Fleurs et feuillages coupés

Nouvelles espèces pour la bouquetterie

Porteur du projet / auteur : ASTREDHOR, ASTREDHOR MEDITERRANEE (CREAT), SCRADH et Arexhor Seine Manche

Période de réalisation du projet / date de publication : 2014-2016

De quoi parle-t- on ? Des taxons repérés pour leurs potentiels en bouquetterie, mis en culture, évalués agronomiquement (rendement, floribondité, etc.) et évalués pour leur tenue après récolte et pour leur attrait commercial.

Pour qui ? Les fleuristes et les producteurs

Méthode : Essais en station d'expérimentation

Principaux résultats : 2016 : Les hellébores en fleurs coupées se distinguent par leur originalité, tiennent bien en vase et sont en floraison lors des périodes appropriées de vente. Néanmoins, la faible longueur de tige pour certaines variétés et lots est un frein à la vente.

La culture du pavot (Papaver nudicaule) est peu exigeante à part des problèmes d’oïdium et se comporte très bien en hors sol. Il n’est pas possible de sélectionner des coloris précis de plants de pavots. La tenue en vase ne semble pas très élevée et les fleuristes l’achèteraient à un prix assez faible. Le poinsettia est habituellement cultivé pour la plante en pot et les premiers tests de tenue en vase sont prometteurs pour la culture comme fleur coupée. Stachys byzantina est parfaitement adaptée au climat de la région PACA et produit une quantité importante de feuilles toute l’année et d’inflorescence durant le printemps et l’été. Les fleuristes apprécient beaucoup ce produit qui en plus est très tendance. Sur le plan agronomique Cytanthus mackenii ne pose pas de problème. Sur le plan commercial, il s’agit d’un produit de niche.

Sur le plan technique, la culture de Phymaspermum acerosum est tout à fait réalisable en pleine terre d’extérieur. Les premiers avis indiquent que le produit plaît et présente un intérêt.

Plantes testées en 2014 : Curcuma, Glaïeuls, Musa ornata, Stachys bizantina, Callas, Leucocoryne, Tulbaghia, Agapanthe mini, Capsicum, Giroflée branchue, Hibiscus sabdariffa, Trachelium.

Quel intérêt / quelle utilisation ? Proposer de nouvelles variétés en fleurs coupées aux consommateurs issues de la production française.

 

Crédit Photo : ASTREDHOR / SCRADH

Fleurs comestibles

En phase avec la recherche des consommateurs d’ingrédients naturels et de plats esthétiques, les fleurs comestibles sont actuellement très tendances.

Porteur du projet / auteur : ASTREDHOR, ASTREDHOR MEDITERRANEE (CREAT), SCRADH et Arexhor Seine Manche

Période de réalisation du projet / date de publication : 2014-2016

De quoi parle-t- on ? De tests agronomiques et commerciaux auprès de la restauration de fleurs comestibles

Pour qui ? Les producteurs, distributeurs et restaurateurs

Méthode : Essais en station d'expérimentation

Principaux résultats : 2016 : Les travaux agronomiques et commerciaux ont été menés sur : Tagetes Lemmonii, Tagetes lucida, Tagete ‘Lulu’, 2.2 Acmella oleracea (Cresson de Para), les sauges, Agastache sp., les bégonias, la bourrache, les capucines, les tulbagia, etc.

Plantes testées en 2014 : Targetes, Acmella oleracea, Salvia sp., Tulbaghia sp., Begonia, Tropaeolum sp., Fchsia, Ocinum basilicum ‘Red Rubin’, Agastache foeniculum, Pelargonium, Hemerocalle, Pensée : Viola cornuta, Dianthus Malva, Cosmos, Lavatère, Bourrache : Borrago officinalis, Soucis, Camomille, Bleuet : Centaurea cyanus ‘Blaue Gefülté, Oenothera versicolor, Moutarde jaune : Sinapsis alba, Violette, Roquette…

Quel intérêt / quelle utilisation ? Répondre aux nouvelles attentes du consommateur. Proposer de nouveaux débouchés à la production de fleurs coupées.

