Mon espace pro

SEMAE a organisé la semaine dernière un webinaire présentant les résultats de son étude conduite par Kantar sur les Français et le potager. Les résultats, désormais en ligne, montrent que les jardiniers voient le potager comme un véritable loisir et une occasion de manger des produits de qualité. Une pratique amenée à perdurer chez ces consommateurs curieux d’apprendre davantage sur le potager.

Kantar a réalisé en mai 2021 pour SEMAE une étude pour mieux connaître le regard que portent les jardiniers amateurs sur leur potager et les pratiques. L’étude a été conduite en ligne auprès de 1002 individus qui habitent dans une maison et cultivent un potager et selon un échantillon représentatif de la population française des 18 ans et plus.

Une recherche d’alimentation plus qualitative

Les raisons qui encouragent les Français à avoir un potager sont multiples : manger des légumes qui ont du goût (2/3 des répondants tout à fait d’accord avec cette proposition), produire des légumes frais, sains et naturels (63% tout à fait d’accord) mais aussi par plaisir, passion (39%), pour rester en contact avec la nature (37%) ou encore pour se détendre, se ressourcer (37%). Le fait de pouvoir faire des économies n’apparaît qu’en 10ème place des motivations (24% tout à fait d’accord avec ce motif). L’apprentissage de la culture du potager se réalise par transmission familiale (parents, grands-parents…) pour 68% des Français interrogés (plusieurs réponses possibles). 50% déclarent apprendre d’eux-mêmes en faisant des expériences. 10% des Français interrogés ont un potager depuis moins de 2 ans et 30% ont un potager depuis moins de 5 ans.

La tomate, les plantes aromatiques, la fraise sont les espèces préférées des Français pour leur potager

Comment les Français décident quelles espèces cultiver ? 81% les choisissent selon ce qu’ils aiment, consomment, 56% selon la facilité à faire pousser, entretenir ces espèces, 46% selon leur adaptation aux conditions locales (sol, climat) et 34% selon l’espace nécessaire à la plantation. Les 5 espèces les plus cultivées sont la tomate, les plantes aromatiques, la fraise, les salades et la courgette. Les variétés sont largement choisies selon le goût (82%) mais aussi, dans une moindre mesure selon la quantité de récolte (44%), la résistance aux maladies et parasites (30%) et la période de culture (22%).

Les résultats de l’étude Kantar révèlent aussi que 55% des Français cultivant un potager ne connaissent pas les variétés hybrides. 59% des Français estiment que les variétés anciennes ont plus de goût, contre 3% pour les variétés hybrides. En revanche, l’écart est plus réduit entre la proportion de consommateurs qui considèrent que les variétés anciennes sont plus résistantes (36%) et la proportion de consommateurs qui pensent que les variétés hybrides sont plus résistantes (24%). Les jardiniers amateurs sont 95% à utiliser des plants et 78% à utiliser des semences : 53% utilisent des semences conventionnelles du commerce, 25% des semences récoltées eux-mêmes, 19% des semences biologiques issues du commerce.

Des jardiniers amateurs qui s’informent auprès de leurs proches, d’internet, des professionnels du végétal et désirent en apprendre davantage

Pour s’informer sur les bonnes pratiques d’entretien des végétaux pour le potager et sur les traitements, parasites, les Français se tournent avant tout vers leurs proches, et dans une moindre mesure vers des sites internet spécialisés et les professionnels du végétal. Concernant la période de récolte, et les nouvelles espèces / variétés, les jardiniers amateurs s’informent aussi auprès de leurs proches et consultent les informations sur le sachet / packaging. En matière de comportement de consommation, les achats de plants et semences sont généralement peu anticipés : 56% des consommateurs les font juste avant le semis ou la plantation, 30% dans le mois avant le moment du semis ou de la plantation.

Les Français ont des connaissances en matière de potager avec un niveau toutefois variable selon les sujets. Sur une échelle de 1 à 10 en matière de niveau de connaissance global, 27% s’attribuent une note inférieure à 4 et 50% une note comprise entre 4 et 6 concernant les techniques pour lutter contre les maladies, parasites. 61% des Français interrogés s’attribuent une note inférieure à 7 pour ce qui est des connaissances sur les conditions locales (qualité du sol, climat). Enfin, 59% s’attribuent également une note inférieure à 7 en matière de techniques de gestion de la culture (préparation du sol, semis, arrosage, désherbage…). Au final, 73% trouvent difficile de lutter contre les maladies et parasites et 31% reconnaissent une certaine difficulté dans l’apprentissage de la culture du potager en général. Toutefois, 73% des Français interrogés ont envie d’en apprendre plus. Les deux principales sources d’informations qui suscitent le plus d’intérêt sont les tutos / vidéos de professionnels et le fait de pouvoir rencontrer localement des amateurs, experts ou professionnels.

Concernant les différentes pratiques de culture, les Français portent un intérêt particulier pour la récupération de l’eau de pluie (70%) et le compostage maison (67%).

La pratique du potager est appelée à perdurer : à l’avenir, 79% des jardiniers amateurs ont l’intention de cultiver une surface de potager identique, 17% une surface plus grande et seulement 4% une surface plus petite.

Enfin, l’étude Kantar identifie 6 groupes de jardiniers : les jardiniers débutants, les jardiniers en devenir, les jardiniers passionnés, les jardiniers producteurs, les jardiniers traditionnels et les jardiniers engagés.

POUR ALLER PLUS LOIN

Source : Les Français et le potager : pratiques et motivations des jardiniers, étude Kantar pour SEMAE, octobre 2021.