Distribution

Commerce de détail

Jardineries et graineteries : 

Réalisée de février à mai 2021, l’étude Chiffres clés des jardineries - graineteries Xerfi Spécific pour VAL'HOR dénombre 1 610 points de vente, soit 3% de moins qu’en 2018. Les graineteries, établissements de moins de 1000 m² représentent 25% de la profession ; leur effectif ne cesse de diminuer depuis 10 ans. On compte 20 650 salariés travaillant dans des jardineries - graineteries. Les jardineries - graineteries ont en moyenne 26 ans. Le chiffre d’affaires de la profession s’élève en 2020 à 3 milliards d’euros, soit 7% de plus qu’en 2018. Les végétaux français représentent 65% de l’approvisionnement en végétaux des jardineries - graineteries. 68% des jardineries - graineteries proposent des produits Fleurs de France et 50% des produits Label Rouge. En outre, 63% des jardineries - graineteries s’approvisionnent en partie ou totalement auprès de producteurs certifiés Plante Bleue.

Source : Chiffres clés jardineries et graineteries réalisés par Xerfi Spécific pour VAL'HOR, données 2020.

Pour télécharger la Synthèse chiffres clés des jardineries & graineteries, édition 2021, données 2020, rendez-vous sur votre Espace Pro.
Si vous n'êtes pas un professionnel du végétal, contactez-nous.

Fleuristes : 

L’enquête Chiffres clés des fleuristes, réalisée en 2021 met en avant une diminution sensible (6%) du nombre de fleuristes entre 2018 et 2020, passant de 14 096 à 13 225. Affecté par les mesures sanitaires (confinements, diminution des événements, événements en nombre d’invités réduits) le chiffre d’affaires décroît davantage : de 8,5% passant de 1,73 à 1,58 milliard d’euros. Le nombre d’actifs diminue (-5%) et plus encore le nombre de salariés (-9%).

La fleur coupée (hors événement, deuil) représente la catégorie de produits majeure avec 53% du chiffre d’affaires des fleuristes.
90% des fleuristes proposent la vente de végétaux français et 58% proposent la vente de végétaux labellisés Fleurs de France.

Les grossistes représentent la première source d’approvisionnement des fleuristes.

L’enquête apporte aussi un éclairage sur la digitalisation en fleuristerie : 64% des fleuristes interrogés disposent d’un site Internet : 51% ont un site vitrine et 49% un site de vente en ligne. 81% sont présents sur un ou plusieurs réseaux sociaux.

Source : Chiffres clés des fleuristes, étude Xerfi Spécific pour VAL’HOR, données 2020, mars 2022.

Pour télécharger la Synthèse chiffres clés des fleuristes, édition 2022, données 2020, rendez-vous sur votre Espace Pro.
Si vous n'êtes pas un professionnel du végétal, contactez-nous.

 

Distribution non spécialisée :

La filière comprend également des acteurs non spécialisés :

- La grande distribution (hypermarchés, supermarchés, maxi-discounts, drives) qui représente 44 000 points de vente alimentaires généralistes et 750 000 salariés. La grande distribution réalise en France un chiffre d'affaires de 190 milliards d'euros. 

- Les magasins de bricolage qui sont constitués de de 2 047 points de vente (d’au moins 400m²) et emploient 71 700 salariés. 

- Les magasins de décoration et d'aménagement de la maison, les écoles, etc. 

Sources : Solinki, Keljob, FCD, Jebosseengrandedistribution.fr et Observatoire Prospectif du commerce, données 2018 à 2020.

Commerce de gros en fleurs et plantes ornementales

AND International a conduit cet été une enquête auprès des grossistes français en fleurs et plantes afin de connaître les évolutions depuis 2016 et leur vision du métier et ses enjeux actuels. Il s’agit d’entreprises ayant pour activité principale le commerce de gros en fleurs et plantes. Ces entreprises constituent un sous ensemble du répertoire INSEE pour le code NAF 4622Z «commerce de gros de fleurs et plantes», lequel regroupe également un nombre important de grossistes en plantes aromatiques, en plantes médicinales, en fleurs séchées ou en accessoires de décoration.

Une diminution du nombre d’entreprises et du chiffre d’affaires

Le nombre de grossistes en fleurs et plantes passe de 338 entreprises en 2016 à 285 en 2019, soit une baisse de 16%. Le chiffre d’affaires du secteur a diminué de 3% durant cette même période ; un recul qui est attribué à celui du chiffre d’affaires en fleurs coupées (-12% entre 2016 et 2019). La fleur coupée représente 48% du chiffre d’affaires des grossistes, les plantes d’extérieur 21% et les plantes d’intérieur 25%.

