Autres travaux de recherche

Amélioration de la qualité sanitaires des cultures par accroissement des moyens de lutte - usages mineurs

Porteur du projet  / auteur : ASTREDHOR

Période de réalisation du projet / date de publication : 2010- 2020

De quoi parle-t-on ? De tests sur des solutions d’extension et d’extrapolation d’usages de produits phytopharmaceutiques pour l’horticulture

Pour qui ? Les producteurs

Méthode / source(s) : Essais

Principaux résultats / résumé : 

Retrouvez sur dans la rubrique Phyto Infos du site d'ASTREDHOR, une base de données en libre accès des produits phytopharmaceutiques référents utilisables en productions horticoles: lien d'accès

Quel intérêt / quelle utilisation ? : Combler les usages vides par des produits afin que les professionnels puissent assurer des protections phytosanitaires convenables, sans risques pour les cultures, les applicateurs et l’environnement.

Partenaires : Firmes phytopharmaceutiques : BAYER SAS, BAF Agro, Arysta Life Science, Biomat, Vivagro, Syngenta agro SAS, Nurfam SA

Crédit Photo : ASTREDHOR

Retrouvez sur dans la rubrique Phyto Infos du site d'ASTREDHOR, une base de données en libre accès des produits phytopharmaceutiques référents utilisables en productions horticoles: lien d'accès

Lutte contre le chancre coloré du platane

Porteur du projet / auteur : Plante & Cité

Période de réalisation du projet / date de publication : 2016-2018

De quoi parle-t-on ? Des modes opératoires à mettre en œuvre obligatoirement lors des interventions sur ou près de platanes (Arrêté national du 22 décembre 2015).

Pour qui ? Les propriétaires et acteurs réalisant des travaux sur ou à proximité de platanes.

Méthode / source(s) : Retours d'expérience, étude bibliographique

Principaux résultats / résumé : Ce guide de bonnes pratiques présente les mesures à mettre en œuvre : mesures de surveillance / détection, mesures de prophylaxie et mesures d’éradication. Des fiches pratiques expliquent quand et comment, au travers de différentes étapes, nettoyer et désinfecter le petit outil, les engins et le gros matériel, protéger les plaies, dévitaliser les platanes et souches de platanes contaminés mais aussi transporter et traiter le bois chancré.

Quel intérêt / quelle utilisation ? Respect de la règlementation, des bonnes pratiques et protection de la santé des platanes.

Partenaires : DGAL / MAAF

Financeurs : VAL'HOR / MAAF

Crédit Photo : Plante & Cité

Efficacité de spécialités commerciales à base de nématodes contre le papillon palmivore

Porteur du projet / auteur : Plante & Cité

Période de réalisation du projet / date de publication : 2009-2010

De quoi parle-t-on ? De l’utilisation de nématodes pour lutter contre le papillon palmivore

Pour qui ? Les professionnels du paysage, gestionnaires d'espaces verts

Méthode / source(s) : Tests in situ

Principaux résultats / résumés :

Le papillon palmivore constitue, avec le charançon rouge du palmier, Rynchophorus ferrugineus, l’une des principales problématiques phytosanitaires sur palmier d’ornement depuis la fin des années 90 en France. Cet insecte très polyphage dont les larves se nourrissent à l’intérieur des stipes est à l’origine de dégâts qui peuvent engager fortement le pronostic vital d’un palmier même âgé.

Dans ce projet, deux stratégies de lutte curative au printemps et à l’automne contre le papillon palmivore ont été testées in situ, avec une application de nématodes. Un intérêt a été montré de manière générale, une bonne efficacité ayant été atteinte sur des palmiers faiblement ou nouvellement infestés. Les conditions d’application des essais n’ont pas permis une bonne régularité des traitements pour l’ensemble des sites mais ont permis de mieux comprendre les pratiques professionnelles et les contraintes courantes sur le terrain.

Quel intérêt / quelle utiisation ?Assurer la santé des palmiers dans les jardins et espaces verts

Partenaires : • Biobest • Koppert • Fredon PACA • Fredon Languedoc-Roussillon •

 

Crédit Photo : Plante & Cité

Thrips : cycle biologique et ennemis naturels

Les thrips sont des ravageurs difficiles à contrôler mais plusieurs techniques testées ont abouti à des résultats satisfaisants ou prometteurs.

