Pépinière

Maintien d'une filière pépinière de qualité en France: « du jeune plant à la plante finie »

Période de réalisation : 2014-2016 prolongé en 2017

Porteur du projet : Astredhor

Lieux de réalisation : ASTREDHOR Loire-Bretagne (Caté, CDHR Centre Val de Loire)

Contexte : L'adaptation de la qualité des végétaux au marché grâce à une démarche de filière du « jeune plant à la plante finie » est une nécessité stratégique pour maintenir la compétitivité des pépinières françaises face à une concurrence européenne qui dispose d'une nouvelle offre en jeunes plants de pépinière.

Cette action portée par ASTREDHOR Loire-Bretagne (Caté), vise à adapter la qualité des jeunes plants de pépinière français pour améliorer la compétitivité et la qualité des végétaux fournis à la distribution par les pépiniéristes. Elle cherche également à développer la concertation au sein de la filière. Un groupe de pilotage composé de pépinières françaises, multiplicateurs et éleveurs, a été constitué, et des expérimentations sont mises en places au sein de ces entreprises selon trois axes :

Axe 1 - comparaison sur quelques espèces modèles de cultures issues d'une multiplication en motte de culture (type Fertis, Jiffy) ou d'une multiplication en plaque alvéolée traditionnelle. Cette comparaison s'effectue de la multiplication jusqu'à la phase de commercialisation de façon à observer les répercussions du process sur la qualité finale des produits, les taux de réussite aux différentes étapes, les coûts de production, les opérations culturales nécessaires et les temps de travaux.

Axe 2 - amélioration de la ramification des jeunes plants en étudiant deux aspects : utilisation d'un régulateur de croissance (éthéphon) et gestion des pieds-mères de façon à produire des boutures herbacées.

Axe 3 - production de gros conteneurs à partir de jeunes plants en mottes de culture afin de raccourcir fortement les cycles de production par rapport aux méthodes traditionnelles. L'optimisation de la fertilisation est également un axe de travail de façon à bénéficier de tout le potentiel de croissance des jeunes plants.

Ces axes sont susceptibles d'évoluer en années 2 et 3 en fonction des résultats acquis.

Partenaires financiers : CasDar, VAL'HOR

Avancées : En 2014, les résultats des essais révèlent que : Axe 1 : l'utilisation de jeunes plants en motte de culture Jiffy permet d'améliorer légèrement la qualité des végétaux au cours de l'élevage (mais en étant rempotés en même temps que ceux issus d'alvéoles en plaques traditionnelles). Le potentiel d'amélioration de ce procédé va être mieux exploité en 2015 grâce à des protocoles plus adaptés.

Axe 2 : les premiers tests de multiplication sur Choisya montrent les avantages de la multiplication en motte de culture Fertis par rapport au système traditionnel en plaques alvéolées. L'enracinement et la qualité des jeunes plants sont très fortement améliorés pour cette espèce avec l'utilisation de mottes Fertis. Un rempotage dans de bonnes conditions est possible presque deux fois plus rapidement.

Axe 3 : en attente des premiers résultats.

 

Crédit Photo : ASTREDHOR

Guide d'entretien des ligneux en points de vente

Porteur : Astredhor

Etude publiée en 2014

Le maintien de la qualité des végétaux sur le point de vente est un point essentiel dans la commercialisation des plantes et dans l'intérêt d'achat du consommateur.

Val'hor s'est attaché à traiter cette question en confiant une étude en la matière à l'Astredhor. Après une synthèse bibliographique permettant d'identifier les facteurs influençant la tenue des végétaux, un état des lieux des pratiques a été réalisé.

Complétée par une enquête auprès d'experts, cette analyse a permis de concevoir et de diffuser un guide de bonnes pratiques à destination des distributeurs et des commerçants.

Télécharger le guide d'entretien des végétaux ligneux en points de vente

Recherche des causes de la mauvaise reprise au greffage constatée en culture de rosier

Période de réalisation : 2007-2008-2010-2011

Station d'expérimentation : CDHR CENTRE-VAL-DE-LOIRE

 

Objectifs

Trouver l'origine de la mauvaise reprise de greffage sur rosier observée chez de nombreux pépiniéristes.