 

Crédit Photo : ASTREDHOR

Recherche d'espèces intéressantes pour la production de feuillages coupés

Issus à 100% de la récolte en colline, le Pistacia lentiscus est de loin un des feuillages les plus vendus. Plante dioïque à souche de la famille des Restionacées, Chondropetalum Tectorum fleurit à la fin de l’hiver (épis bronze cuivrés composés de minuscules fleurs écailleuses disposées en spirale), pour une récolte potentielle avant, pendant et après floraison (automne - hiver). L’espèce est également étudiée pour le paysage en terrain sec.

Porteur du projet / auteur : ASTREDHOR / CREAT, SCRADH

Période de réalisation du projet / date de publication : 2005-2010

De quoi parle-t-on ? De l’analyse du potentiel de plusieurs taxons en rameaux décoratifs à couper. Acquérir des données techniques afin de mettre au point des calendriers culturaux.

Pour qui ? Les producteurs et les fleuristes

Méthode Essais en station d'expérimentation

Principaux résultats : Les végétaux qui ont été testés sont les suivants : les hostas, les fougères, Melaleuca diosmifolia et linariifolia, Alpinia zerumbet ‘Variegata’, Hibiscus esculentus, Hibiscus sabdariffa et Pistacia lentiscus. 

Quel intérêt / quelle utilisation ? Pour le producteur, l’intérêt est d’augmenter ses revenus en diversifiant son offre commerciale. Proposer aux distributeurs et au consommateur final de nouvelles espèces de feuillages de qualité et économiquement intéressants.

Crédit Photo : VAL'HOR

Résumé Elargissement de l’offre : feuillages et rameaux décoratifs à couper ASTREDHOR / SCRADH, CATE 2005-2010, 3 pages.

Amélioration de la compétitivité des entreprises de fleurs et feuillages coupés : élargissement de la gamme de production en vue d’accroître l’accès aux marchés des producteurs français – 2013, ASTREDHOR / CATE, CREAT, SCRADH, Juin 2014, 47 pages.

Amélioration de la compétitivité des entreprises de fleurs et feuillages coupés : élargissement de la gamme de production en vue d’accroître l’accès aux marchés des producteurs français – 2012, ASTREDHOR / CATE, CREAT, SCRADH, Avril 2013, 186 pages.

Amélioration de la compétitivité des entreprises de fleurs et feuillages coupés : élargissement de la gamme de production en vue d’accroître l’accès aux marchés des producteurs français – 2011, ASTREDHOR / CATE, CREAT, SCRADH, Mars 2012, 116 pages.

Amélioration de la compétitivité des entreprises de fleurs et feuillages coupés : élargissement de la gamme de production en vue d’accroître l’accès aux marchés des producteurs français – 2010, ASTREDHOR / CATE, CREAT, SCRADH, Mars 2011, 37 pages.

Amélioration de la compétitivité des entreprises de fleurs et feuillages coupés : élargissement de la gamme de production en vue d’accroître l’accès aux marchés des producteurs français – 2009, ASTREDHOR / CATE, CREAT, SCRADH, Mars 2010, 31 pages.

Amélioration de la compétitivité des entreprises de fleurs et feuillages coupés : élargissement de la gamme de production en vue d’accroître l’accès aux marchés des producteurs français – 2008, ASTREDHOR / CATE, CREAT, SCRADH, 29 pages.

Amélioration de la compétitivité des entreprises de fleurs et feuillages coupés : élargissement de la gamme de production en vue d’accroître l’accès aux marchés des producteurs français – 2006, ASTREDHOR / CATE, CREAT, SCRADH, 23 pages.

Résumé recherche d'espèces intéressantes pour la production de feuillages coupés sous abri - 2006, 2 pages.

Calla

Calla - Essai d’itinéraire de culture pour une production de fleurs coupées au printemps

Par son esthétique, son originalité et son potentiel de qualité, le Calla (Zantedeschia) présente un intérêt commercial qui se traduit par une demande bien établie et des prix de vente corrects. Toutefois, les références techniques existantes sont insuffisantes pour permettre la rentabilité de la culture.

