Distribution

Commerce de gros en fleurs et plantes

On compte en 2016, 337 grossistes en fleurs et plantes ornementales. Le chiffre d’affaires cumulé est estimé à 793,5 millions d’euros, dont 52% en fleurs coupées, 19% en plantes d’extérieur, 17% en plantes fleuries et 6% en plantes vertes. Au final, les produits végétaux représentent 94% du chiffre d’affaires des grossistes en fleurs et plantes.

L’analyse de l’origine géographique des principaux groupes de produits commercialisés par les grossistes révèle que les Pays-Bas sont le premier fournisseur, tous produits confondus et en particulier pour les plantes vertes (75%) et les fleurs coupées (68%). La production française, sans être majoritaire, occupe une place prépondérante pour les plantes d’extérieur.

Concernant les débouchés par circuit, les résultats mettent en évidence une prédominance des fleuristes (55%), débouché traditionnel des grossistes, et en lien avec le poids des fleurs coupées dans la gamme. A noter aussi un débouché important (15%) vers les jardineries ainsi que vers les GMS et GSB (10%). 80% des ventes des grossistes sont réalisées dans un rayon de 200 km, 1/3 à moins de 20 km.

En matière d’emploi, la profession compte près de 2 500 personnes en équivalent temps plein. 

Télécharger le rapport d'étude

Source : Chiffres clés des grossistes en fleurs et plantes, étude AND International pour VAL'HOR et la FGFP, données 2016. 

Commerce de détail

Fleuristes : 

D’après l’étude « chiffres clés des fleuristes » réalisée en 2019 par I+C / Xerfi pour VAL’HOR et la FFAF, on compte en 2018, 14 096 fleuristes. Un chiffre en recul de 6,5% par rapport à la précédente enquête 2015. Le secteur connaît ainsi une accélération de la diminution du nombre d’entreprises après avoir régressé de 1% entre 2013 et 2015.

Le chiffre d’affaires de la profession diminue également. Avec un total de 1,73 milliard d’euros (hors taxes), le chiffre d’affaires recule de 12% entre 2015 et 2018 après avoir diminué de 6% entre 2013 et 2015. Le panier moyen des clients s’élève à 23€. Sur l’ensemble de l’année, les fleurs situées à l’intérieur de la boutique représentent 35% du chiffre d’affaires des fleuristes, les fleurs situées à l’extérieur 5,5%, les plantes d’intérieur 23%, les plantes d’extérieur 8% et le deuil 13%. A noter l’augmentation en 2015 et 2018 du poids des plantes d’extérieur et dans une moindre mesure celui des fleurs situées à l’extérieur de la boutique. La proportion de fleuristes travaillant avec une ou plusieurs chaînes de transmission florale progresse, passant de 74% en 2013, 77% en 2015 à 85% en 2018.

La profession emploie 27 800 personnes (31 180 en 2015), dont 13 819 salariés (15 980 en 2015). La part des entreprises rencontrant des difficultés de recrutement a fortement augmenté, passant de 13,5% en 2015 à 25,5% en 2018.

Source: Chiffres clés des fleuristes, étude I+C / Xerfi pour VAL’HOR et la FFAF.

Synthèse chiffres clés des fleuristes, édition 2020, données 2018

 

Jardineries et graineteries : 

On dénombre en 2018, 1230 jardineries et 430 graineteries, soit au total 1 660 points de vente dans le secteur. En 10 ans, le nombre de jardineries (74% des points de vente en 2018) est resté relativement stable tandis que le nombre de graineteries n’a quasiment cessé de diminuer (26%). Les jardineries et graineteries réalisent au total en 2018 un chiffre d’affaires de 2,92 milliards d’euros HT. Ces 5 dernières années, le chiffre d’affaires de la profession se stabilise autour de 2,9 milliards d’euros. Le végétal d’extérieur représente 26% (0,76 milliard d’euros) du chiffre d’affaires des jardineries / graineteries et le végétal d’intérieur 11% (0,32 milliard d’euros). Le secteur emploie 20 350 salariés en 2018.

Source : Chiffres clés jardineries et graineteries réalisés par I+C / Xerfi pour Val'hor et la FNMJ, données 2018.

