Bonnes pratiques logistiques

La logistique se définit comme l’activité de gestion des flux physiques de marchandises et des flux associés (flux d’informations, flux financiers, flux d’emballages...), devant satisfaire aux contraintes légales, économiques, de qualité et de sécurité qui s’imposent à ces échanges.

L’adoption de règles communes et harmonisées, dites « bonnes pratiques logistiques », par l’ensemble des opérateurs entraîne un ensemble de bénéfices pour chacun.

Guide des bonnes pratiques logistiques

Fin 2018 le sujet de la logistique a été identifié par l’Interprofession comme une thématique prioritaire et stratégique pour garantir la compétitivité de la filière horticole ornementale française.

Un groupe de travail dédié, composé d’une trentaine de représentants des familles professionnelles membres de VAL’HOR, a été créé en 2019 pour réfléchir aux actions à mener et à prioriser pour gagner en efficacité et réduire les coûts liés au stockage, au transport et à la commercialisation des végétaux. L’animation de ce groupe de travail dynamique a été confiée par VAL’HOR à CPV Associés, un bureau d’études expert en logistique.

Les travaux se sont poursuivis en 2020 et début 2021 en dépit de la crise sanitaire.  Des réunions régulières en visioconférence ont permis la rédaction d’un « Guide des bonnes pratiques logistiques entre les opérateurs de la filière de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage » et d’une synthèse très opérationnelle qui pourront être utilisés dans les entreprises.

Ce premier ouvrage consensuel est articulé autour de 4 chapitres : le traitement d’une commande client, le transport, les flux d’emballages et la facturation.

Il propose également des perspectives collectives d’amélioration qui constituent le socle commun pour la poursuite de la réflexion au sein de VAL’HOR.

Standardisation de 12 motifs de non-conformité qui peuvent survenir à la réception d’une commande de végétaux

Dans la continuité du Guide des bonnes pratiques logistiques paru au printemps 2021, le groupe «Logistique» animé par VAL’HOR a travaillé sur la standardisation au sein de la filière des motifs de non-conformité qui peuvent survenir à la réception d'une commande de végétaux.

L’objectif principal est de faciliter la compréhension et de fluidifier la communication entre les partenaires de la chaîne logistique française autour de ces non-conformités éventuellement rencontrées, qui débouchent parfois sur des litiges.


Les représentants de l’ensemble des fédérations de l’Interprofession ont ainsi répertorié les différents types de non-conformité constatables à la réception de végétaux lors du déchargement et/ou sous 48h maximum, d’un point de vue quantitatif et qualitatif. Les 12 motifs de non-conformité définis sont listés dans une affiche mise à votre disposition, qui peut être utilisée et placardée dans les entreprises.

VAL’HOR invite désormais les professionnels de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage à utiliser systématiquement cette codification des motifs de non-conformité lors du signalement auprès de leur fournisseur d’une anomalie rencontrée à la réception de la marchandise.

Pour ce faire, il est proposé :

● Pour les entreprises qui ne disposeraient d’aucun outil informatique adapté : d’utiliser le tableau Excel fourni par VAL’HOR, en le personnalisant si besoin (mais sans modifier la codification des motifs de non-conformité à réception).

● Pour les autres : d’intégrer directement la codification dans les systèmes informatiques déjà utilisés par les partenaires.

 
Le groupe de travail « Logistique » reste à l’écoute des éventuelles remontées de terrain sur la codification standardisée proposée et la non-exhaustivité des cas de figure rencontrés.

Les travaux en cours

Le groupe « Logistique » animé par VAL’HOR poursuit son travail et mène actuellement plusieurs chantiers en parallèle :

  • ‌‌La rédaction d’une procédure de bonne gestion des retours d’emballages (notamment des rolls) ;
  • L’étude de différentes pistes pour la création d’un référentiel standard commun des lieux de livraison ;
  • La cartographie des réglementations à appliquer dans le cadre du transport de marchandises et de la logistique urbaine (règlements marchandises, ZFE, etc.) ;
  • ‌une réflexion sur la notion de « Réservation/Engagement » et de « Commande à l’avance ».

Ce dernier point devrait mener à la constitution dans les mois à venir d’un groupe de travail ad hoc sur les relations contractuelles.

Représentation simplifiée de la chaîne logistique de la filière de l'horticulture, de la fleuristerie et du paysage.