Résumé des travaux 2011

Les observations faites en 2011 montrent que :
Il est possible de faire des observations assez fines de l'évolution des points de greffe en mettant en œuvre une méthodologie légère. Celle-ci permet de vérifier l'évolution interne des points de greffe et d'apprécier comment se restaure la continuité vasculaire entre les tissus du porte-greffe et ceux du greffon, au niveau des écorces, du phloème et du bois en début de saison, au niveau des écorces et du bois ensuite.

Cette méthodologie nous a permis de constater que la fragilité des points de greffe sur rosiers de jardin, qui peut se manifester par une chute de greffe tout au long de la saison de végétation, est à relier à un défaut de restauration de la continuité vasculaire entre le bois du porte-greffe et celui du greffon, ce qui semble confirmer l'hypothèse d'une compatibilité imparfaite entre variétés et porte-greffe, éventuellement aggravée par les conditions de culture.

De la même façon, il est possible de mettre en évidence des différences entre les types de Rosa multiflora que nous avons comparés, en combinant des critères morphologiques simples.

Cette méthodologie nous a permis de distinguer clairement Rosa corymbifera ‘Laxa' de Rosa multiflora. Mais au sein du génotype Rosa multiflora, des différences se confirment également. Le type « Allemand » se distingue nettement par des axes très longs et verticaux, et des feuilles médianes portant majoritairement 9 folioles. Le type « Authion » se différencie quant à lui par des rameaux courts et fortement inclinés. Enfin, les types « Gard » et « Rouge » semblent proches, « Gard » étant toutefois plus orthotrope.

Il est donc fort possible, même si cela reste à vérifier plus finement, que cette grande variabilité morphologique au sein du génotype Rosa multiflora s'accompagne également d'une certaine différence de compatibilité au greffage.

Compte-rendu causes de la mauvaise reprise au greffage des rosiers - 2011

Compte-rendu causes de la mauvaise reprise au greffage des rosiers - 2010

Compte-rendu causes de la mauvaise reprise au greffage des rosiers - 2008

Compte-rendu causes de la mauvaise reprise au greffage des rosiers et fruitiers - 2007

 

Crédit Photo : ASTREDHOR

Intégration d'itinéraires techniques innovants dans les schémas de production de plants ligneux ornementaux et fruitiers

Année de réalisation : 2010

Station d'expérimentation : AREXHOR SEINE-MANCHE

 

Objectifs  : Améliorer les itinéraires techniques classiques de production d'un arbre d'alignement et d'un plant fruitier.

 

Résumé : Les résultats obtenus tant à l'AREXHOR Ile de France qu'au Lycée horticole de Romans confirment tout d'abord l'intérêt de la culture hors-sol pour la production accélérée de tiges. 


En région parisienne, ils montrent un effet positif des Agroliner sur la température de la motte et sur la reprise de croissance des plants après leur transfert en plein champ. Les résultats obtenus sur les Quercus sont cependant encore largement insuffisants et la méthode de conduite des plants adoptée cette année est remise en cause. C'est pourquoi nous proposons l'an prochain de travailler ce volet de l'itinéraire technique, en mettant en comparaison différents modes de conduite de la tige.

En région sud, les observations faites sur la végétation en cours de saison ont montré des bocages de végétation, des brûlures de feuillage, voire des mortalités de plants que nous imputons à une température trop élevée et une hygrométrie trop faible dans la multichapelle, au niveau des houppiers. C'est pourquoi nous proposons en 2009 de comparer une culture conduite sous cette enceinte et une autre conduite sous ombrière.

Les analyses glucidiques réalisées montrent, notamment pour l'amidon, des différences de comportement entre les modalités mais aussi entre les deux sites d'expérimentation. Il sera donc probablement intéressant à la fin du cycle de culture de mettre en parallèle les dynamiques de croissance des plants et les niveaux de réserve glucidique pour pouvoir interpréter pleinement ces résultats.

Les résultats obtenus sur la conduite des mini pieds-mères confirment que les deux espèces réagissent de façon très différente à la méthode. Si l'Ostrya a un comportement qui le rapproche des espèces arbustives, et permet l'obtention de bons résultats en multiplication, il n'en est pas de même du Tilia qui présente le comportement typique des espèces arborescentes. La méthode de conduite des pieds-mères reste encore largement à travailler pour trouver le moyen de maintenir une production de boutures satisfaisante tout au long de la saison de végétation.

Concernant la production des porte-greffes, les résultats obtenus cette année avec une alternance de jours où les plants subissent une sollicitation mécanique et de jours de « repos » sont très prometteurs. En effet, l'application de cette méthode permet un gain de croissance en diamètre qui pourrait diminuer de façon significative la durée de culture nécessaire pour obtenir un calibre donné. Il reste malgré tout à affiner le dispositif pour réduire le nombre de plants cassés lors de ces flexions.