Porteur du projet / auteur : ASTREDHOR / CATE

Période de réalisation du projet / date de publication : 2005-2006

De quoi parle-t-on ? : Des étapes de la culture de bulbes de Calla

Pour qui ? : Les producteurs

Méthode / source(s) : Essais en station d'expérimentation

Principaux résultats / résumé :

2006 : Au niveau de l'itinéraire de culture étudié, il apparaît que certaines étapes sont maîtrisées alors que d'autres ne le sont pas encore : Le forçage pour obtenir une production de fleurs semble assez bien maîtrisé en conditions hors-sol. En pleine terre, une optimisation est certainement possible. Le forçage en abri plastique sommaire pour une culture tardive serait à étudier pour limiter les coûts de production. La phase de régénération et de grossissement des bulbes consécutif à la phase de production de fleurs semble également maîtrisée en culture hors-sol. En pleine terre, des pratiques de lutte contre Erwinia et l'optimisation de l'irrigation sont à travailler pour éviter de perdre des bulbes. Au niveau du stockage des bulbes, très peu de pertes de bulbes ont été enregistrées pour des raisons sanitaires ou physiologiques malgré une conservation assez longue. La température de conservation est à modifier pour moins pénaliser la production de fleurs lors du forçage suivant. Le trempage des bulbes avec des gibbérellines avant la mise en forçage reste un point à améliorer pour maîtriser la totalité du cycle de culture.

2005 : La qualité des fleurs produites au printemps a été globalement très bonne et a correspondu aux exigences commerciales, en particulier grâce à une conduite sous serre verre chauffée et éclairée. Au niveau de la productivité en nombre de fleurs commercialisées/bulbe planté, il existe des différences importantes entre les variétés. Le comportement le plus intéressant est obtenu avec la variété Kapitein Romance. La valorisation d'un lot de bulbes de Calla reste une opération à moyen terme qui nécessite une gestion optimisée du lot sur plusieurs années pour permettre de le forcer plusieurs fois. En effet, un premier calcul de rentabilité intégrant le chiffre d'affaires réalisé /m² de serre et les premiers éléments de coût (achat des bulbes, culture en caisse, chauffage, éclairage) montre a priori qu'il sera nécessaire d'amortir le coût d'achat des bulbes sur plusieurs forçages.

Quel intérêt/ quelle utilisation ? Ces références techniques visent à élaborer un itinéraire permettant d'obtenir un résultat technico-économique performant.

 

Crédit Photo : ASTREDHOR

 

Calla - Essai d’itinéraire de culture pour une production de fleurs coupées au printemps effets des gebberellines sur l’initiation florale

Cette expérimentation vise à approfondir l’étude de la phase d’initiation florale réalisée par trempage des bulbes dans un bain de Gibbérellines avant la plantation pour laquelle il n’y a pas de références fiables.

Porteur du projet / auteur : ASTREDHOR / CATE

Période de réalisation du projet / date de publication : 2007-2008

De quoi parle-t-on ? : D’une étude sur la phase d’initiation florale de bulbes de Calla

Pour qui ? : Les producteurs

Méthode / source(s) : Essais en station d'expérimentation

Principaux résultats / résumé :

2008 : Cet essai a donné des résultats intéressants qui confirment ceux de 2007. Le rendement en fleurs commercialisables le plus élevé est obtenu en trempant les bulbes recultivés dans un bain de Berelex à 250 ppm pendant 30 minutes à 2 reprises, une fois avant la prégermination et une fois avant la plantation. Cet essai montre que la reculture de lots de bulbes sur plusieurs années est possible avec l’obtention de rendements en fleurs élevés pendant 2 à 3 forçages successifs. Ensuite, le potentiel de rendement semble diminuer avec l’âge des bulbes, ainsi que l’intensité des couleurs des fleurs. Deux autres facteurs sont importants pour la productivité en fleurs : le calibre des bulbes et le choix variétal.

2007 : 2 aspects de la conduite de la culture ont une très grande importance sur l’état sanitaire des bulbes :

- La conduite de l’irrigation doit être optimisée au départ de la culture et pendant la période de floraison pour favoriser l’implantation et permettre l’expression du potentiel de rendement en fleurs. Ensuite, lors de la phase de grossissement des bulbes, dans des sols à bonne réserve en eau, les irrigations peuvent être interrompues sans conséquence pour le grossissement et la régénération des bulbes. Il semble que les irrigations auraient pu être stoppées encore plus tôt, avant la fin de la période de floraison.

