Espaces verts

PRESOMPTION DE CONTAMINATION DES SOLS

En amont d’un aménagement, ou au cours de l’usage d’un espace public ou privé extérieur (promenade, espaces verts et parcs, agriculture urbaine pour amateurs ou professionnels), il arrive qu’une présomption de pollution des sols soit émise. Cependant, la thématique de la pollution des sols se révèle complexe et relativement experte. Les parties prenantes confrontées à ces situations, tant professionnelles qu’amateurs, se déclarent souvent démunies pour déterminer la marche à suivre.

C’est dans ce contexte que Plante & Cité a démarré en 2016, avec le soutien de VAL’HOR et de l’ADEME, un projet consistant à mutualiser les connaissances existantes ou en cours de développement sur ce sujet.

Ce guide expose :

-les fondamentaux : notions fondamentales (familles de polluants, transferts de polluants, risque…), contexte réglementaire, juridique et responsabilités

-les différentes étapes de la démarche (étude documentaire, diagnostic, interprétation, levée de présomption / présomption avérée et action) et les personnes ressources.

Illustré de schémas et dessins, ce guide a une vocation pédagogique et d’accompagnement méthodologique. Il s’adresse aux élus, maîtres d’ouvrages publics et privés (gestionnaires de patrimoine, bailleurs, aménageurs, particuliers), bureaux d’études techniques et de conseil (paysagistes concepteurs, gestionnaires de sites et sols pollués, architectes, urbanistes), entreprises (espaces verts, travaux publics), établissements de formation, étudiants, jardiniers en associations, fédérations et particuliers.

Source : DAMAS O., BRANCHU P., DOUAY F., SCHWARTZ C., GRAND C., MAROT F., Présomption de pollution d’un sol : des clés pour comprendre et agir. Plante & Cité, novembre 2018

Télécharger le guide

Crédit photo : Plante & Cité / Olivier DAMAS


 

Efficacité de spécialités commerciales à base de nématodes (S. carpocapsae) contre le papillon palmivore (P. archon) - Paysarch

Porteur : Plante & Cité

Année de réalisation : 2010

Objectifs : L'objet de ce programme est de proposer une méthode permettant de soigner à partir d'auxiliaires de lutte biologique des sujets infestés en complément à des stratégies de lutte préventive. En 2008 des essais semi-field conduit par la DGAL/ SDQPV avait permis d'identifier des spécialités biologiques efficaces en traitement curatifs. A partir de ces premières données obtenues en conditions contrôlées il semble désormais nécessaire de travailler en conditions d'application professionnelle pour identifier les meilleures modalités garantissant l'efficacité des solutions biologiques. Ceci permettra de confirmer leur action qui pourra s'inscrire dans le cadre d'un programme de lutte curative économiquement et techniquement applicable par les professionnels au sein des espaces verts publics et privés.

Résumé : Originaire d'Amérique du Sud, le papillon palmivore constitue, avec le charançon rouge du palmier, Rynchophorus ferrugineus, l'une des principales problématiques phytosanitaires sur palmier d'ornement depuis la fin des années 90 en France. Cet insecte très polyphage dont les larves se nourrissent à l'intérieur des stipes est à l'origine de dégâts qui peuvent engager fortement le pronostic vital d'un palmier même âgé. La diffusion de ce ravageur sur l'arc méditerranéen notamment via l'importation de palmiers et la prépondérance de ses hôtes dans le patrimoine arboré de nombreuses régions françaises en font l'une des menaces les plus sérieuses qu'aient connues les professionnels du palmier et gestionnaires d'espaces verts. En région PACA et Languedoc-Roussillon, de nombreux palmiers ont déjà dû être abattus par nécessité lorsque les arbres étaient déjà fortement atteints. Ces abattages portent fortement préjudice à la valeur paysagère des sites urbains concernés et de nombreux professionnels du tourisme s'en inquiètent déjà. Face à la gravité des dégâts et des infestations, le papillon palmivore fait l'objet d'un arrêté de lutte obligatoire. Bien que certains traitements soient préconisés, il est nécessaire d'identifier des solutions complémentaires pouvant s'inscrire dans le cadre d'une lutte raisonnée à partir d'auxiliaires de lutte biologique. De plus, les traitements phytosanitaires étant aujourd'hui largement remis en cause pour des raisons environnementales et d'efficacité, la mise au point d'une stratégie curative de lutte biologique est largement plébiscitée par les professionnels et les gestionnaires de patrimoine arboré des collectivités territoriales. Dans le cadre d'un partenariat avec les Fredons PACA et Languedoc Roussillon ainsi que les sociétés Koppert et Biobest, deux stratégies de lutte curative au printemps et à l'automne contre le papillon palmivore ont été testées in situ, avec une application de nématodes. Un intérêt a été montré de manière générale, une bonne efficacité ayant été atteinte sur des palmiers faiblement ou nouvellement infestés. Les conditions d'application des essais n'ont pas permis une bonne régularité des traitements pour l'ensemble des sites mais ont permis de mieux comprendre les pratiques professionnelles et les contraintes courantes sur le terrain.

Partenaires : • Biobest • Koppert • Fredon PACA • Fredon Languedoc-Roussillon •

Avec le soutien financier de Val'hor

Typologie : • Expérimentation à caractère scientifique avec objectif de connaissances • Evaluation de références

Compte-rendu d'étude Paysarch

 

 

Crédit Photo : Plante & Cité