Les essais couplés de conduite des plants donneurs de greffons et de mini greffage en chip-budding ont montré quant à eux que la conduite des plants sur 2 bras et le mini greffage d'août donnait de bons résultats sur abricotier, cerisier et pêchers. Pour le prunier japonais, une conduite des plants en gobelet et un greffage de septembre donne de bons résultats. Pour les fruitiers à pépins, la différence de production de greffons est moins marquée entre les deux méthodes et le mini chip budding s'avère également donner de bons résultats sur les poiriers. Les résultats décevants obtenus sur pommier mériteraient confirmation.

En matière de production d'arbres d'alignement, il s'avère possible de produire des mini-boutures, pas rabattage systématique des pieds-mère et rejuvénilisation des tissus, au moins avec les espèces d'arbres ne présentant pas une croissance cyclique trop marquée. Pour ces espèces, il semble possible de procéder à un bouturage en tout début de saison, ce qui allie à la fois nombre de boutures produites et taux d'enracinement satisfaisants. Ces boutures peuvent alors être rempotées précocement et donner naissance à des jeunes plants utilisables pour la formation de tiges dès le printemps.

Il s'avère également possible de produire de former une tige fléchée cultivée en conteneurs en 3 saisons de végétation, à condition de bien maîtriser tailles de formation et environnement climatique de la culture pour obtenir un diamètre suffisant.

Il reste à vérifier la possibilité de combiner les 2 techniques dans le temps pour produire un arbre fléché en 4 ans de végétation seulement entre le semis et la commercialisation de la tige.

Compte-rendu intégration d'itinéraires techniques innovants dans les schémas de production de plants ligneux ornementaux et fruitiers - 2010

 

Crédit Photo : ASTREDHOR / Arexhor Seine Manche

Nouvelles stratégies de production de plants fruitiers

Année : 2007

Station d'expérimentation : CEPEM

 

Objectifs : Mettre au point une technique permettant de produire un plant fruitier avec un cycle de production plus court.

Permettre au pépiniériste d'adapter plus rapidement sa production aux besoins du marché

Résumé : Après environ 5 mois de culture, on arrive à obtenir des plants fruitiers très intéressant sur le plant de la qualité commerciale. Cependant, avant d'envisager l'extension de ce nouveau schéma de production dans un cadre commercial, il reste à optimiser le taux de reprise de greffe, notamment sur certaines combinaisons plus exigeantes au greffage (2005-P-10A-CRD).

Les résultats de l'année 2006 (Cf. essai 2006-P-21) montrent bien que pour certaines combinaisons de greffe notamment abricotier sur pêcher et cerisier sur St Lucie, les taux de repris sont encore trop faible pour envisager un transfert à l'entreprise. Par ailleurs, après un cycle relativement court de culture en pot, les scions de cerisier sur merisier et les scions de pêcher sur montclar sont caractérisés par un standard qualitatif très intéressant. Enfin, durant l'année 2007 tous les sujets à greffer seront conduits sur une nappe de sub-irrigation et toujours sous abri anti-insectes.

Compte-rendu nouvelles stratégies de production de plants fruitiers - 2007

Production accélérée d'arbres tiges

Période de réalisation : 2005-2007

Station d'expérimentation : CEPEM

Objectifs : Former une tige de 2.50 m en culture hors sol en 1 saison. Raccourcir le cycle de production étudier le comportement des arbres produits en deuxième et troisième année de culture.

Résumé des travaux 2007

Les 3 années d'essai écoulées ont permis de mettre au point un itinéraire cultural permettant de produire des tiges d'arbres d'alignement de manière innovante ( gouttières hors-sol, abris anti-insecte, cycle raccourci)
Les essais 2003-04, 2004-01a et 01b et 2005-01a et b ouvrent la voie à l'utilisation de cet itinéraire pour d'autres espèces, Morus greffés entre autres.
L'année 2006 à montrer la faisabilité du greffage à 2.30 m des Morus en une année.
L'année 2007 poursuivra l'expérimentation avec de nouvelles espèces en collaboration avec le Scradh.

 

Compte-rendu production accélérée d'arbres tiges - 2007

Compte-rendu production accélérée d'arbres tiges - 2005

 

Crédit Photo : AJJH