Porteur du projet / auteur : ASTREDHOR

Période de réalisation du projet / date de publication : 2013-2015

De quoi parle-t-on ? De méthodes de prévention et de détection contre les thrips

Pour qui ? Les horticulteurs

Méthodes / source(s) : Essais

Principaux résultats / résumé : D’après les résultats des expérimentations réalisées entre 2013 et 2015, il ressort qu’il faut : Réaliser une épidémiosurveillance précise et régulière ; Adapter le choix des stratégies en fonction des espèces végétales cultivées et des espèces de thrips présentes sur les cultures ; Utiliser des techniques de lutte complémentaires visant les différents stades de développement du thrips ; Favoriser la lutte préventive par un positionnement des auxiliaires dès l’installation de la culture et un positionnement approprié des lâchers suivants ; Sélectionner des plantes-pièges à longue floraison en cohérence avec le cycle de vie du thrips sur la culture considérée ; Recourir à des produits phytopharmaceutiques compatibles avec les auxiliaires utilisés, ou lorsque cela n’est pas possible, privilégier ceux avec la moins longue rémanence possible ; Adopter des mesures prophylactiques et réaliser notamment un vide sanitaire avant l’implantation de la nouvelle culture ; Favoriser l’installation des auxiliaires (gestion du climat, nourrissage si nécessaire) avant les pics d’infestation. 

Quel intérêt / quelle utilisation ? Améliorer la qualité sanitaire des végétaux par la lutte contre les thrips.

Crédit Photo : ASTREDHOR

Vecteur du mildiou sur l'impatiens

Le mildiou de l'impatiens est aujourd'hui à l'origine de dégâts importants dans les structures de production et dans les plantations paysagères.

Porteur du projet / auteur : ASTREDHOR

Période de réalisation du projet / date de publication : Février 2012

De quoi parle-t-on ? Du mildiou de l’impatiens, des méthodes pour prévenir cette pathologie et la traiter.

Pour qui ? L'ensemble des professionnels du végétal

Méthode, source(s) : Etude bibliographique

Principaux résultats / résumé : Cette synthèse technique explique notamment la pathologie avec le cycle de développement de Plasmopara obducens, les symptômes et confusions possibles ainsi que les moyens de détection et de lutte contre le mildiou.

Quel intérêt / quelle utilisation ? Face au développement du mildiou sur l’impatiens, prévenir et traiter ce végétal en production et en paysage.

 

Crédit Photo : ASTREDHOR/Arexhor Seine Manche

Détection préventive du risque de Fusariose du cyclamen et contrôle biologique

La fusariose du cyclamen est une maladie vasculaire ; de ce fait, aucune solution n’est possible pour sauver les plantes une fois qu’elles sont atteintes. Il faut donc agir en amont de la filière, dès le stade jeune plant.

Porteur du projet / auteur : ASTREDHOR / Arexhor Seine Manche

Période de réalisation du projet / date de publication : 2012-2016

De quoi parle-t-on ? Du développement d'un test moléculaire pour détecter de façon précoce la maladie et trouver des solutions biologiques efficaces contre ce pathogène.

Pour qui ? Les producteurs

Méthode / source(s) : Essais en station d'expérimentation

Principaux résultats / résumé : L’analyse moléculaire d’une collection de souches représentatives de la diversité des populations de F. oxysporum f. sp. cyclaminis a révélé une importante diversité génétique et a mis en exergue la difficulté d’identifier un marqueur moléculaire spécifique. Néanmoins, un fragment d’ADN spécifique de l’agent pathogène a pu être mis en évidence à partir duquel, un couple d’amorces spécifiques a été dessiné et un outil moléculaire a été développé. Ce dernier permet une détection du champignon in planta en PCR conventionnelle et en PCR en temps réel. Des bioessais ont été conduits. Un seul donne satisfaction mais son efficacité devra être validée en conditions de production réelles. Par ailleurs, un travail de recherche d’agents de lutte plus performants s’avère nécessaire.

Quel intérêt / quelle utilisation ? Prévenir le risque d’activité infectieuse de F. oxysporum f. sp. Cyclaminis et assurer la qualité sanitaire des cultures.

Crédit Photo : ASTREDHOR Sud-Ouest

Lutte contre la rouille blanche du chrysanthème

Puccinia horiana est un organisme réglementé non de quarantaine (ORNQ) tel que défini dans la nouveau règlement Santé du Végétal 2016/2031 et son règlement d’exécution 2019/2072.