- La date d’arrachage : une fois la maturité des bulbes atteinte, il semble important d’arracher les bulbes sans attendre de façon à ce qu’ils ne soient pas contaminés dans le sol. Cet essai présente également l’intérêt de montrer la faisabilité de réaliser une production de fleurs de Calla de qualité en utilisant un itinéraire de culture relativement simple : culture sous tunnel, en pleine terre, sans chauffage, avec des coûts de productions limités et cela, pour une plantation de début de printemps de façon à obtenir une production de fin de printemps-début d’été.

Quel intérêt / quelle utilisation ? Ces références techniques visent à élaborer un itinéraire permettant d'obtenir un résultat technico-économique performant de culture de Calla.

 

Calla - Itinéraires et calendriers de culture pour étaler la production de fleurs coupées

Le développement d’une méthode culturale économiquement avantageuse passe par l’analyse du comportement de Calla et l’intérêt commercial des schémas de culture sachant que le comportement varie beaucoup d’une variété à l’autre.

Porteur du projet / auteur : ASTREDHOR / CATE

Période de réalisation du projet / date de publication : 2008

De quoi parle-t-on ? : De la comparaison de 3 schémas de culture de Calla : une culture précoce en hors-sol sous serre verre chauffée permettant d’obtenir une production d’avril à juin avec des prix attractifs ; une production intermédiaire réalisée en pleine terre sous abri plastique non chauffé pour une récolte de juin à juillet et une production sous serre verre, à la suite de la culture de printemps, mise en place d’une 2ème culture hors-sol, en condition tardive, pour une production de fin d’été-début d’automne.

Pour qui ? : Les producteurs

Méthode / source(s) : Essais en station d'expérimentation

Principaux résultats / résumé :

La culture précoce a donné de bons résultats à la fois en termes de rendement en fleurs, de qualité des fleurs et d’état sanitaire. Pour les variétés les plus productives, le rendement a atteint plus de 8 à 9 fleurs/bulbe. Dans ces conditions, le résultat économique est satisfaisant. Du fait de la culture hors-sol, le maintien d’un bon état sanitaire semble possible à condition d’adapter le substrat et la conduite de l’irrigation.

En ce qui concerne la culture sous tunnel pour une production estivale, le résultat a été moins satisfaisant. Mais, la date de plantation a été probablement trop précoce, surtout du fait du climat de l’année et il est là aussi nécessaire de pouvoir bien adapter les irrigations aux besoins des plantes.

Pour la culture d’automne sous serre, le fait d’avoir planté au début du mois d’août semble être un facteur important de réussite par rapport à ce qui a été fait en 2007 où le rendement en fleurs avait été limité du fait d’une plantation à la fin du mois d’août.

Quel intérêt / quelle utilisation ? Ces références techniques visent à élaborer un itinéraire permettant d'obtenir un résultat technico-économique performant de culture de Calla.

Crédit Photo : ASTREDHOR

 

Essai de variétés et de planning de culture en Lisianthus pour une production de printemps et d’automne

Ce projet est caractéristique des travaux de l’Institut en matière de méthodes culturale visant à la fois à mesurer l’intérêt économique d’un itinéraire technique tout en assurant la qualité des végétaux produits.

Porteur du projet / auteur : ASTREDHOR / CATE

Période de réalisation du projet / date de publication : 2005-2006

De quoi parle-t-on ? : Il s’agit de chercher à réaliser sur une même surface de serre, 2 cultures successives de Lisianthus dans l’année tout en conservant une période creuse en hiver suffisamment longue pour réaliser une culture de bulbes.