49% des ventes des grossistes en végétaux d’extérieur et 41% des ventes en plantes fleuries sont d’origine française. Les fleuristes représentent plus de la moitié (54%) du chiffre d’affaires des grossistes et les jardineries et LISA 18%.

91% des entreprises sont des structures individuelles ; 9% sont des structures collectives.

Regroupement de l’offre de végétaux : la mission première des grossistes

En ce qui concerne la perception du métier de grossiste, la totalité des entreprises sont d’accord pour affirmer que la fonction du métier de grossiste est de regrouper l’offre en végétaux et d’offrir le meilleur rapport qualité prix sur le marché. 96% sont d’accord (tout à fait ou plutôt d’accord) avec l’idée que l’une de leurs principales missions consiste à valoriser l’offre française / locale en végétaux.

Des attentes en matière de communication / valorisation

Les sujets jugés les plus prioritaires par les grossistes sont la digitalisation de l’offre / les services à distance et la traçabilité sur l’origine des végétaux.

Enfin, les attentes du secteur en matière d’actions collectives peuvent se regrouper en 3 catégories :

-La promotion de l’offre française : nécessité d’une démarche commune pour identifier les produits locaux et les valoriser auprès des distributeurs, mise en place d’une charte définissant les engagements des grossistes français en matière de développement durable ;

-La communication autour du métier de grossiste : besoin de valorisation du métier auprès de la filière, besoin d’identification des grossistes comme acteurs essentiels de la diffusion des végétaux de producteurs français ;

- La solidarité et le soutien des entreprises dans le contexte de la crise sanitaire.

Télécharger l'infographie

Télécharger le rapport d'étude

Télécharger les données régionales 2019

Source : Chiffres clés des grossistes en fleurs et plantes, étude AND International pour VAL'HOR. 

Commerce extérieur

Dans un contexte marqué par une pénurie de végétaux et des tendances inflationnistes, le déficit commercial français en fleurs et plantes s’accroît.

Les statistiques du commerce extérieur des Douanes permettent de suivre l’évolution des importations et exportations* françaises de bulbes, fleurs, plantes et feuillages. Les résultats en volume permettent de nuancer les hausses particulièrement fortes observées en 2021.

Des exportations françaises en hausse en valeur mais pas en volume

Les exportations atteignent 84 millions d’euros en 2021, soit 22% de plus qu’en 2020 (après une hausse d’1% entre 2019 et 2020) mais elles diminuent en volume (exprimé en tonnes) de 4% entre 2020 et 2021 (après une hausse d’1% également entre 2019 et 2020). Ce sont surtout les fleurs coupées (+74% entre 2020 et 2021) et les plantes d’extérieur (+16%) qui contribuent à la hausse des exportations en valeur. Les plantes d’extérieur représentent la première catégorie de végétaux exportée avec 54% de la valeur des exportations. Les fleurs coupées représentent la deuxième catégorie la plus importante avec 23% de la valeur des exportations.

Plus d’un milliard d’euros d’importations

Les importations s’élèvent à 1,17 milliard d’euros, soit une hausse de 27% par rapport à 2020 après un recul de 7% entre 2019 et 2020. En volume, la croissance est de 22% après une stabilité entre 2019 et 2020. La croissance des importations en valeur est portée par celle des plantes d’extérieur en hausse de 34% en valeur, par les fleurs coupées en hausse de 31% et par les plantes d’intérieur en hausse de 21%.

Au final, un déficit commercial en hausse de 27%

Les importations françaises de fleurs et plantes sont 14 fois plus importantes que les exportations (en valeur). Le déficit commercial atteint 1,1 milliard d’euros en 2021, soit une hausse de 27% par rapport à 2020. En volume, le déficit progresse de 25%.

 

*Les statistiques du commerce extérieur reposent sur les déclarations aux Douanes. Pour les échanges au sein de l’Union Européenne, les déclarations d’exportations françaises sont détaillées et obligatoires dès le premier euro. Pour les importations, les déclarations détaillées sont obligatoires à partir de 460 000 € de transactions effectuées en cours d’année ou l’année civile précédente.

Source : Statistiques du commerce extérieur, direction générale des Douanes.

Télécharger :

L’infographie importations françaises en fleurs, plantes et feuillages frais en 2021

L’infographie exportations françaises en fleurs, plantes et feuillages frais en 2021