Porteur du projet / auteur : ASTREDHOR / GIE Fleurs et plantes du Sud Ouest

Période de réalisation du projet / date de publication : 2008-2010-2011

De quoi parle-t-on ? De tests de détection de rouille blanche (Puccinia horiana) du chrysanthème

Pour qui ? Les producteurs

Méthode / source(s) : Etude bibliographique, enquête auprès de producteurs, essais

Principaux résultats / résumé : 

Dans le cadre de ce projet il a été possible de :

- Valider la spécificité du marqueur moléculaire utilisé dans le test de détection de la rouille blanche (non détection de la rouille brune avec ce marqueur) ;

- Valider la sensibilité du test de détection moléculaire en déterminant le nombre de feuilles qu’il est possible de mélanger au maximum pour pouvoir détecter le pathogène ;

- Analyser 2600 échantillons de feuilles de chrysanthème en utilisant ce test pour y détecter la présence éventuelle de la rouille blanche. Seul un bulk d’échantillons analysés s’est révélé être positif pour la présence de la rouille blanche, en très faible quantité (moindre que celle détectée dans le témoin positif J+1).

Quel intérêt / quelle utilisation ? Pour la recherche de stratégies de lutte respectueuses de l’environnement contre la rouille blanche du chrysanthème, dont l’agent causal, Puccinia horiana, a des incidences économiques considérables pour les producteurs de jeunes plants et de plantes adultes.

Crédit Photo : ASTREDHOR

Impact du parasitisme de rosiers hors-sol par les nématodes sur la production de roses

Porteur du projet / auteur : ASTREDHOR / SCRADH

Période de réalisation du projet / date de publication : 2005

De quoi parle-t-on ? De la recherche de l’origine de la contamination par des parasites sur les rosiers en production hors-sol suite à une baisse de rendements constatée.

Pour qui ? Les producteurs

Méthode / source(s) : Etude bibliographique, essais

Principaux résultats / résumé : Une nouvelle campagne d'analyse a eu lieu en octobre/ novembre 2005 dans des entreprises anciennement étudiées. Elles sont quasiment toutes contaminées, les anciennes cultures comme les plus récentes. Certes, les données sont peu nombreuses, mais l'analyse qui en résulte ne permet pas d'expliquer cette contamination par quelques facteurs seulement. Les dispositifs de désinfection avec du chlore utilisés pour le substrat et les solutions de drainage ne semblent pas efficaces et les applications de produits phytosanitaires paraissent aussi inutiles qu'illégales. Le niveau de contamination des cultures peut être très élevé pourtant il n'apparaît toujours pas de lien fort entre la présence de nématodes et les symptômes sur les cultures.

Quel intérêt / quelle utilisation ? Contribuer à la compétitivité de la production française de rosiers par la lutte contre les parasites constatées en production hors-sol.

Crédit Photo : ASTREDHOR

Calla - Essai de lutte contre la bacterie Erwinia en culture de pleine terre

La sensibilité du Calla à l’Erwinia oblige à étudier les pratiques de lutte contre cette maladie et à rechercher un système de culture qui va en limiter les risques.

Porteur du projet / auteur : ASTREDHOR / CATE

Période de réalisation du projet / date de publication : 2007

De quoi parle-t-on ? De l’observation de l’efficacité et la sélectivité de différentes pratiques de lutte contre Erwinia.

Pour qui ? Les horticulteurs

Méthodes / source(s) : Essais en station d'expérimentation

Principaux résultats / résumé :
Il semble que l’efficacité d’une lutte chimique contre Erwinia selon les méthodes proposées dans cet essai ne puisse procurer que des efficacités partielles. Une légère amélioration de l’état sanitaire des bulbes a été obtenue par leur trempage avant la plantation dans un bain de bouillie bordelaise. Des traitements de culture au cuivre ou à l’Aliette semblent plutôt provoquer une phytotoxicité qui accentue les problèmes sanitaires. L’étude de ces méthodes de lutte serait à poursuivre pour améliorer les modalités de mise en œuvre, les doses et les produits utilisés.

Quel intérêt / quelle utilisation ? En complément des travaux réalisés en matière d’itinéraire technique sur le Calla, disposer de méthodes culturales performantes pour un produit sain et de qualité.