Pour qui ? : Les producteurs

Méthode / source(s) : Essais en station d'expérimentation

Principaux résultats / résumé : 

2006 : Les résultats de cette expérimentation laissent penser que la maîtrise du calendrier de production en Lisianthus pourrait être très nettement facilitée par l'exploitation de la remontée des tiges qui intervient après la récolte de la 1ère série à la fin du printemps et au début de l'été. Les questions de l'étalement de la floraison et du temps disponible pour la replantation pourraient trouver une réponse plus facile par la mise en œuvre de cette technique plutôt que par la replantation en été d'une 2ème culture. Le temps nécessaire pour la remise en place de la 2ème série après la fin de la récolte de la 1ère série ne serait alors plus un problème. De plus, l'achat de jeunes plants qui reste un poste de charge important en Lisianthus serait divisé par 2. Pour disposer d'une remontée d'axillaires à la base de la plante après la récolte qui soit suffisamment qualitative, il est nécessaire que les températures ne soient pas trop élevées et qu'il n'y ait pas de perte de plants sur la 1ère série.

2005 : Lisianthus pour une production de printemps : 2 plantations ont été réalisées au cours des semaine 04 et 07 dans le cadre de cette expérimentation ainsi que 2 autres plantations dans le cadre d'un essai complémentaires au cours des semaines 10 et 14 avec des variétés des gammes Mariachi et Dream de façon à obtenir un bon étalement de la production. Cette expérimentation a donné des résultats très intéressants à la fois en termes de qualité du produit obtenu et du nombre de fleurs commercialisées /m², mais également en termes de technique de production pour éviter le chevauchement des séries de production à la récolte en période chaude et pour maintenir la qualité. De bons résultats ont été obtenus avec des plantations échelonnées de 3 à 4 semaines et avec, à chaque plantation, la mise en place de variétés précoces et tardives. Pour chaque couleur, des variétés complémentaires doivent donc être trouvées.

Lisianthus pour une production d'automne : Les plantations ont eu lieu semaines 28 et 31 avec des variétés des gammes Mariachi et Dream de façon à obtenir un certain étalement de la production du fait des précocités différentes des variétés. Pour la plantation de la semaine 28, les récoltes se sont étalées des semaines 39 à 45. La qualité générale des fleurs produites a été bonne et correspondait aux exigences du cahier des charges. Le taux de récolte et l'état sanitaire ont été corrects pour la majorité des variétés précoces ou intermédiaires. Les variétés les plus tardives se sont moins bien comportées. Les observations réalisées au cours de cette expérimentation montrent que, pour une production de fleurs de fin d'été début d'automne, il n'est pas opportun de planter du Lisianthus après la date du 15-20 juillet dans le Nord Ouest de la France. En plantant jusqu'à cette date, il est possible de mettre en œuvre un itinéraire de culture relativement simplifié qui nécessite tout de même d'utiliser du chauffage en fin de saison, mais à un niveau raisonnable. La récolte est terminée pour la mi-novembre avec des variétés précoces ou intermédiaires. De plus, l'éclairage photosynthétique n'est alors pas nécessaire.

Quel intérêt / quelle utilisation ? Ces références techniques sur la culture de Lisianthus sous abris pour une production de printemps et de début d'été et pour une production de fin d'été et début d'automne doivent aider à élaborer et à planifier un itinéraire de culture performant.

Crédit Photo : ASTREDHOR

 

Elargissement de la gamme en fleurs coupées : analyse du potentiel de nouvelles espèces

Valoriser la production française, c'est aussi développer les débouchés en diversifiant les usages d'espèces par exemple pour le marché de la fleur coupée.

Porteur du projet / auteur : ASTREDHOR / CATE, SCRADH, CREAT

Année de réalisation du projet / date de publication : 2005-2013

De quoi parle-t-on ? : De l’observation du comportement de taxons non ou peu explorés jusqu’à présent pour un usage en fleurs coupées.

Pour qui ? : Les producteurs et les fleuristes

Méthode : Essais en station d'expérimentation et enquête auprès de fleuristes

Principaux résultats : Les travaux ont porté sur les végétaux suivants : Astrantia, Alchemilla, Anygozanthos, Crinum et Amarcrinum, Campanule Medium Champion (culture hivernale avec éclairage photopériodique), Dahlia, Heuchera, Incarvillea , Nérines , Leonotis, Limonium perezii, Linaria Maroccana, Lisianthus – expérimentation d’une conduite agronomique avec éclairage d’assimilation, Pois de senteur (Lathyrus odoratus), Protea, Sandersonia, Sparaxis, Tulbaghia Simmieri (Tulbaghie de Simmier), Strelitzia, Zingibérales : Heliconia, Alpinia purpurata, Calatheas, Curcuma, et Zingiber spectabilis.

