la filière. Les innovations réalisées pourront être utiles aux professionnels, comme l'éclairage solaire dirigé ou l'hydroponie à base de fertilisants organiques.

Partenaires financiers : CasDar, VAL'HOR

 

Crédit Photo : Astredhor