Synthèse chiffres clés des jardineries & graineteries, édition 2019, données 2018.

 

Distribution non spécialisée :

La filière comprend également des acteurs non spécialisés :

- La grande distribution (hypermarchés, supermarchés, maxi-discounts, drives) qui représente plus de 30 000 points de vente et 750 000 emplois. La grande distribution réalise un chiffre d'affaires de 200 milliards d'euros. 

- Les magasins de bricolage qui sont constitués de 2 114 points de vente et emploient 69 500 salariés. 

- Les magasins de décoration et d'aménagement de la maison, les écoles, etc. 

Source : Observatoire prospectif du commerce, données 2014 et 2017.

Commerce extérieur

Dégradation du solde de la balance commerciale en 2019

Les statistiques du commerce extérieur pour l’ensemble de l’année 2019 publiées par la Direction générale des Douanes et des Droits indirects indiquent un solde déficitaire de 919,3 millions d’euros de la balance commerciale de fleurs, plantes et feuillages frais, soit 3% de plus qu’en 2018. Une dégradation qui s’explique par la hausse des importations et dans une moindre mesure par la baisse des exportations.

Les exportations atteignent en 2019, 68,8 millions d’euros contre 69,7 millions en 2018, soit une diminution de 1%. Ce recul s’explique notamment par la diminution des exportations de plantes d’extérieur qui représentent à elles seules 54% des exportations totales de végétaux. Côté clients, les exportations vers les Pays-Bas continuent d’augmenter (16,5 millions d’euros en 2019 contre 15,7 millions en 2018 et 14,1 en 2017) ainsi que celles vers le Royaume-Uni (10,3 millions d’euros en 2019 contre 8,6 en 2018 et 7,4 millions d’euros en 2017) malgré des perspectives floues dans cette période de transition du Brexit.

Bien que l’Union Européenne représente de loin la principale destination des exportations françaises de fleurs, plantes et feuillages frais, on observe une tendance à la baisse de son poids (UE 27) par rapport à l’ensemble des exportations françaises en fleurs, plantes et feuillages frais avec une part de 75% en 2019 contre 80% en 2011. Ne représentant toutefois que 3% des exportations françaises en 2019, le marché asiatique affiche une progression ces dernières années avec une part qui s’élevait à 0,5% en 2011.

Les importations représentent 988,1 millions d’euros en 2019. Elles étaient de 961,0 millions d'euros en 2018, soit une progression de 3% entre les deux années. Bien que représentant 29% des importations, ce ne sont pas les fleurs coupées qui sont à l’origine de la hausse des importations. Au contraire, elles reculent de 1%. En revanche, les importations de plantes d’intérieur (28% de l’ensemble des importations de fleurs, plantes et feuillages frais) et de plantes d’extérieur (27%) augmentent respectivement de 6% et de 7%. Alors que le poste des plantes fleuries d'intérieur ne progresse pas ces deux dernières années (-2% entre 2017 et 2018 et 0% entre 2018 et 2019), celui des plantes vertes progresse (+11% entre 2017 et 2018 et +15% entre 2018 et 2019) catégorie de végétaux de nouveau très tendance ces dernières années. Cette évolution se traduit par un poids croissant des plantes vertes dans les importations françaises de plantes d’intérieur (le poste comprend aussi les boutures et jeunes plants), passant de 37% en 2017 à 40% en 2018 et à 44% en 2019.

n.b : Les déclarations détaillées d’échanges de biens pour les transactions au sein de l’Union Européenne sont obligatoires en France à partir de 460 000 € (seuil variable selon les pays). Les statistiques présentées ici ne couvrent donc pas l’ensemble des transactions. L’analyse porte sur une sélection de lignes de la nomenclature détaillée par produit (NC8) correspondant aux végétaux frais et d’ornement.

Source : Statistiques du commerce extérieur, Douanes.

Accéder à l'infographie du commerce extérieur en 2019

Source données : Direction Générale des Douanes et des Droits Indirects. 

Accéder au Bilan du commerce extérieur en 2018 par FranceAgriMer

Source: Direction Générale des Douanes et des Droits Indirects.