Autres taxons étudiés (SCRADH 2013) : Le programme s’intéresse à des bulbeuses à cycle hivernal tardif, offrant une floraison sur le printemps et besoins limités (abri froid). Ce programme débuté en 2013 a permis de mettre en évidence l’intérêt de la Leucocoryne. Les points suivants ont pu être observés :

- La culture est rustique, adaptée à une serre froide ou maintenue hors gel

- Les rendements sont bons, plus de 100 tiges/m² de serre, et la période d’apport, mars, pertinente

- La tenue en vase est très bonne, de 14 à 17 jours selon les tests - Enfin les avis de l’aval sont bons, bien qu’à confirmer, compte tenu du faible nombre de personnes auditées De plus le cycle de culture relativement court (30 semaines) et la date de plantation tardive (semaine 41) autorisent la réalisation d’une autre culture dans la serre, voire de produire sur le début de l’automne, période plus favorable que le plein été. Enfin la période de production, de 4 semaines seulement, pourrait être étendue par des techniques de forçage. Les autres taxons étudiés, Calochortus et Brodiaea ont obtenus des résultats moins bons, tant sur le plan technique qu’au niveau de l’appréciation commerciale.

Quel intérêt / quelle utilisation ? Développer de nouveaux débouchés pour la production française et proposer des variétés innovantes en fleur coupée.

Crédit Photo : SCRADH

Résumé Elargissement de gammes en fleurs coupées : analyse du potentiel de nouvelles espèces 2005-2013, ASTREDHOR / CATE, CREAT, SCRADH, 8 pages.

Amélioration de la compétitivité des entreprises de fleurs et feuillages coupés : élargissement de la gamme de production en vue d’accroître l’accès aux marchés des producteurs français – 2013, ASTREDHOR / CATE, CREAT, SCRADH, Juin 2014, 47 pages.

Amélioration de la compétitivité des entreprises de fleurs et feuillages coupés : élargissement de la gamme de production en vue d’accroître l’accès aux marchés des producteurs français – 2012, ASTREDHOR / CATE, CREAT, SCRADH, Avril 2013, 186 pages.

Amélioration de la compétitivité des entreprises de fleurs et feuillages coupés : élargissement de la gamme de production en vue d’accroître l’accès aux marchés des producteurs français – 2011, ASTREDHOR / CATE, CREAT, SCRADH, Mars 2012, 116 pages.

Amélioration de la compétitivité des entreprises de fleurs et feuillages coupés : élargissement de la gamme de production en vue d’accroître l’accès aux marchés des producteurs français – 2010, ASTREDHOR / CATE, CREAT, SCRADH, Mars 2011, 37 pages.

Amélioration de la compétitivité des entreprises de fleurs et feuillages coupés : élargissement de la gamme de production en vue d’accroître l’accès aux marchés des producteurs français – 2009, ASTREDHOR / CATE, CREAT, SCRADH, Mars 2010, 31 pages.

Amélioration de la compétitivité des entreprises de fleurs et feuillages coupés : élargissement de la gamme de production en vue d’accroître l’accès aux marchés des producteurs français – 2008, ASTREDHOR / CATE, CREAT, SCRADH, 13 pages.

Amélioration de la compétitivité des entreprises de fleurs et feuillages coupés : élargissement de la gamme de production en vue d’accroître l’accès aux marchés des producteurs français – 2006, ASTREDHOR / CATE, CREAT, SCRADH, 23 pages.

Sandersonnia – Essai d’itinéraires de culture pour une production de fleurs coupées - 2008, ASTREDHOR / CATE, 5 pages.

Anigozanthos – Essai d’itinéraires de culture pour une production de fleurs coupées - 2008, ASTREDHOR / CATE, 5 pages.

Leonotis Leonurus – Essai d’itinéraires de culture pour une production de fleurs coupées - 2008, ASTREDHOR / CATE, 2 pages.

Elargissement de la gamme en fleurs coupées observation de nouveaux taxons Sandersonnia, Anigozanthos, Leonotis – 2007, ASTREDHOR / CATE, 9 pages.